Icon Sport

Pierre-André Hafner : "Je suis dégouté, on ne me reverra plus jamais sur un bord de terrain !"

Hafner : "Je suis dégouté, on ne me reverra plus jamais sur un bord de terrain !"

Le 21/05/2017 à 10:33Mis à jour Le 21/05/2017 à 10:35

PRO D2 - Élu à l’été 2015 à la présidence du CSBJ après avoir été président du CASE de Saint-Etienne de 2011 à 2013, Pierre-André Hafner a déposé le bilan du club berjallien le 16 mai ; un club dont il avait personnellement assuré la situation financière l’été dernier. Porteur aussi d’un projet différent que celui de l’association, il réagit pour Rugbyrama et se dit "dégouté".

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Exclusivité Eurosport Player : Suivez 100% du championnat !

Voir sur Eurosport

"J’ai tenté de présenter un projet alternatif qui me semblait extrêmement viable et très intéressant pour le CSBJ. Quand une association refuse de discuter avec des gens qui proposent d’amener 10 millions d’€ sur cinq ans, c’est juste ahurissant. Ils se sont accaparés ce club qui n’est pas à eux, il est à tout le monde. Ils se sont accaparés ce club historique qui ne doit pas mourir, et qu’ils vont faire mourir. J’ai l’impression que c’est une lutte des classes. Pratiquer la politique de la chaise vide, c’est suicidaire et ils en porteront la responsabilité".

Et d'ajouter : "Quand j’entends que l’on m’accuse d’être un fossoyeur de deux clubs, j’ai essayé de les mettre en ordre proprement ! Je suis allé au combat jusqu’au bout. Quand le bateau coule, les rats quittent le navire et les plus courageux restent à bord. Le fait que j’ai déposé le bilan du club le met en position de feuille blanche et que personne ne veuille reconstruire, c’est bien dommage. J’en ai marre. Je suis dégouté. On ne me reverra plus jamais sur un bord de terrain ! Je n’en veux plus. J’oublie les lettres anonymes et les crasses sur les réseaux sociaux où les gens parlent sans savoir… Quand on commence à recevoir des lettres anonymes à la maison, ce n’est pas très agréable. J’ai mis mon argent qui est le fruit de mon travail. Je suis abasourdi. Comment les égos peuvent transformer les gens dans la bêtise humaine ? Ils privent tout un pays du plaisir de voir le CSBJ évoluer à un niveau professionnel intéressant".

0
0