Icon Sport

RUGBY - PRO D2 - Soyaux Angoulême arrache le match nul face à l'USAP

L'USAP concède le match nul au buzzer à Angoulême

Le 05/11/2017 à 16:16Mis à jour Le 05/11/2017 à 17:42

PRO D2 - En allant chercher un essai de pénalité sur la dernière action de la partie, le SA XV a sauvé le match nul sur sa pelouse, face à l'USAP. Les Perpignanais, qui alignaient une équipe remaniée, ont bien failli réussir leur pari, malgré une première mi-temps ratée, mais ils ont été emportés par l'orgueil et l'envie des locaux en fin de match. Comme la saison passée...

Eurosport Player : Regardez toute la saison en LIVE

Voir sur Eurosport

Décidément, Soyaux-Angoulême a le don de contrarier Perpignan après la sirène. Comme la saison dernière, presque un an jour pour jour après la première réception historique de l’USAP à Chanzy, Soyaux-Angoulême arrache le match nul à la dernière seconde.

L’essai de pénalité sifflé par M. Lasausa (80e+2) permet aux Charentais d’inscrire deux points précieux dans la course au maintien. Les Catalans, venus en Charente avec une équipe largement remaniée, sont passés à deux doigts de l’exploit. Décimés par les blessures, les hommes de Christian Lanta restent dans le "top 5"... mais le directeur sportif a quitté la pelouse de Chanzy furieux. La faute, selon lui, à deux cartons jaunes injustement décernés par le corps arbitral en première mi-temps.

Soyaux les bras au ciel !

80e minute : Perpignan mène 30-23. Mêlée fermée sur les 40m de l’USAP, introduction catalane. Les Sang et Or n’ont plus qu’à assurer pour s’offrir un troisième succès à l’extérieur. Soyaux-Angoulême, en position de relégable pour la première fois depuis un an et demi, a la tête au fond du seau. Pourtant, le pack du SA XV met son homologue au supplice. Julien Laïrle, le manager charentais, demande les 3 points pour rentrer dans le bonus défensif. Mais Jean Ric flaire le bon coup et va en touche. Choix payant puisque le maul des Violets roule sur la défense des usapistes. Le XV de Soyaux exulte, comme rarement.

Vidéo - Bourde, essais, suspense : les temps forts de Soyau-Angoulême - Perpignan

02:24

Soyaux le tenait, ce match, jusqu’à la 40e minute de jeu. Mais Adrien Ayestaran, en loupant son dégagement en touche pour mettre un terme à la première période, a offert un essai casquette aux Sang et Or. Revigoré, surtout après l’entrée en jeu de Seguy à l’ouverture et le remplacement de Selponi à l’arrière (53e), Perpignan a ensuite imposé sa "patte". Mais pas assez, visiblement, pour se mettre à l’abri définitivement.

Le staff catalan vert de rage

La fougue charentaise a eu raison de la large revue d’effectif du club catalan, qui a fait le voyage en Charente avec plusieurs espoirs sacrés Champions de France il y a quelques mois. Pourtant, les minots ont tenu le choc. A l’image d’un Samuel Faconnier remuant et récompensé d’un essai sur son aile (60e), après une merveille de passe sautée de Seguy. Et de Sadek Deghmache, qui a surpris la défense adverse (40e+2) pour remettre l’USAP dans le match après la fameuse cagade des Violets.

Dans un mouchoir de poche

Ce match, Perpignan l’a finalement perdu en première mi-temps, en gâchant deux occasions d’essais, toutes faites, dès les premières minutes. Et surtout, en usant le sifflet de M. Lasausa. En sortant deux cartons jaunes da sa poche (Lam, 14e et Carbou, 23e), l’arbitre s’est attiré les foudres de Christian Lanta et Patrick Arlettaz. En cause, deux plaquages musclés mais totalement réguliers aux yeux des deux hommes forts du club catalan. Car, à 13 contre 15, Perpignan a encaissé un essai (Perraux, 24e).

Si ce match nul plonge Soyaux-Angoulême en position de relégable à l’issue de cette 11e journée (pour la première fois depuis août 2016), les Charentais ne sont pas pour autant largués au classement. 4 points les séparent seulement de la 7e place ! La prochaine journée s’annonce palpitante, en bas de tableau

0
0