Munro et Fualau (Béziers) - septembre 2015 - Icon Sport
Pro D2

Pro D2 - Béziers: La renaissance de Lachie Munro

Béziers: La renaissance de Munro
Dans cet article
 
Suivez la compétition en live vidéo
Dernière mise à jour Le 04/02/2016 à 12:08 - Publié le 04/02/2016 à 12:07
Par Thomas CORBET - Le 04/02/2016 à 12:08

PRO D2 - Arrivé à Béziers après des passages infructueux dans deux autres clubs français, le demi d'ouverture néo-zélandais Lachie Munro s'est fait une place au soleil avec l'ASBH. Au point d'en devenir une des pièces maitresses.

Eurosport Player : Suivez la compétition en live vidéo

Impossible d'échapper à la référence quand votre capitaine répond au doux prénom de Phoenix! Le trait d'humour, certes un peu facile, n'est pas si loin de la vérité, et sans qu'il ait vraiment eu à renaître de ses cendres, Lachie Munro vit bien un renouveau sous le maillot rouge et bleu. Une expérience quelque peu amère avec l'Union Bordeaux-Bègles, une parenthèse peu concluante mais régénératrice à Lyon, et un atterrissage réussi à Béziers plus tard, le numéro dix a fait du chemin. "Ce fut difficile à Bordeaux, où je ne me suis pas vraiment senti soutenu, notamment par mon agent. J'ai eu du mal à comprendre le système français. Puis j'ai changé d'agent en partant à Lyon, où j'étais entrainé par un entraineur australien qui m'a rendu les choses plus faciles et m'a aidé à relancer ma carrière", se souvient-il.

Lachie Munro sous les couleurs de Bordeaux-Bègles en 2013
Lachie Munro sous les couleurs de Bordeaux-Bègles en 2013 - Icon Sport

Plus faciles, mais pas tout à fait idéales, précipitant certainement son départ sous d'autres cieux: "Il y avait des discussions pour une éventuelle prolongation au Lou, mais rien de certain, et l'opportunité s'est présentée avec Béziers, un club qui montrait qu'il me voulait vraiment. Avec à nouveau, un entraineur australien avec qui je travaille bien, et surtout à qui tous les joueurs font confiance. C'est grâce à lui que nous faisons un aussi beau parcours". On l'aura aisément compris, l'affect prend une part importante dans l'esprit de l'ancien joueur des Auckland Blues, désormais bien installé dans l'Hérault. "Je n'ai aucun regret concernant mon arrivée ici. J'ai trouvé une maison avec un petit jardin où nous avons pu nous installer, le chien peut sortir jouer, la vie est plutôt belle", admet-il.

Le Top 14, objectif réaliste ?

Une sérénité qui se reflète également sur le terrain, puisque l'ASBH a trouvé en lui le buteur régulier dont elle avait besoin pour se projeter vers le haut de tableau (il est deuxième meilleur réalisateur de Pro D2 avec 161 points). Et si son avenir s'écrira de son propre aveu en Nouvelle-Zélande sur le long terme, "après le rugby", c'est d'abord avec Béziers qu'il s'est fixé des objectifs élevés, plus collectifs que personnels. "Les points que je marque sont une simple conséquence du bon rugby que nous pratiquons. A la limite, si il y a une personne à qui ça fait plaisir, c'est ma mère", sourit-il.

Lachie Munro (Béziers) - 25 octobre 2015
Lachie Munro (Béziers) - 25 octobre 2015 - Icon Sport

Avant de s'avancer sur un sujet qui pourrait bien devenir brûlant si les Biterrois tiennent le rythme: "Il est difficile de se prononcer sur l'opportunité d'une montée en Top 14. Ce qui est sûr, c'est que nous voulons jouer une demi-finale à la maison, puis une finale, et si nous la jouons ce sera pour la gagner! Pour ma part, j'adorerais revenir en Top 14, ce serait un beau défi, et une superbe récompense pour le travail accompli. Je suis sûr que Manny (Edmonds) ferait un bon recrutement pour nous permettre de rivaliser".

Reste à savoir si Béziers aurait la puissance financière pour s'aligner sur les grosses écuries du Top 14 et ne pas faire l'ascenseur comme tant d'autres promus l'ont fait par le passé. Mais avant de faire des plans sur la comète, c'est un match à domicile qui se profile vendredi soir, contre Tarbes. Un face à face que les Biterrois ont perdu au match aller. "Nous étions tombés là-bas, donc nous ne les prendrons pas à la légère. Ils ont reçu une mauvaise nouvelle mais ils jouent un excellent rugby, comme si la relégation prononcée les surmotivait. On avait pris un carton rouge très tôt à l'aller, donc on préfère se baser sur notre match à Aurillac et construire là-dessus, en continuant à jouer un jeu d'attaque mais en soignant notre indiscipline. Nous défendons bien (pas d'essai encaissé depuis le 7 janvier, ndlr), mais il faut allier cela à une meilleure discipline", espère le demi d'ouverture. Une recette qui a déjà fait ses preuves à la Méditerranée.

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×