Christian Labit - Carcassonne - Janvier 2011 - Icon Sport
 
Pro D2

Christian Labit (Carcassonne): "Lyon, ce qui se fait de mieux dans notre championnat"

Labit: "Lyon, ce qui se fait de mieux dans notre championnat"

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 03/09/2013 à 13:54 -
Par Midi Olympique - Le 03/09/2013 à 13:54
Pour l’ouverture du Pro D2, Carcassonne s’est lourdement incliné face à Lyon (38-52). Christian Labit, le manager audois, déplore ce revers mais reconnaît la supériorité des Lyonnais.
 

Quel a été votre sentiment à l’issue de cette défaite face au Lou ?

Christian LABIT: J’ai ressenti de la frustration, comme après chaque défaite, surtout quand le score est aussi élevé. Il aurait fallu jouer les Lyonnais un peu plus tard dans la saison, on n’était pas prêts. Néanmoins, je retiens également du positif, les garçons ont eu un comportement irréprochable. Par contre, il y a eu de gros problèmes défensifs.

Justement, avec 52 points encaissés, le principal point noir de cette rencontre doit donc être la gestion des phases défensives…

C.L: C’est sûr, mais cette gestion défensive n’est pas liée aux individualités. On doit encore travailler la cohésion collective, qui nous fait défaut pour le moment. On est en manque d’effectif, donc on ne peut pas trop travailler l’opposition. On a la possibilité d’être plus performants en défense, c’est évident. Nous allons beaucoup travailler dans ce secteur, pour encaisser moins d’essais. Il faut aussi préciser qu’on a presque un mois de retard sur tout le monde, puisqu’on a passé trois semaines à craindre une descente en Fédérale 1. Cela nous a fait perdre du temps, c’est incontestable.

Malgré tout, vous avez réussi à marquer quatre essais, ce qui est plutôt intéressant…

C.L: Oui, c’est le côté positif. Même sans grande cohésion, on a réussi à se montrer dangereux. J’ai une explication: l’offensif repose beaucoup sur la qualité des hommes, leur capacité à faire la différence individuellement, alors que le défensif, c’est surtout une affaire collective. Il faudra donc conserver cette attaque, tout en améliorant notre défense.

Pensez-vous que Lyon sera l’équipe à battre cette saison ?

C.L: C’est difficile à prévoir. Chez nous, les Lyonnais ont réalisé une grosse performance, avec beaucoup de réussite, de lucidité et d’efficacité. Je ne suis pas persuadé qu’ils y arriveront partout. De plus, un nombre conséquent de joueurs sont issus du Pacifique. Dans deux mois, avec la pluie et la boue,  ils n’auront peut-être pas le même rendement. Mais je pense que c’est ce qui se fait de mieux dans notre championnat, en effet.

Lors de la prochaine journée, vous irez à Tarbes. Après une défaite à domicile, comment allez-vous préparer ce déplacement?

C.L: C’est mon problème, je vais devoir trouver la solution. L’an dernier, on avait perdu contre Aurillac à la maison et, dans la foulée, on s’était imposés à Lyon. En priorité, je l’ai dit, il faudra donc régler les problèmes défensifs. Après, une saison de Pro D2, c’est un peu comme le Tour de France: sur le plat, beaucoup font de bons résultats, mais à l’arrivée, le maillot jaune est sur les épaules de celui qui tient sur la durée. Nous, on a manqué le départ, alors qu’on aurait pu frapper un grand coup. Il faudra se servir de cette défaite pour rebondir le week-end prochain. On sait très bien qu’on ira dans un endroit hostile, face à une belle équipe. Mais les grandes équipes ne doivent pas rééditer les mauvais résultats. A nous de démontrer ce que l’on est capables de faire.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×