Pro D2 - - Aurillac

Thierry Peuchlestrade (Aurillac): "Les Rochelais sont des golgoths"

Avant la réception de La Rochelle, Thierry Peuchlestrade, co-entraineur du Stade aurillacois, dresse le bilan des douze premières journées. Il revient également sur la défaite contre Pau (9-20) et se projette sur les échéances à venir.

 
Peuchlestrade: "Les Rochelais sont des golgoths" - Rugby - Pro D2Icon Sport
 

Vous venez de vous incliner 9-20 sur la pelouse de Pau, que retenez-vous de cette rencontre ?

Thierry PEUCHLESTRADE: Contrairement au score qui est assez lourd, le match a été indécis jusqu’aux dernières minutes. On était encore dans les clous du bonus défensif, c’est dommage. Sinon, je suis très satisfait du contenu. Nous avons eu une bonne conquête, une bonne défense mais on a été beaucoup pénalisé. C’est une sortie encourageante même si on perd. Le match précédent face à Mont-de-Marsan, on avait été très réaliste. Cette fois-ci notre buteur était en panne… C’est frustrant comme défaite.

La consigne d’avant-match était-elle de ne rendre aucun ballon au pied et d’envoyer du jeu au large?

T.P: On s’est adapté. On fait une bonne première mi-temps. Maxime Petitjean était dans un jour sans, c’est tellement rare qu’on peut le dire. Il en rate notamment une en face des perches, largement dans ses cordes. On s’est appuyé sur notre conquête qui est très bonne en ce moment tout en essayant de relancer. Cela a failli marcher. Le contenu est encourageant surtout dans le combat, l’agressivité et la dimension physique. On a su leur tenir la dragée haute en montrant de belles choses, notamment sur les largeurs. Avons-nous trop joué ? Je ne crois pas. C’était cohérent et assez propre. Le match bascule sur une perte de balle qui débouche sur un essai.

Quel premier bilan tirez-vous de cette première partie de championnat?

T.P: Franchement, c’est un bon bilan. On était un peu déçu par rapport à nos sorties, notamment à Tarbes, Narbonne ou encore à Bourgoin où on passe à côté de nos matches. On perd une fois à la maison contre Lyon, au terme d’une partie très disputée. On a pris trois bonus offensifs à domicile, on inscrit beaucoup d’essais, c’est très bon pour l’instant.

Vous êtes sixièmes après douze journées, les objectifs ont-ils changé ?

T.P: L’objectif est toujours le même. L’an dernier, on a touché aux demi-finales où on perd contre Brive, alors forcément, on a envie de connaître de nouveau ces matches couperets. On peut faire cet exploit mais pour cela, il faut presque réaliser un sans faute.

Comment jugez-vous le niveau du Pro D2 cette année?

T.P: Comme tous les ans, il est de plus en plus homogène. Beaucoup d’équipes sont capables de réaliser de grosses performances, les promus ne sont pas largués. Il y a beaucoup de joueurs de qualités, issus du Top 14. Encore la semaine dernière, à Pau, on a affronté Jean Bouilhou. On le sait, il faudra batailler tous les week-ends pour s’en sortir.

Comment abordez-vous le match face à La Rochelle?

T.P: Cela va être un match intéressant. Ils sont sur deux défaites consécutives sans prendre de point, ce qui pimente la rencontre. La Rochelle a de bons joueurs, de grosses ambitions, on connaît leurs objectifs. Mais nous, on a aussi besoin de points. Bourgoin vient de nous passer devant au classement, c’est une équipe sur laquelle il faudra compter pour la suite.

Dans quel secteur cette rencontre peut-elle se jouer?

T.P: On s’est aperçu en jouant Lyon et Agen que ces matches basculent sur des détails. Ce sont des rencontres cadenassées, où souvent les défenses prennent le pas sur l’attaque. La Rochelle est une équipe très dure, avec des joueurs très épais. Une bonne conquête, une grosse mêlée. Ce sont des Golgoths. De notre côté, on a peut-être pas ce style de joueurs. On va s’appuyer sur notre conquête et être bien en place défensivement. Et si cela fonctionne, on pourra commencer à mettre notre jeu en place. J’espère aussi qu’on retrouvera notre réalisme.

Est-ce votre philosophie d’envoyer beaucoup de jeu, de relancer?

T.P: Mis à part les All Blacks, même au niveau international, on voit que les affrontements se passent de plus en plus au milieu du terrain. Nous, on a peut-être pas la puissance nécessaire alors on essaye de mettre du mouvement dans notre jeu. Toutes les équipes de rugby tentent d’être les plus complètes possible.

 - Midi Olympique@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |