Eurosport

PRO D2 - Bagarre pour la 1e place, en bas l'étau se resserre... 3 raisons de suivre la 17e journée

Bagarre pour la 1e place, en bas l'étau se resserre... 3 raisons de suivre la 17e journée de Pro D2

Le 11/01/2017 à 12:51

PRO D2 - Si Montauban est monté sur la première marche à l'issue de la 16e journée, les Tarn-et-Garonnais comptent bien s'y installer, en bas l'étau se resserre avec 4 équipes au coude à coude... La Pro D2 entre plus que jamais dans une période chanière et voici les 3 bonnes raisons de suivre cette 17e journée.

Montauban veut assumer son statut

Passé de la troisième à la première place à l'issue de la dernière journée, Montauban a doublé en beauté ses rivaux agenais et oyonnaxiens. La victoire contre Vannes (36-13) a relancé la lutte pour le titre et les Vert et Noir sont plus que jamais l'équipe à battre. Sa place de leader, Montauban va devoir aller la défendre dans l'Aude, ce jeudi à 20h45. Et ce sera à coup sûr un déplacement périlleux puisque Narbonne reste sur une bonne dynamique et a glané de précieux points à Albi lors de la dernière journée (13-13). De plus, les hommes de Christian Labit n'ont perdu qu'une seule fois à la maison cette année, contre ces mêmes Albigeois en septembre, et affichent donc des résultats corrects à la maison.

Et les Montalbanais subiront les pressions d'Agen et Oyonnax qui auront l'avantage de recevoir tous les deux lors de cette journée. Les Oyomen affronteront Béziers qui semble aller mieux à la vue du carton infligé à Soyaux-Angoulême (41-9), tandis qu'Agen aura aussi fort à faire avec la venue de Mont-de-Marsan. Un remake de la finale d'accession de 2015 qui promet puisque les Montois sont l'équipe en forme du moment avec trois victoires consécutives.

La joie de Montauban

La joie de MontaubanIcon Sport

Aurillac et Colomiers ne veulent pas quitter le wagon

Bien installés depuis le début de saison dans le wagon des qualifiables, Aurillac et Colomiers comptent bien y rester jusqu'au bout du voyage. Mais le trajet risque d'être houleux, surtout avec la confrontation à distance qui s'est installée avec Mont-de-Marsan et Soyaux-Angoulême. Pour tenir le coup Aurillac doit continuer son incroyable série à domicile, mais doit aussi afficher un meilleur rendement à l'extérieur. Un objectif que les Cantaliens vont essayer de remplir en 2017, à commencer par le déplacement à Perpignan ce dimanche. Un match où il faudra batailler face à des Catalans contents de retrouver leur terrain après 3 déplacements lors des 4 derniers matches.

Pour Colomiers, les demies sont un objectif avoué depuis la première journée. Le président Alain Carré a déclaré sans prétention vouloir retrouver la saveur des phases finales. S'appuyant sur un pack solide et un buteur précis, Colomiers a les moyens de ses ambitions et après avoir battu Bourgoin, les Haut-Garonnais feront cap sur les Landes, et Dax mal-en-point au classement qui va tenter de relever la tête.

Cette saison Colomiers vise les demies

Cette saison Colomiers vise les demiesIcon Sport

Albi, Dax, Vannes, Béziers et Bourgoin vivent dans la peur

2 points, c'est l'infime écart qui sépare la 12e et la 15e place synonyme de relégation. Avec seulement 10 points au compteur, Bourgoin semblerait avoir abdiqué. mais il n'en est rien. Les Isérois sont des guerriers et ils ont annoncé qu'ils se battraient jusqu'au bout et surtout à domicile comme contre Aurillac juste avant la trêve où ils avaient gagné 20-3. Une performance qu'ils voudront réitérer contre Carcassonne. Plus haut, Béziers s'est rassuré face à Soyaux-Angoulême. Un résultat qu'Albi serait bien heureux d'imiter après le nul concédé à domicile contre Narbonne (13-13) et la colère de Serge Milhas qui attend une réaction imminente de ses joueurs. Et ce même si la tâche s'annonce ardue face à des Charentais toujours invaincus à domicile.

Anthony Bouthier et Vannes à la relance

Anthony Bouthier et Vannes à la relanceIcon Sport

Enfin, il y aura de la revanche dans l'air en Bretagne. Vannes reçoit Biarritz, et les Bretons avaient fait plier les Basques à Aguiléra, le 4 novembre dernier (victoire 22-23). Depuis les temps ont changé, et l'euphorie vannetaise s'est quelque peu atténuée. Avec trois défaites lors des trois derniers matches et surtout trois revers à domicile, Vannes flirte avec la zone rouge. Nouveaux-venus en Pro D2 et auteurs d'un jeu très séduisant, les Bretons doivent désormais apprendre à gérer leur match et le stade de la Rabine doit devenir une forteresse imprenable.

0
0