Agustin Costa Repetto (Tarbes) - Octobre 2015 - Icon Sport
Pro D2

Tarbes a pris un coup sur la tête mais les joueurs veulent "rester en Pro D2"

Tarbes a pris un coup sur la tête mais les joueurs veulent "rester en Pro D2"
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 05/12/2015 à 15:04 - Publié le 05/12/2015 à 14:59
Par Marc Bruno - Le 05/12/2015 à 15:04

PRO D2 - La situation est dramatique à Tarbes en raison de la lourde sanction infligée par la DNACG (retrait de 15 points et une relégation administrative). Les joueurs, qui subissent de plein fouet ce terrible coup du sort, ont décidé de faire face pour sauver sur le terrain la peau du club bigourdan.

Le coup de massue administré par la DNACG n’avait pas empêché les Tarbais de s’imposer à Narbonne le week-end dernier. Engagés dans une remontée folle au classement, rien ne semblait pouvoir les arrêter et la passe de trois était même espérée avec la réception d’Albi à Maurice-Trélut. Hélas, le scénario n’était pas du goût des Tarnais, qui par un contre assassin de Raphaël Lagarde à cinq minutes de la sirène ont mis fin aux illusions bigourdanes. Dans la situation de turbulences traversée par le club, est-ce un stop-and-go passager, un coup de blues ou un mal plus profond qui rongerait l’effectif après le sursaut de fierté dans l’Aude ?

Le jeune Tarbais Adrien Domec - octobre 2015
Le jeune Tarbais Adrien Domec - octobre 2015 - Icon Sport

"Ce contre en fin de match est un coup de sort cruel à l’image de notre saison qui visiblement est placée sous le signe de la cruauté", argumente le coentraîneur Nicolas Nadau. "Je suis sûr que nous allons rebondir très vite. Certes, ça va être plus dur puisque nous jouons désormais le bas de tableau. Là aussi le sort ne nous aide pas, en raison des victoires des équipes comme Dax et Carcassonne que nous avons dans le viseur. J’espère en revanche que nous garderons notre appétit et le même engagement".

100.000 euros récoltés...

Même son de cloche pour Frédéric Garcia, en charge des avants, pour qui ce faux pas à domicile ne peut pas remettre tout en question. "Nous sommes capables d’aller chercher des points partout, on l’a prouvé à Narbonne", insiste-t-il. "L’objectif est clair, nous ne voulons pas finir parmi les clubs relégables. On fait abstraction de tout ce qui se passe autour de nous et on bosse très sérieusement. Forcément ce soir (vendredi), nous sommes très déçus notamment pour les supporters".

Jérôme Schuster (Tarbes) - octobre 2015
Jérôme Schuster (Tarbes) - octobre 2015 - Icon Sport

Des supporters qui se mobilisent sans relâche pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être. Quelque 600 souscripteurs ont répondu à l’appel des dirigeants et environ 100 000 € auraient été récoltés. Une goutte d’eau dans l’océan au regard du trou à combler qui s’avérerait, selon nos informations, plus de dix fois supérieur. A avancer ainsi dans un tel contexte, peut-on vraiment travailler sereinement ? "Le soutien des supporters nous fait au chaud au cœur et on le mesure chaque jour à l’entraînement", poursuit Frédéric Garcia. "Évidemment nous évoquons la situation entre nous, ainsi que les joueurs entre eux. Toutefois, le groupe vit bien, travaille fort et parle aussi beaucoup de rugby !"

Schuster: "Nous sommes forts dans nos têtes"

Des joueurs contraints d’envisager l’avenir à court terme tant que le TPR ne connaîtra la décision de la commission d’appel. Car ensuite, ils ne savent pas à quelle sauce ils seront mangés. "Le président nous a assurés qu’il n’y aurait aucun souci jusqu’à la fin de la saison", explique Jérôme Schuster. "C’est effectivement la vision à long terme qui donne à réfléchir. Pour notre part, nous sommes forts dans nos têtes et nous restons concentrés sur le sportif. Nos dirigeants doivent faire en sorte que la décision de la DNACG change". Des dirigeants qui pour le moment ne souhaitent pas donner plus d’explications sur le pourquoi et le comment de cette saga. Qui a fauté ? Qui savait ? Qui est coupable ou victime ? Pourquoi ce partenaire, de qui devrait jaillir la lumière, a-t-il plongé le TPR dans l’obscurité ? Autant de questions qui restent en suspens et auxquelles il faudra bien apporter des réponses un jour.

Felipe Manu (Tarbes) face à Montauban - Octobre 2015
Felipe Manu (Tarbes) face à Montauban - Octobre 2015 - Icon Sport

Pendant ce temps le club se débat et les joueurs font bloc. "On est là pour faire le boulot et rester concentrés", martèle Felipe Manu. "Sinon, ce sera très compliqué pour tout le monde. On va essayer de conserver cet état d’esprit car, comme toutes les équipes dans cette situation, on veut rester en Pro D2. Les coachs sont proches de nous, et des liens forts unissent le groupe. Nous gardons ainsi un gros mental !" Non, Tarbes n’est pas mort, même si leur bourreau d’un soir Raphaël Lagarde, auteur de tous les points albigeois, leur a remis vendredi un nouveau coup sur la tête.

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×