Chabal entrainement XV de France - Icon Sport
 
Article
commentaires
Rétro 2009

Les petites phrases de 2009

Les petites phrases de 2009

Par Rugbyrama
Par Rugbyrama - Le 31/12/2009 à 16:11
Malgré le professionnalisme et la langue de bois de rigueur, le monde du rugby a toujours droit à quelques déclarations bien senties. Et l'année 2009 n’a, encore une fois, pas dérogé à la règle grâce à Sébastien Chabal, Thomas Lièvremont, Peter de Villiers ou encore Gareth Thomas.

Chabal : "Si j’ai envie de mal vous parler, je vous parle mal."

S'estimant victime d'un acharnement médiatique après la lourde défaite à Twickenham face à l'Angleterre (10-34) , Sébastien Chabal règlait ses comptes avec les médias à Marcoussis la semaine suivante. Et le joueur ne mâchait pas ses mots face aux journalistes : "J'exagère comme vous le faites dans vos papiers. Le problème, c'est que tous ceux qui écrivent des saloperies ne sont pas là aujourd'hui. Ou alors ils se cachent derrière… Si vous saviez écrire, vous seriez écrivain, à faire des romans. Là, vous vous défoulez sur nous, à nous mettre des coups de trique après chaque match, comme si vous étiez des entraîneurs alors que pour la plupart vous n'y connaissez pas grand chose. Vous vous servez de moi pour vendre vos journaux…. C'est vous qui me mettez en avant. Mon image, je n'en ai rien à foutre. C'est pour ça que je si j'ai envie de mal vous parler, je vous parle mal."

Irish Times : " Is BOD better than GOD ? "

Au lendemain du sacre irlandais dans le Tournoi des 6 Nations, qui a vu les Diables verts remporter leur premier grand chelem en 61 ans, la presse irlandaise se montrait dithyrambique. Elle saluait notamment les performances du capitaine Brian O’Driscoll, symbole parfait de la réussite de ses coéquipiers, en titrant "Is BOD better than GOD ?" ("BOD est-il meilleur que Dieu ?") à la une d’un journal devenu collector. 2009 a incontestablement été l’année du XV du Trèfle, qui resté invaincu lors des tests estivaux et automnaux également.

Villiers : "Allez chercher des tutus au centre commercial et dansons tous ensemble au centre du terrain !"

L’entraîneur des champions du monde est coutumier des saillies verbales délirantes. 2009 n’a pas dérogé à la règle. Sa Fédération lui a même demandé avant les Tri-Nations d'être plus attentif à ses déclarations dans la presse désormais. Il faut dire qu’il avait fait une sortie fracassante peu après la fourchette commise par son troisième ligne Schalk Burger sur l’ailier Luke Fitzgerald lors du deuxième test de la tournée des Lions britanniques et irlandais en juin dernier : "Le rugby est le plus beau de tous les sports de combat. Le geste de Schalk est un incident de jeu, ni plus ni moins. Si vous voulez aseptiser le rugby international, allez chercher des tutus au centre commercial et dansons tous ensemble au centre du terrain ! Ces polémiques ridicules me fatiguent."

Bastareaud : " J’ai heurté la table de nuit."

AFP

Le 21 juin, on apprend que le centre de l’équipe de France Mathieu Bastareaud a été agressé dans la nuit par des supporters néo-zélandais après le second test contre les All Blacks. Mais, quatre jours plus tard, la police révèle qu’une vidéo montre le joueur rentrer à son hôtel sans problème. Du coup, ce dernier réagit et livre une nouvelle version des faits : "Je dois la vérité à tout le monde, déclare-t-il. Samedi soir, je suis rentré à l’hôtel après avoir trop bu. Je suis tombé dans ma chambre, j'ai heurté la table de nuit et je me suis ouvert la pommette. J'ai eu honte, j'ai paniqué et j'ai cru que j'allais être renvoyé de l’Equipe de France". Une version qui n’a pas convaincu grand monde…

Guazzini : "Essayez d’enlever un pantalon quand vous avez trop bu, ce n’est pas facile"

Pourtant, Mathieu Bastareaud persiste et signe quand il présente ses excuses officiellement lors d’une conférence de presse le 27 octobre dernier. Entouré d’Alain Elias et de Max Guazzini, il réitère ses premières déclarations, acquiesçant quand l’un des journalistes lui demande si "on en reste à la version de la table de nuit". A ce moment-là, son président vole à son secours : "Essayez d’enlever un pantalon quand vous avez trop bu, ce n’est pas facile", déclare Max Guazzini devant un parterre de journalistes médusés.

Fourie : "Je continue de penser que je suis le meilleur centre du monde."

Fin juillet, l’incertitude planait encore sur la venue de Jacque Fourie à Clermont. Le centre des Springboks avait signé un pré-contrat avec le club auvergnat mais sa Fédération faisait tout pour le conserver. Interrogé à ce sujet, le joueur avait laissé entendre qu’il n’était pas indifférent à l’offre de la SARU, estimant qu’il avait encore de l’avenir avec les Springboks. "Je continue de penser que je suis le meilleur centre du monde, avait-il alors déclaré. Si tout marche comme je le souhaite, alors je jouerai ma troisième Coupe du monde en 2011. Ce serait un honneur pour moi de devenir une légende de ce jeu, comme Os du Randt. Je voudrais atteindre les 100 capes, peu de joueurs l'ont fait sous le maillot des Springboks et quand je vois comment un homme comme Percy Montgomery est révéré... Je voudrais qu'on se rappelle de moi comme l'un des meilleurs centres de l'histoire de cette équipe. Alors si l'offre me va, mon coeur restera ici." Au final, Jacque Fourie n’a pas signé à Clermont mais aux Lions.

Lièvremont : " Exceptionnellement, nous ne commenterons pas nos choix."

AFP

Le 24 novembre dernier, Marc Lièvremont prend tous les journalistes au dépourvu lors de l’annonce du XV de départ tricolore retenu pour le troisième et dernier test automnal, contre les All Blacks à Marseille. Le sélectionneur de l’équipe de France affirme qu’ "exceptionnellement", le staff des Bleus ne commentera pas ses choix. "Je laisse à chacun le soin de le faire, en fonction de ses goûts, de son humeur du jour", avait ajouté l’ancien entraîneur de Dax avant de se retirer. C'était la première fois depuis sa prise de fonctions il y a près de deux ans que Lièvremont refusait ainsi d’éclairer ses décisions.

Novès : "Le Top 14 est malhonnête !"

Au cœur des doublons automnaux, Toulouse était quelque peu ébranlé. Le club, qui restait sur une cuisante défaite à Castres (10-30), devait préparer la réception de Montauban amputé de nombreux joueurs, dont Heymans et David, rappelés chez les Bleus après les forfaits de Mermoz et Fall. Le manager Guy Novès se disait "écoeuré" sur notre site : "Nous allons faire jouer les jeunes, des inconnus, comme si on était en 1930. Tout cela dénature le championnat, on ne peut pas dire que c’est une compétition honnête et professionnelle. Le Top 14 est malhonnête, je l’affirme !"

Thomas : "Je suis homosexuel."

Dans le Daily Mail mi-décembre, l’ancien capitaine du pays de Galles (100 sélections) s’est dévoilé au monde entier : "Je suis homosexuel", a-t-il déclaré, devenant le premier joueur de rugby à XV à faire son coming-out. "Je suis passé par toutes sortes d’émotions, les larmes, la colère, le désespoir absolu (…) J’allais souvent me promener sur les falaises surplombant la plage à côté de chez nous… et je me pensais parfois à sauter pour que tout s’arrête (…) Je ne veux pas qu’on se rappelle de moi come un joueur de rugby gay. Je suis d’abord et avant tout un joueur de rugby."