Icon Sport

Pro D2 - Oyonnax, Montauban, Ramos, Perpignan, Albi... Nos Tops et Flops de la saison 2016-2017

Oyonnax, Montauban, Ramos, Perpignan, Albi... Nos Tops et Flops de la saison de Pro D2

Le 23/05/2017 à 14:41Mis à jour Le 24/05/2017 à 09:20

PRO D2 - Les remontées d'Oyonnax et Agen, Thomas Ramos qui se fait un nom, l'échec de Perpignan ou les querelles internes à Albi... Nos Tops et Flops de la saison de Pro D2.

Les Tops

  • Oyonnax, Agen : Un petit tour et puis le Top 14

C'était l'inconnue en début de saison. Oyonnax et Agen, tous deux relégués du Top 14, allaient-ils remonter dans l'élite ? La question méritait d'être posée, tant le championnat de Pro D2 n'avait jamais autant paru homogène. La tâche s'annonçait donc ardue pour les Haut-Bugistes et les Lot-et-Garonnais. D'autant que le début de championnat n'était pas en leur faveur. Il fallut attendre la 5e journée pour le SUA et la 7e journée pour voir l'USO s'installer définitivement dans le Top 5. Une fois la machine en route, les deux clubs ne vont plus lâcher le morceau, se partageant la 1re place de la 6e à la 30e journée. Seuls Montauban et Colomiers ont réussi à les détrôner durant cette période. Mais au soir de la 19e journée, Oyonnax reprit son fauteuil de leader et ne le lâcha plus jusqu'au titre. Jamais distancé, Agen fit douter les joueurs de Johann Autier jusqu'à l'avant-dernière journée. En vain. Mais le SUA s'est consolé en remportant haut la main la finale d'accession contre Montauban. Finalement, la logique est respectée, les deux meilleures attaques (790 pts pour Oyonnax, 780 pour Agen) retrouvent le Top 14 après une saison maîtrisée de part et d'autre.

Clément Darbo - Agen

Clément Darbo - AgenAFP

  • Montauban, la bonne surprise

Chaque saison, la Pro D2 apporte son lot de surprises. Et chaque saison, un club vient bousculer la hiérarchie et se hisser en demi-finale. Remonté de Fédérale 1 en 2014, Montauban a pris tout le monde de court. Dans le Top 6 dès la 9e journée, les Montalbanais se sont maintenus à ce niveau tout le reste de la saison. La raison ? Une défense imperméable, la meilleure du championnat avec 533 pts encaissés, qui a permis à l'USM d'enchaîner 6 victoires sur les 6 derniers matches de la saison, et de s'offrir une demi-finale dans sa "Cuvette" de Sapiac. Un exploit, certes, tant on n'attendait pas Montauban à ce niveau en début de saison, mais logique au vu de la régularité des joueurs du duo Lafond - Whitaker. Dans le sillage d'un Jérôme Bosviel meilleur buteur (240 pts au pied) et meilleur marqueur (8 essais) du club, les Tarn-et-Garonnais ont surpris mais aussi régalé. Reste le plus dur : réitérer la même performance la saison prochaine.

Florent Domenech (Montauban) - 21 mai 2017

Florent Domenech (Montauban) - 21 mai 2017Icon Sport

  • Thomas Ramos, un prêt tout bonus
Thomas Ramos, l'arrière de Colomiers

Thomas Ramos, l'arrière de Colomiers Icon Sport

  • Les promus maintenus, une première !

La Pro D2 a été le théâtre d'une grande première cette saison puisque les deux promus se sont maintenus. Soyaux-Angoulême et Vannes ont étonné le petit monde de la deuxième division par leur rapide adaptation. Les Angoumoisins ont davantage surpris en n'étant jamais classés plus bas que la 9e place jusqu'à la 20e journée. Un maintien rapidement acquis, une fin de saison en roue libre terminée à la 13e place, le SA XV n'a jamais tremblé. A contrario des Vannetais qui ne se sont maintenus qu'à la dernière journée. Pourtant, le RCV n'a passé que... 2 journées en position de relégable ! Emmenés par les 289 pts d'Ashley Moeke, les 8 essais de Conor Trainor et un stade de la Rabine en fusion toute la saison, les troupes de Jean-Noël Spitzer se sont offert le maintien. Chapeau !

La joie de Vannes

La joie de VannesIcon Sport

Les Flops

  • Piri Weepu, cette star qui n'a jamais réussi à briller

Le passage de Piri Weepu en France n'aura pas vraiment marqué les esprits. Du moins, ce n'est pas sur le terrain que l'ex-demi de mêlée des All Blacks (71 sélections) et champion du monde en 2011, a fait parler de lui. Limogé par Oyonnax en janvier 2016 après s'être embrouillé avec l'entraîneur Johann Authier, Weepu a tenté de rebondir 6 mois plus tard du côté de Narbonne. Une tentative soldée par un échec... Avec seulement 8 feuilles de match, 1 titularisation pour 0 point marqué et 2 cartons jaunes... Bref, une énorme déception pour un joueur qui est arrivé dans l’hexagone avec un sacré CV.

Piri Weepu (Narbonne)

Piri Weepu (Narbonne)Icon Sport

  • Perpignan la reconquête attendra encore

Cela fait maintenant 3 saisons que l'Usap commence l'année dans la peau du favori et cela fait 3 fois que les Catalans échouent pour retrouver l'élite. Passés proches de la remontée en 2015, les Perpignanais ne sont, depuis, jamais parvenus à accéder aux phases finales. Un bilan difficile pour l'un des cadors de cette Pro D2 qui a la chance d'avoir un effectif talentueux, expérimenté et de nombreux joueurs estampillés Top 14 (Mafi, Piukala, Millo-Chluski, Château, Strokosch, Acebes, Ratini...) mais qui, ce coup-ci, a été victime d'un début de saison agité et indigne de son statut (4 défaites lors des 5 premiers matches entrainant les licenciements de Gelez et Benetton). Un retard que l'Usap a bien failli rattraper mais qui a finalement condamné les Catalans à échouer au pied de la zone des qualifiés.

Les joueurs de Perpignan

Les joueurs de PerpignanIcon Sport

  • Bourgoin-Jallieu : l'interminable saison

Que dire sur la saison des Isérois... Minés par des soucis financiers qui ont valu une pénalité de 8 points au classement, embrumés quant à l'avenir de leur club, les Berjalliens ont lutté comme ils ont pu. Mais avec un total de 4 victoires à l'issue de l'exercice 2016-2017, il était bien difficile d'envisager le maintien. Et comme si ce n'était pas suffisant, le CSBJ, placé récemment en liquidation judiciaire, est de nouveau menacé par la DNACG d'une double rétrogradation qui l'enverrait en Fédérale 2 ou 3, ce qui acterait la disparition d'un autre bastion du rugby français.

Vincent Barrière (Bourgoin) - novembre 2016

Vincent Barrière (Bourgoin) - novembre 2016Icon Sport

  • Albi, quel gâchis

Si le SC Albi va prendre la direction de la poule Élite de Fédérale 1, c'est en partie à cause de ses querelles en interne. Un feuilleton qui a animé toute la saison des Tarnais et qui est pour beaucoup dans la descente du SCA à l'étage inférieur. Demi-finaliste en 2015 et 10e l'an dernier, Albi semblait pourtant assez étoffé pour figurer dans la première partie de tableau. Il n'en fut rien, un changement de staff tardif puis une "mutinerie" des joueurs pour placer le trio Clément-Wieczorek-Guiard aux commandes (qui a tout de même affiché un bilan probant de 6 victoires pour 4 défaites sur la fin du championnat) ont eu raison des Albigeois. Condamnant ainsi un monument de plus du rugby hexagonal à la reconstruction dans les divisions inférieures.

Nemo Gunther Roelofse (Albi)

Nemo Gunther Roelofse (Albi)Icon Sport

Avec Maxime BROSSARD

0
0