Icon Sport

PRO D2 - Remonté, Clément attaque les dirigeants albigeois et leur demande de "passer le relais"

Remonté, Clément attaque les dirigeants albigeois et leur demande de "passer le relais"

Le 18/03/2017 à 17:11

PRO D2 - Via un communiqué qu'il nous a transmis, Vincent Clément, qui aide actuellement Albi à redresser la tête, dénonce l'attitude des dirigeants du SCA. Pour l'ancien capitaine emblématique du club tarnais, le président et le directeur général du conseil d'administration doivent partir.

Dire qu'Albi vit une saison mouvementée est un euphémisme... 14e du classement de Pro D2 et à la lutte avec Vannes pour éviter la relégation, le SCA est aussi dans le flou le plus complet en coulisses. Une situation qu'a voulu décrire (et surtout dénoncer) Vincent Clément. L'ancien troisième ligne, qui a passé six ans dans le Tarn en tant que joueur (2005-2011), est actuellement au chevet de l'équipe jaune et noire. Le tout bénévolement et accompagné de Julien Guiard, Florent Wieczorek et Kevin Boulogne.

Et depuis la défaite contre Vannes à la maison (19-22), force est de constater que l'apport de ce quatuor d'officieux a porté ses fruits : un large succès face à Dax (52-7), une victoire sur Perpignan (26-24) et une bonne opération à Bourgoin (19-23) pour une seule défaite, honorable, à Colomiers (36-21). Mais voilà, le club s'apprête à faire revenir Serge Milhas, pourtant écarté mi-février par les joueurs, qui n'en voulaient plus...

Vincent Clément et Kevin Boulogne (Albi) - février 2017

Vincent Clément et Kevin Boulogne (Albi) - février 2017Icon Sport

"Si le maintien en Pro D2 est loin d’être gagné, le Président, son directeur général et son conseil d’administration ont acté le retour de Serge Milhas ce dimanche. Ce procédé semble vouloir nuire à Serge Milhas, dans un premier temps, en attisant le conflit avec les joueurs", estime Vincent Clément. "Dans un deuxième temps, le directoire, en déstabilisant le groupe une nouvelle fois, prend le risque de briser la fragile dynamique des derniers matches pour, il me semble, pouvoir m’écarter plus facilement et garder ainsi le contrôle".

" J'ai refusé le poste de manager sportif (Vincent Clément)"

Clairement, l'ex numéro 8 est dépité : "J’ai essayé de poursuivre mon action au sein du conseil d’administration [...] J’ai poussé fort pour qu’ils prennent conscience de la situation dramatique que traverse le SCA dans de nombreux domaines et de l’urgence qu’il y avait à réformer un club plein de ressources et de richesses mais qui n’a pas de vision et accumule le retard sur ses concurrents de la même division".

Avant de préciser : "À demi-mot, ils m’ont demandé de me positionner sur le poste de manager sportif. J’ai refusé celui-ci car je ne voulais pas avoir à mentir aux joueurs en leur promettant monts et merveilles sur l’avenir du club et ainsi les soumettre aux mêmes sacrifices que mes amis et moi-même avions consenti par le passé, persuadés que ce que nous faisions sur le terrain allait lui permettre de grandir et de se structurer".

"Depuis 6 ans, le club n'a cessé de régresser"

"Ma réponse sous forme de lettre adressée au président, je la rends publique aujourd’hui", explique-t-il. "J’y indique que je ne suis pas à la recherche d’un poste ce qui est d’ailleurs toujours le cas d’où ma liberté d’agir de la sorte, mais que si je dois avoir un rôle, celui-ci doit avoir des prérogatives élargies pour la création et la mise en œuvre d’un projet de club avec la maitrise des éléments stratégiques et budgétaires afin d’amener la transparence tant demandée. Aujourd’hui, force est de constater [...] que le CA (toujours exclus des deux historiques) son président et son directeur général ne veulent pas véritablement travailler autour d’un projet".

Vincent Clément (Albi) - février 2017

Vincent Clément (Albi) - février 2017Icon Sport

"La méthode utilisée cette semaine démontre un manque d’éthique certain", critique encore Clément. "Ils ne respectent pas des entraineurs en difficulté, aussi en grande partie par leur faute, un groupe qui essaie de s’en sortir, un staff bénévole compétent et dévoué et un public dont l’espoir renait. Je ne peux m’associer à cela et laisser se dérouler cette injustice".

Et de conclure : "Cet épisode est le dernier d’une longue liste. Depuis six ans, sous la gouvernance actuelle, le club n’a cessé de régresser. Ils vivent encore sur les acquis d’un temps doré. S’ils ne veulent pas s’inscrire dans cette démarche de construction, je leur propose d’assumer le bilan financier de cette saison dont ils sont responsables, et de passer le relais à des personnes qui ont les intérêts du club à cœur et qui veulent le voir réussir. Quant au président de la SASP, aux abonnés absents depuis un moment, je lui demande d’en rester à sa décision initiale et de partir à l’issue de la saison". Au moins, le message est clair !

0
0