Icon Sport

Pro D2 : Maxime Lafage est prêt à s'envoler

Maxime Lafage est prêt à s'envoler
Par Rugbyrama

Le 11/10/2017 à 16:17Mis à jour Le 11/10/2017 à 19:22

PRO D2 - Cette semaine, Rugbyrama vous emmène à la découverte d'un jeune joueur de Colomiers : Maxime Lafage (23 ans). Un ouvreur prometteur, qui joue régulièrement avec l'USC depuis deux saisons. Avant d'affronter Dax, ce jeudi soir, il partage ses ambitions.

Après une grosse séance d'entraînement ponctuée d'une opposition dirigée entre "probables titulaires" et "possibles remplaçants" pour le match à venir contre Dax, Maxime Lafage a joué les prolongations. Pendant que ses coéquipiers se restauraient avant la deuxième séance du jour, l'ouvreur et les autres buteurs travaillaient leur jeu au pied, en suivant les conseils avisés du maître en la matière : David Skrela.

L'objectif ? Régler les plus fins détails techniques. Là où se cache le diable. Maxime Lafage, qui a commencé le rugby alors qu'il n'avait que 6 ans, du côté de Blagnac, à moins d'une dizaine de kilomètres du stade Michel-Bendichou, raconte sa séance : "Il nous fait rectifier la position de la cheville, du pied d'appui et nous apprend à nous servir des détails présents autour de nous dans le stade, comme un panneau publicitaire, par exemple, qui peut devenir une cible pour mieux toucher une zone du terrain particulière".

Mais qui est véritablement ce jeune ouvreur ?

Arrivé à Colomiers après un passage manqué du côté de Toulouse, Lafage revient sur ses quatre années dans l'institution rouge et noire, mais surtout sur la marche... trop haute à l'époque. "Le Stade, c'était sans doute trop tôt pour moi. Il y avait une concurrence incroyable. A Colomiers, j'ai trouvé un club familial qui m'a permis de rebondir" explique ce joueur racé (1,83 m, 84 kg). "Je joue à un poste à responsabilité. Les anciens coachs (Bernard Goutta et Philippe Filiatre) m'ont fait confiance et j'ai peut-être réussi à prouver que l'on pouvait occuper ce poste malgré mon jeune âge. J'en suis fier". Le pari paraît effectivement rempli, selon son entraîneur Olivier Baragnon : "C'est un joueur qui va encore progresser, mais c'est un bel attaquant avec un gros potentiel et une tête bien faite".

Pour le plaisir du jeu

En 2015, une dizaine de jours après son 21e anniversaire, Maxime Lafage a su qu'il allait fouler pour la première fois une pelouse de Pro D2. A la 44e minute du match contre Mont-de-Marsan, le 11 septembre 2015, il remplace le centre Grégoire Maurino et débute dans le monde professionnels. "Comme quoi, le travaille paye toujours", sourit l'ouvreur avant de poursuivre : "Je m'en souviens parce que mes parents avaient fait le déplacement" se remémore le jeune homme qui malgré, la défaite 33-20, garde un bon souvenir de cette première.

Maxime Lafage (Colomiers) face à Biarritz - 20 avril 2017

Maxime Lafage (Colomiers) face à Biarritz - 20 avril 2017Icon Sport

Mais au-delà même de sa première apparition, c'est sa première titularisation à Michel-Bendichou que Maxime Lafage aime se remémorer. Le résultat ? Un succès bonifié contre l'USAP (41-16). Une victoire dont il retient la tension qui l'habitait :"J'avais un peu plus de pression car j'avais des amis et de la famille en tribune. Après le match j'étais surtout fier et heureux d'avoir réussi devant eux". Il dévoile alors sa petite routine à l'approche des rencontres : "Je suis à un poste où je dois montrer beaucoup de sérénité. Quand je rentre chez moi, j'ai mon plan de match en tête". Pas question pour autant de se prendre la tête : "Il faut penser avant tout à prendre du plaisir. Une carrière quand on écoute les "anciens" du vestiaire, ça passe vite". Maxime Lafage, lui, est bien décidé à en profiter.

Par Hugo Dervissoglou

0
0