C'est la fête dans le bord de La Rochelle - Rugbyrama
 
Article
commentaires
Pro D2

Finale d'accession Pro D2 - A La Rochelle, la fête n'en finit plus

A La Rochelle, la fête n'en finit plus

Par Bruno Poussard
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 27/05/2014 à 10:12 -
Par Bruno Poussard - Le 27/05/2014 à 10:12
Après la pression des phases finales du Pro D2, la décompression est souvent à la hauteur. Dimanche, à l’issue de leur victoire stressante contre Agen (31-22), les Rochelais ont eu le droit à une énorme célébration. De Chaban-Delmas jusque dans les bars de la cité maritime, en passant par l’accueil de leurs supporters en fusion sur le port de La Rochelle, la fête a duré bien plus de 24 heures…

Même les chaussettes de Franck Jacob y sont passées. Jetées dans la marée jaune du stade Chaban-Delmas. A l’image du deuxième ligne, déchaîné et désormais retraité, les Rochelais sont restés de longues minutes devant le virage sud, à communier avec leur public à l’issue de la finale d’accession. A côté de lui, les troisième ligne Loann Goujon (blessé) et Thomas Soucaze (dont c’était aussi la dernière sous les couleurs des Jaune et Noir) profitaient bras dessus bras dessous des "Ici, ici, c’est La Rochelle" qui n’en finissaient pas. Le pilier Mike Corbel, lui, prenait une première douche au champagne. Après l’émotion au coup de sifflet final, un premier tour d’honneur puis la cérémonie officielle, les Maritimes n’avaient pas vraiment envie de quitter si vite l’enceinte bordelaise. Pourtant, la fièvre du dimanche soir les attendait sur le port de La Rochelle, où les supporters restés regarder la rencontre sur un grand écran se rassemblaient déjà.

Le public rochelais lors de la finale d'accession
Le public rochelais lors de la finale d'accession - Rugbyrama

La mer basse, pas de saut dans le port

Mais les nouveaux occupants du Top 14 avaient décidé de ne pas attendre de retrouver la cité portuaire pour lancer cette nuit de folie. Comme Charles Lagarde et Julien Berger qui n’hésitaient pas à s’emparer, en souvenir, des pancartes de vainqueur de cette finale. En caleçon, avec une bière ou un chapeau jaune sur la tête, c’est émus et très heureux que les Charentais débarquaient devant la presse quelques minutes plus tard. Sur ses béquilles, Jean-Philippe Grandclaude ne semblait pas encore réaliser. "Je ne pensais pas ressentir autant de bonheur. Je suis heureux, mais heureux ! Quand je suis venu il y a deux ans, j’y croyais réellement. On y est ! C’est énorme". Deux mètres plus loin, l’Auvergnat Loann Goujon, déjà bien parti, jouait l’agent de son pote Kévin Gourdon, à répartir ses interviews en rigolant. "C’est aussi une très belle récompense pour lui et tous les blessés", insistait devant nous le numéro 8 maritime de cette finale.

En toute sobriété, le président Vincent Merling résumait le sentiment général. "C’est une grande fierté et une grande joie partagée avec ce public extraordinaire !" Les supporters, justement, avaient déjà pris la route, lorsque le bus des joueurs quittait le stade des Girondins de Bordeaux. Après avoir animé les boulevards bordelais, c’est à la sortie de l’autoroute en se rapprochant de La Rochelle que le public poursuivait les célébrations. Un concert de klaxons accompagnait cette transhumance charentaise, tous drapeaux dehors. Au terme de cinq kilomètres de bouchons, même un gendarme présent devant le péage en gardait une trace sur son téléphone. Quarante kilomètres plus loin, c’est tout un peuple qui attendait ses héros face aux deux tours, où le souvenir de la montée de 2010 et du saut dans le port de Franck Jacob dans le plus simple appareil était dans toutes les têtes. Le régional savait néanmoins que ce ne serait pas possible cette année. "La mer est basse", nous avait-il informés.

Des kilomètres de bouchons pour le retour des Rochelais
Des kilomètres de bouchons pour le retour des Rochelais - Rugbyrama

Une soirée poursuivie jusqu'à ce mardi matin pour certains

Envieux de leurs ainés, les plus jeunes du groupe avaient souvent eu l’occasion d’en entendre parler. Kévin Gourdon était impatient au départ de Chaban-Delmas. "Benjamin Ferrou voulait me montrer les images de 2010, j’avais refusé pour découvrir moi-même ce que c’est, confiait-il. Ce sont des moments que l’on veut tous vivre, on se l’était promis en stage dans le bassin d’Arcachon, il y a quelques semaines". Une fois montés dans le bus prévu pour le défilé, les Rochelais trouvaient vite une foule énorme sur le port. Fêtés par leurs coéquipiers et supporters à l’issue de leur dernière, Franck Jacob et Thomas Soucaze étaient évidemment devant, debout, prêts à lancer un chant ou un début de ola. Assis à côté, Albert Vulivuli n’en ratait pas une miette, alors que plus loin, Hamish Gard paraissait médusé par une telle folie. De son côté, Kini Murimurivalu n’hésitait pas à sortir son drapeau fidjien. Et Loann Goujon, lui, portait encore le maillot du SUA donné par un Agenais à Chaban, toujours à côté de son pote Kévin Gourdon. A l’arrière du bus, le président Merling, enfin, montrait le grand "merci !" inscrit derrière lui à tous ceux qui regardaient leurs idoles passer.

Entre deux fumigènes et un petit feu d’artifice improvisé, pendant plus d’une heure, les joueurs échangeaient chants et clins d’œil avec ce public en furie. Pour le plus grand bonheur d’Arthur Cestaro, dont la caméra Go Pro était en marche depuis Bordeaux. Après un bref rituel cérémonial, tous passaient finalement aux choses sérieuses, amorcées pendant les 200 kilomètres de route. "On a un bon mois pour la récupérer cette fête, alors on va la vénérer !", nous avait prévenu Grandclaude. Le trois-quarts centre n’avait pas menti. Après un rassemblement tous ensemble à la Brasserie des dames, face à la Grosse horloge, le groupe amorçait sa tournée des bars dominicale, pendant que de nombreux supporters, tout aussi imbibés, n’en finissaient pas de refaire le match. A l’issue d’une nuit blanche pour certains, très courte pour d’autres, l’équipe se retrouvait à 14 heures ce lundi pour une réception officielle par la mairie de La Rochelle. L’occasion, finalement, de relancer les festivités dans l’après-midi ! Toujours bien entouré lundi soir, Gourdon accordait. "Certains n’ont toujours pas dormi. Nous voulions juste en profiter jusqu’au bout !" Ils l’avaient bien mérité.

Les Rochelais fêtent leur victoire en finale d'accession et joueront en Top 14
Les Rochelais fêtent leur victoire en finale d'accession et joueront en Top 14 - Rugbyrama
 
 

commentaires


  • cuisinier1731/05/2014 08:46

    Bon revenez au match retour à La Rochelle 27 à 26 que vous gagner avec la générosité de l'arbitre en votre faveur ,la dernière pénalité étant bien passé entre les perches ! Le seul ne l'ayant pas vu étant l'arbitre ,alors un peu d'humilité vous aussi !

  • jonatlr1730/05/2014 07:06

    @vicomt� on ne fait jamais trop la fête je ne vois pas en quoi fêter ça victoire et désobligeant voir suffisant par apport aux autres...quand tu a gagne et que tu a beaucoup de publics ça fait plus de bruit que quand tu a un petit public... Pour le budget ...rien détonant n'oublions pas que dans la région c le seul club de sport corpo dans l'élite alors plus simple de trouver des sponsors, et c le minimum pour rester en Tp 14....

  • cadragdebord1730/05/2014 01:00

    le budget de l'asr était de 9,5 millions,et il passe à 16,5. soit 6 millions ! d'augmentation, les droits tv c'est 2,5 millions. renseigne toi avant de sortir des conneries abrutis!!!!