Jean-Jacques Castanet, le président d'Albi - Icon Sport
Pro D2

Pro D2 - Jean-Jacques Castanet (président d'Albi): "On veut se qualifier pour les demi-finales"

Castanet: "Albi veut se qualifier pour les demi-finales"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 20/01/2016 à 18:07 - Publié le 20/01/2016 à 15:04
Par Rugbyrama - Le 20/01/2016 à 18:07

PRO D2 - A mi-parcours de la saison régulière de Pro D2, Jean-Jacques Castanet fait le point pour Rugbyrama. Le président albigeois savoure la cinquième place au classement, objectif avoué du club tarnais. Il évoque aussi ses relations avec Mauricio Reggiardo et le staff du SCA, sans oublier de parle d'Ugo Mola, son ancien entraîneur.

On est désormais à la mi-temps du championnat, quel bilan pouvez-vous faire de cette première partie de saison du SCA?

Jean Jacques CASTANET: On s'était fixé l'objectif d'être dans les cinq premiers à la moitié de la saison. La moitié de saison vient de se terminer la semaine dernière et nous sommes cinquièmes. Cela signifie qu'on est dans les clous.

Et Albi est en train de confirmer sa belle saison dernière...

J-J.C: Oui c'est vrai. En plus, j'ai mis un peu la pression aux entraîneurs donc c'est très bien. Tout le monde pensait que la mi-saison se terminait fin décembre mais pour moi, la moitié de la saison était la semaine dernière. Le match à Carcassonne marque la fin des matchs aller.

" Ce n'est pas parce que je dénonce les contrats de mes entraîneurs que je ne vais pas les renouveler à la fin de la saison"

Pourquoi avoir dénoncé les contrats de trois de vos entraîneurs?

J-J.C: Ce n'est pas forcément négatif comme certains peuvent l'imaginer. Il faut se dire qu'on est tous ensemble. On se met tous en danger. Que ce soit le président, les entraîneurs et les joueurs. Et si on se met tous en danger, il faut aller au bout. Mais ce n'est pas parce que je dénonce les contrats de mes entraîneurs que je ne vais pas les renouveler à la fin de la saison.

Cela a-t-il été une décision délicate à prendre?

J-J.C: Non. Pour la simple et bonne raison que nous nous parlons beaucoup avec les entraîneurs. J'ai un échange très régulier avec eux. Ils le savaient depuis un moment. Cela n'a pas été une décision prise du jour au lendemain.

Jean-Christophe Bacca, le coach des avants d'Albi
Jean-Christophe Bacca, le coach des avants d'Albi - Icon Sport

Certaines rumeurs font aussi état de relations compliquées entre Mauricio Reggiardo et le staff, qu'en est-il exactement?

J-J.C: Non, ce n'est pas vrai. Il y a de très bonnes relations entre les joueurs et le staff mais aussi entre les différents entraîneurs. Même avec moi, il n'y a aucun problème. Je suis présent lors des déplacements. Je pars avec eux la veille lors des matchs importants. Je vais aux entraînements avec eux une fois par semaine. Je m'intéresse de près à mes joueurs et à mes entraîneurs. J'ai Mauricio de très nombreuses fois au téléphone dans la journée et je trouve même qu'il y a une très bonne ambiance. Il n'y a pas de souci de ce côté là. On vise tous le même objectif.

Etiez-vous un peu inquiet après le départ d'Ugo Mola pour le Stade toulousain?

J-J.C: Ugo Mola a quand même été quelqu'un de très bon en seulement un an. Il lui a fallu une saison pour qu'il se relance. Il y a peu d'entraîneurs qui viennent entraîner en Pro D2 un club moyen qui s'appelle Albi, qui amène ce club à la cinquième place et qui se retrouve après entraîneur du Stade toulousain. Tout cela en seulement un an. Je trouve que c'est quand même assez exceptionnel. C'est à l'image d'Ugo Mola. Mauricio devait trouver ses marques. Le staff a aussi dû s'habituer à une nouvelle forme de management, différente de celle d'Ugo Mola. Il a fallu digérer un peu tout cela. L'an dernier, Ugo avait un groupe plus limité que cette année. Cette année, le staff peut compter sur un groupe de trente à quarante joueurs capables de jouer en équipe première. C'est énorme. On ne l'avait pas l'an dernier. On tourne avec une douzaine de blessés importants depuis le début de saison. Pour autant, Albi est quand même cinquième.

" Depuis cinq ans, le travail a été bien fait. Le club a totalement été assaini"

Que pensez-vous du travail de Mauricio Reggiardo et du staff actuel?

J-J.C: Quand Ugo Mola me l'a présenté, il m'a dit: "C'est un bon mec". Je crois que cette simple phrase résume tout. C'est quelqu'un de franc et de loyal. Il a toute ma confiance. On sait se dire les choses, dans un sens comme dans l'autre. En début de saison, Mauricio a peut-être dû se retrouver avec son staff mais depuis, ils se sont trouvés. Et cela fonctionne bien. Et si on fonctionne bien, il y a des sollicitations de tous les côtés mais c'est le jeu. L'an dernier, Albi avec Ugo Mola attirait pas mal de joueurs. Cette année, c'est davantage encore.

Benjamin Bagate, l'entraîneur des trois-quarts d'Albi
Benjamin Bagate, l'entraîneur des trois-quarts d'Albi - Icon Sport

Comment voyez-vous la fin de saison du SCA?

J-J.C: Dans cette Pro D2, il n'y a rien de logique. Je me méfie toujours. J'espère que l'on va continuer à travailler de la même manière. Dans le calme et tranquillement, à l'abri des regards et sans avoir le feu des projecteurs sur nous. Cela ne veut pas dire que nous n'allons pas assumer notre statut mais on va voir. Depuis le début de la saison, je prends les matchs les uns après les autres. Je pense que Mauricio et le staff font la même chose. On ne se projette pas. Depuis cinq ans, le travail a été bien fait. Le club a totalement été assaini. On part sur des bases solides. On peut se permettre des choses que l'on ne pouvait pas se permettre les autres années. On peut anticiper notre recrutement et savoir où on va. Il y a plein de choses qui se sont mises en place. Il faut désormais confirmer tous les espoirs et ne pas s'endormir sur nos lauriers.

L'objectif est donc de faire aussi bien que l'année dernière pour le SCA...

J-J.C: Oui, c'est l'objectif qui a été décidé en commun entre les entraîneurs et le président. C'est de terminer à la cinquième place. On veut se qualifier pour les demi-finales. Mais ce n'est pas pour autant que nous allons réussir à réaliser ce souhait. On va essayer. Pour nous, le plus important était de continuer à structurer le club financièrement et administrativement. C'est en bonne voie. En plus, le club est en très bonne santé.

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×