Other Agency
 
Rétro 2009

2009 sur la planète ovale (2/2)

2009 sur la planète ovale (2/2)

Par Rugbyrama
Par Rugbyrama - Le 25/12/2009 à 16:24
En cette fin d'année, notre site vous propose de revenir sur les principaux faits de 2009. Quatrième volet avec les événements qui ont marqué la planète ovale ces derniers mois, de l’invincibilité de l’Irlande au survol des Tri-Nations par les Boks en passant par la victoire de la France chez Blacks
 

. Le Sud africain

Vainqueurs de la tournée des Lions britanniques et irlandais (2 matchs à un), impériaux des les Tri-Nations, les champions du monde ont impressionné cette année encore. Malgré une fin de saison un peu compliquée (deux défaites, en France et en Irlande, pour une victoire, en Italie, lors des tests de novembre), ils ont offert un rugby d’une qualité exceptionnelle le reste de l’année. Leur maîtrise des Tri-Nations en témoigne. Toujours aussi puissants mais plus créatifs avec l’apport, entre autres, de leur nouveau maître à jouer, l’ouvreur Morne Steyn, ils ont notamment forgé leur succès dans cette compétition grâce à une victoire à Hamilton (32-29) le 12 septembre dernier à l’issue d’une match d’une rare intensité. Un troisième succès de rang face aux All Blacks qui avait beaucoup marqué le monde du rugby. Il s’agissait-là d’une performance inédite depuis 1976 pour les Sud-Africains qui enlevaient les Tri-Nations et s’imposaient un peu plus comme la meilleure nation de la planète. Ils ont toutefois perdu leur première place au classement IRB au profit de la Nouvelle-Zélande suite à leur tournée européenne mitigée.

. God save les Bleus

Toujours en course pour une victoire dans le Tournoi, rassérénés par leur victoire contre le pays de Galles quinze jours auparavant, les Français arrivaient ambitieux (orgueilleux ?) à Twickenham en ce 15 mars 2009. Ils attendaient ce crunch avec impatience… Et furent finalement mangés, croqués, carrément bouffés par des Anglais morts de faim. Défaits 10-34 et déjà menés 29-0 à la mi-temps, les Bleus étaient sortis rouges de honte après leur pâle prestation. Méconnaissables, abrutis et surpris par le déroulement des événements, ils n’avaient pas su réagir face à la déferlante anglaise durant la rencontre. Cette défaite a fait beaucoup de mal au camp tricolore, qui était venu à Londres en quête de réponses. La victoire en Italie la semaine suivante (50-8) n’avait pas suffi à faire taire les interrogations nées de la déroute anglaise.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×