Icon Sport

PRO D2 - Pour Oyonnax, l’heure n’est pas encore à l’export

Pour Oyonnax, l’heure n’est pas encore à l’export

Le 11/01/2017 à 14:55

PRO D2 - Défait lourdement à Carcassonne (34-19) pour la reprise, Oyonnax a perdu son fauteuil de leader de Pro D2 et reste sur une série de trois revers (tous en déplacement) sur les quatre derniers matches. Pour autant, l’USO compte bien remettre les pendules à l’heure.

Eurosport Player : Votre journal 100% numérique

Voir sur Eurosport

À l’heure des étrennes, Oyonnax redemanderait bien quelques précieux points à mettre au pied des sapins qui dominent son centre d’entrainement. La venue de Béziers se profile à Mathon, avant Albi deux semaines plus tard, et ces deux duels face à des écuries mal classées apparaissent déterminants. Colomiers et Aurillac seront au menu des deux prochains déplacements, autrement dit des plats relevés !

L’USO veut (et doit !) beaucoup mieux s’exporter

"Nous sommes passés à travers et nous n’avons pas d’excuse", reconnaît de suite Stéphane Glas au moment d’évoquer la sortie de route en Pays Cathare. "Nous avons été surpris par notre performance car nous avons tout fait à l’envers", poursuit l’entraineur des lignes arrières qui doit justement composer avec de nombreuses blessures chez ses trois-quarts mais "ce n’est pas une excuse !".

Hors de ses bases, Oyonnax présente un bilan moyen (pour ne pas dire plus) de 2 victoires et 6 défaites (5e au Britannique). Et ces succès, ils ont été acquis à Albi et Bourgoin que l’on sait en difficulté. Y a-t-il une raison à ces soucis loin de Mathon ? "On se sait attendu mais on manque d’intensité", résume l’ancien international qui constate qu’à l’inverse son équipe réalise de belles copies devant son public malgré un écart face à Colomiers en début de saison. On rangera ça sous le coup de l’adaptation…

Stéphane Glas - Oyonnax

Stéphane Glas - OyonnaxIcon Sport

Une conquête performante qui sert de base

L’USO doit aussi son salut à quelques coups du sort comme sa victoire acquise face à Aurillac (24-19) grâce aux exploits de Jérémy Gondrand en fin de match. La machine n’est pas encore parfaitement huilée mais le staff y travaille. Il peut déjà se satisfaire de la conquête et globalement du travail de ses avants souvent décisifs. "Nous sommes performants en touche et en mêlée, et notre défense est performante", affirme Lucas Chouvet, qui estime cependant que les trois-quarts "n’arrivent pas à s’exprimer pleinement". Cela n’empêche pas l’USO d’être la meilleure attaque du championnat en terme de points (427) et d’essais marqués (48). Cependant les blessures au sein des lignes arrières font que les automatismes ont du mal à se mettre en place et Lucas Chouvet devrait ainsi connaître sa première titularisation. L’Espoir qui a débuté au Racing sera le quatrième ouvreur à être utilisé.

Jamie Cudmore sous ses nouvelles couleurs d'Oyonnax

Jamie Cudmore sous ses nouvelles couleurs d'OyonnaxIcon Sport

Vers un retour à un jeu plus pragmatique

Les clés du camion seront confiées à un jeune qui va fêter ses 22 ans en février prochain mais "Oyo" n’a pas trop le choix et ce sera à lui de saisir cette opportunité. D’autant plus que les conditions climatiques difficiles liées à l’arrivée de la neige et les dernières performances ont fait germer dans l’esprit du staff une réflexion sur la manière de jouer. "Nous nous sommes posé la question pour savoir s’il fallait réduire la voilure," reconnaît Stéphane Glas qui voit du positif à cette démarche car "quand les choses tournent moins bien dans une saison, se recentrer sur son jeu n’est pas plus mal".

Plus concrètement, "nous avons décidé de moins passer par le 10 et de jouer plus avec les gros, de se resserrer sur nos bases et nos avants", développe Lucas Chouvet. Oyonnax va probablement fait preuve de davantage de pragmatisme dans les prochaines semaines, sans douter, et avec les mêmes ambitions.

0
0