Pro D2

Pro D2 - Stade aurillacois, l'envie d'y retourner

Cinquième et qualifié en demi-finale la saison dernière, le Stade aurillacois entend bien confirmer cette année, sous l’impulsion de son buteur vedette, Maxime Petitjean.

 
Aurillac, l'envie d'y retourner - Rugby - Pro D2Icon Sport
 

Malgré l’avant dernier budget du championnat, le Stade aurillacois est parvenu, la saison dernière, à se hisser dans le dernier carré du Pro D2, faisant ainsi figure de "Petit poucet" des phases finales au milieu d’équipes aux moyens financiers en tous points supérieurs. Après avoir résisté durant plus d’une heure et mené la vie dure au futur promu briviste, les Cantaliens ont finalement vu leur rêve de finale s’éloigner, mais le vent de fraicheur véhiculé par cette équipe à la France du rugby, ainsi que le déplacement en masse de ses supporters chez le voisin corrézien avaient largement contribué à la belle fête qui suivit la rencontre au Stade Amédée-Domenech.

Buteur local, Maxime Petitjean confie cependant sur le site de la LNR que la qualification aurillacoise si elle était inattendue du grand public, constituait bel est bien l’objectif de la saison des hommes de Jeremy Davidson. "Je sais que toutes les équipes ont ce type de discours mais nous avions vraiment pour ambition de nous qualifier pour les demi-finales de Pro D2. Même si nous avons connu des périodes un peu moins bien, nous ne sommes jamais descendus sous la septième place. On est peut-être passés à côté face à certaines grosses formations, mais on a su se reprendre sur des matchs importants. Cette demi-finale, à Brive qui plus est a été un super cadeau pour tout le monde d’autant que c’était une belle rencontre. Aurillac a montré un superbe visage". 

Reprise des tirs au but

Toujours plongés dans une préparation estivale "à l’anglaise", faite de travail le matin et de repos l’après-midi, les Hauts-Auvergnats se sont permis un petit intermède ludique, vendredi dernier, qui les a vus s’affronter au cours d’un tournoi de pétanque. Meilleur buteur de Pro D2 depuis deux saisons, Maxime Petitjean, à cette fois ci fait parler la précision de ces poignets pour vaincre ses coéquipiers et remporter la compétition. Toutefois, c’est bien par son pied gauche que l’ouvreur cantalien compte apporter des points au Stade aurillacois cette année encore. Il a d’ailleurs repris la semaine dernière l’entraînement dans ce domaine. "J’ai effectué une vingtaine de frappes mardi dernier. Ensuite c’est 30 minutes par jour. J’ai retrouvé les sensations. Mais il faut très chaud et cela fait trois semaines que nous faisons du physique alors c’est assez dur. Ca m’a fait du bien de couper complètement mais j’avoue que le ballon commençait à me manquer".

Un effectif stable

Alors qu’ils se déplaceront à Narbonne pour la première journée du championnat, les coéquipiers de Jakobus Kemp auront à nouveau à cœur cette saison de confirmer les belles promesses de l’exercice précédent. Un challenge que Petitjean juge tout à fait réalisable. "Une fois que l’on a goûté aux phases finales on a envie d’y retourner. Revivre cela serait super, cela confirmerait Aurillac au plus haut-niveau en PRO D2. L’effectif est resté stable, on a donc toutes les chances pour y parvenir. On vit bien ensemble sur le terrain et en dehors. La demi-finale est aussi due à cela, à cet état d’esprit entre joueurs."

 - Midi Olympique@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |