Icon Sport

Finale Pro D2 - Aviron bayonnais - Aurillac (21-16) : Un an après, Bayonne retrouve le Top 14 !

Un an après, Bayonne retrouve le Top 14 !

Le 04/06/2016 à 18:05Mis à jour Le 04/06/2016 à 18:46

PRO D2 - L'Aviron bayonnais a remporté la finale d'accession ce samedi en battant le Stade aurillacois à Toulouse (21-16). Bayonne retrouve donc le Top 14, un an seulement après l'avoir quitté.

Le petit tour dans l'anti-chambre de l'élite n'aura duré qu'un an pour Bayonne. Relégué l'année dernière en Pro D2, perturbé par la fusion ratée avec "l'ennemi" biarrot durant l'été, l'Aviron fait déjà son retour en Top 14 au terme d'une saison où il s'est révélé être un très solide dauphin de l'intouchable Lou, couronné par cette finale d'accession gagnée contre Aurillac (21-16). Chirurgical au pied, Martin Bustos Moyano a profité des nombreuses fautes aurillacoises pour inscrire tous les points de son équipe (5e, 10e, 13e, 22e, 29e, 37e, 63e). Les deux clubs relégués la saison passée remontent donc directement en Top 14, une grande première.

Le score ne reflète pas bien la physionomie de la rencontre. Aurillac est passé à côté de sa finale. Sans une entrée en jeu désastreuse du Samoan Pelu Taele, dont les plaquages à la gorge ont coûté un essai et dix minutes d'effort à quatorze, Bayonne se serait imposé plus largement. Et cela aurait été logique car l'écart était grand ce samedi, entre une équipe basque sereine, pleine de maîtrise et gestionnaire durant la dernière demi-heure, et des Cantaliens submergés par la pression.

Jack McPhee (Aurillac) - 4 juin 2016

Jack McPhee (Aurillac) - 4 juin 2016Icon Sport

Rien ou presque n'a souri aux hommes de Thierry Peuchlestrade, qui ont affiché une fébrilité, du déchet et de l'indiscipline qu'on ne leur connaissait pas sur leurs dernières sorties. À l'image des difficultés d'Aurillac, son buteur Maxime Petitjean - à 80% de réussite sur la saison - a manqué 3 coups de pied (3e, 40e+3, 59e). Ce n'était tout simplement pas le jour du SACA.

Bustos Moyano offre la montée à l'Aviron

À l'inverse de Petitjean, Martin Bustos Moyano a totalement réussi sa finale. En passant ses 7 premiers tirs au but, l'Argentin a mis à genoux le troisième de la saison régulière de Pro D2 et sa sérénité a rejailli sur l'ensemble de son équipe. Il y a deux ans, il permettait à Bayonne de se sauver en inscrivant tous les points face au Stade français, dans une rencontre couperet. Il a montré cette fois encore sa classe et son sang-froid dans les grands rendez-vous, ses 21 points offrant la montée à l'Aviron.

Martin Bustos Moyano (Bayonne) - 4 juin 2016

Martin Bustos Moyano (Bayonne) - 4 juin 2016AFP

Une nouvelle aventure attend désormais les partenaires de Jean Monribot. Celle du maintien la saison prochaine dans un Top 14 toujours plus armé. Mais ils auront bien le temps de penser à tout cela après la fête qui s'annonce grandiose dans la sous-préfecture des Pyrénées Atlantiques.

0
0