melbourne storm 2010 rugby à XIII - Icon Sport
 
Article
commentaires
Rugby à XIII

Le rugby australien secoué par un scandale

Le rugby australien secoué par un scandale

Par Rugbyrama
Par Rugbyrama - Le 23/04/2010 à 16:09
La NRL, le meilleur championnat du monde de rugby à XIII, est secoué par un scandale financier. Les Melbourne Storm ont été privés de titres et ont écopé d'une amende record. Celui qui devait devenir le manager des Rebels, la nouvelle franchise du futur Super 15, en est le principal responsable.

Le rugby à XIII australien est plongé dans un scandale d'une grande ampleur. L'équipe des Melbourne Storm, championne en titre, s'est fait épinglée pour avoir mis en place un système de rémunérations parallèles afin de dépasser la masse salariale autorisée (salary cap). La sanction est sans détour. Retrait immédiat des deux titres acquis en 2007 et 2009 et une amende record pour le sport australien d'un montant de 1,1 million d'euros. Les principaux sponsors de l'équipe se sont également retirés.

Le meilleur championnat à XIII du monde, la NRL (National Rugby League), a ainsi connu un véritable tremblement de terre cette semaine. La magnitude était tellement forte que des secousses se sont tout de suite ressenties dans le rugby à XV. Le manager des Melbourne Storm, à l'époque des faits, a évidemment tout de suite été pointé du doigt comme le principal responsable de la "magouille". L'architecte de ce système est Brian Waldron nommé manager des ... Melbourne Rebels. La nouvelle franchise australienne qui intègrera le Super 15 l'année prochaine avait embauché cet homme d'affaire qui était également passé par le Football australien avant de rejoindre les Melbourne Storm en 2004.

Les Rebels touchés mais pas coulés

Le président des Rebels n'a pas tardé à réagir quant à cette affaire en convoquant le principal intéressé dans son bureau. Brian Waldron a tout de suite démissionné. Décision que le bureau s'est empressée d'accepter. « C'est un jour noir pour le sport national, mais nous devions agir dans l'intérêt des Rebels, ce que nous avons fait » déclarait le président Harold Mitchell. L'équipe des Rebels relève un défi de grande ampleur en intégrant le championnat du Super 14 avec des joueurs qui n'ont jamais joué ensemble. Si le club a connu des remous dans la semaine, ceci ne devrait toutefois pas altérer son projet, comme en témoigne le centre international Stirling Mortlock, une des stars qui s’est engagée pour l'an prochain : « C'est difficile pour moi de commenter cette situation, mais je suis très confiant quant à la pérennité du projet ».

Le président Harold Mitchell s'est voulu rassurant en réagissant immédiatement au scandale de son voisin treiziste. En validant la signature du pilier international néo-zélandais, Greg Sommerville, les Rebels continuent leur course à l'armement. Les internationaux australiens Sam Cordingley et Stirling Mortlock ont déjà signé, tout comme Danny Cipriani dont la venue n'est pas remise en cause. « Ca ne fait aucune différence. Cipriani a signé un contrat avec les Rebels, pas avec Brian Waldrom ». On parle également de la venue de Mark Gasnier, le joueur du Stade Français que le club parisien aimerait toutefois conserver. La déconvenue du XIII à Melbourne pourrait au contraire intensifier l'intérêt porté à la création de l'équipe des Melbourne Rebels.