Getty Images

RUGBY - 17 matches, règle des 3P, cinq-huitièmes... la fameuse tournée de 1967 des All Blacks

17 matches, règle des 3P, cinq-huitièmes... retour sur la fameuse tournée de 1967 des All Blacks

Le 10/11/2017 à 18:45Mis à jour Le 10/11/2017 à 18:58

Il y a cinquante ans, les All Blacks stupéfiaient l'Europe au cours d'une tournée légendaire. Ils y inventèrent notamment la règle des 3P et révolutionnèrent le rugby de mouvement. Mais pas seulement...

Bien sûr, il faut faire l'effort de se replacer dans le contexte de l'époque et ne pas comparer les images avec celles du rugby d'aujourd'hui. Mais la tournée des All Blacks de 1967 fut une ode à la créativité. Elle jeta les bases du rugby moderne et permit aux Néo-Zélandais de conforter le temps d'avance qu'ils n'ont depuis jamais perdu sur les autres équipes.

Pourtant, ce périple riche de dix-sept matches au Canada, en Irlande, en Grande-Bretagne et en France n'était à l'origine qu'une solution de remplacement, puisque les Néo-Zélandais devaient se rendre en Afrique du Sud... mais la politique de l'apartheid interdisait aux Maoris de fouler le sol national. Alors, les "Nz" mirent le cap sur la vieille Europe via l'Amérique, emmenés par Charlie Saxton (54 ans) et Fred Allen (47 ans). Deux anciens joueurs qui, bien qu'internationaux à la fin des années 40, où ils avaient formé la charnière à plusieurs reprises, n'ont jamais eu le succès de leurs successeurs. En effet, c'est eux qui avaient menés les Blacks lors de la tournée en Afrique du Sud de 1949, où les joueurs portant le maillot à la fougère avaient été vaincus à quatre reprises en autant de rencontres.

La règle des 3P

S'ils ont pris leurs fonctions en 1966, les deux compères allaient, avec la tournée de 1967, prendre une éclatante revanche en tant qu'entraîneurs, et laisseront une marque indélébile dans l'histoire du ballon ovale. D'abord, les deux hommes façonnèrent un groupe pour le moins surprenant. En effet, ils avait choisi de privilégier des joueurs sans référence mais aptes à pratiquer un nouveau jeu, n'avaient pas hésité à laisser plusieurs cadres à la maison et avaient confié le capitanat au numéro 8, Brian Lochore. Agé de 27 ans, ce fermier de profession ne faisait alors pas partie des joueurs d'expérience, et évoluait dans une petite province, Wairarapa, souvent en difficulté en championnat. Il se muera pourtant en garant de la philosophie de ses entraîneurs, un rugby basé sur les courses et sur les passes, qui mènera à la fameuse "règles des 3P" : Pace, Possession, Position (vitesse, possession, placement), qui fut la ligne directrice de la tournée de 1967.

Brian Lochore (Nouvelle-Zélande), le 26 octobre 1967

Brian Lochore (Nouvelle-Zélande), le 26 octobre 1967Getty Images

Une règle dédiée à un jeu spectaculaire vouée à des victoires basées sur des essais et non des jeux au pied. Au final, en dix-sept matches, les All Blacks marqueront 71 essais, inscriront une moyenne de 21 points par match, gagneront seize rencontres, dont quatre tests, et ne concèderont qu'un seul match nul (contre une sélection galloise à Cardiff). Seul point noir : à cause d'une épidémie de fièvre aphteuse, ils ne joueront pas le test prévu en Irlande, et seront ainsi privés d'un "Grand Chelem" en bonne et due forme. Mais l'essentiel était ailleurs : avec une moyenne de plus de quatre essais par match – du jamais vu auparavant – les Blacks marquèrent les esprits du rugby mondial.

Match légendaire à Colombes

De cette tournée, les amateurs de rugby et de beau jeu retiendront notamment la victoire néo-zélandaise 21-15 (quatre essais à un) contre les Bleus de Christian Carrère, à Colombes. Un match magnifique mais rude dans les contacts : Pierre Villepreux avait terminé la rencontre les côtes en compote, quand Colin Meads, le deuxième ligne légendaire des All Blacks affirmait avoir reçu des coups de crampons dans la tête... Mais sur le plan du jeu, les techniciens français notèrent une nouvelle façon de pratiquer le rugby, basée sur des récupérations de balle plein champ pour alimenter un jeu pendulaire avec balayages entre les deux lignes de touche. Les All Blacks jouaient sans vrai demi d'ouverture mais avec deux "cinq-huitièmes".

Le All Black Colin Meads en action (1967)

Le All Black Colin Meads en action (1967)Getty Images

L'histoire retiendra donc une nouvelle façon de pratiquer le rugby, des chiffres à couper le souffle... mais également la première expulsion lors d'un match international depuis 42 ans (Colin Meads à Murrayfield). La tournée se terminera finalement par une ultime confrontation avec les Barbarians à Twickenham, remportée sur le fil (11-6), avec un dernier essai inscrit par A.G. Steel, sur une récupération du capitaine Lochore, relayé par le cinq-huitième Kirton. Les All Blacks achèveront leur incroyable voyage sur le "vieux continent" par cette action d'anthologie et gagneront un surnom, toujours d'actualité : "Magiques".

0
0