Lucien simon - Aix en provence - Midi Olympique
 
Article
commentaires
Pro D2

Lucien Simon: "Une rencontre déterminante contre Dax"

Lucien Simon: "Une rencontre déterminante contre Dax"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 15/11/2012 à 14:03 -
Par Rugbyrama - Le 15/11/2012 à 14:03
A deux jours de la rencontre face à Dax, Lucien Simon, le président du club d'Aix-en-Provence, est revenu sur l'importance de ce match pour servir de déclic.

Après dix journées, quel bilan faites-vous ?

Lucien SIMON: Le bilan est décevant. Maintenant, notre intersaison a été retardée et c'est toujours comme ça quand on modifie quelque chose au sein d'un club. La transition prend du temps. Nous avions pourtant réalisé de très bon matchs amicaux mais nous avons commencé la saison par deux déplacements car nous devions terminer les travaux des loges dans notre stade. Nous l'avons payé. Après, je ne vois que deux contre-performances. Il n'y a en pas eu cinquante. Après notre première victoire contre Auch, tout le monde a eu le sentiment que la saison était lancée. Nous avons été certainement trop confiants et la confiance est le pire ennemi du rugbyman. La suffisance nous a ramené sur terre.

La réception de Dax est-elle déjà capitale ?

L.S.: La rencontre face à Dax va être déterminante. C'est une équipe qui était encore plus mal partie que nous mais qui est capable de réagir. Je n'oublie pas que le Parc s'était réveillé il y a deux ans en gagnant à Dax. La saison dernière, nos deux équipes avaient connu un début de saison fracassant et nous étions arrivés à nous accrocher là-bas. Dax et Aix sont deux équipes sur courant alternatif, qui ont du mal à trouver de la stabilité.

A l'heure actuelle, on a l'impression que vous êtes un casque bleu entre votre staff technique et vos joueurs...

L.S.: C'est tout à fait normal. C'est la plus vieille histoire du monde. Je ne m'affole pas. Ce qui se passe est tout à fait naturel. Quand vous ne gagnez pas, les joueurs pensent que ça vient de l'entraîneur, l'entraîneur des joueurs et d'autres de la préparation physique. Quand nous commencerons à gagner, tout le monde se retrouvera. Et nous serons plus forts car nous aurons réussi à franchir ces moments difficiles. Je n'ai jamais pensé que la victoire n'appartient qu'à une seule composante. La défaite, c'est pareil. Tout le monde doit élever son niveau d'exigence pour que le collectif fonctionne. C'est bien de donner le meilleur de soi pour gagner en crédibilité. Le joueur qui est bon sur le terrain sera toujours mieux entendu que celui qui se cherche des excuses pour expliquer ses prestations.

Avez-vous aussi eu besoin de trouver vos marques avec Didier Nourault ?

L.S.: Des entraîneurs j'en ai connu beaucoup. Ma relation avec Didier est excellente. C'est un homme de grande qualité qui a eu un très beau palmarès à Montpellier. C'est d'ailleurs le fait que les villes de Montpellier et Aix-en-Provence se ressemblent beaucoup sociologiquement qui m'a poussé à faire ce choix. Je souhaite qu'il amène le modèle de Montpellier à Aix-en-Provence. Après, derrière la méthode, je sais que notre équipe a été modifiée par rapport à l'an passé. Par exemple, nous avions une mêlée très forte mais vers la fin de la période des transferts nous avons perdu Lazar, Kouider et Ursache. Ce ne sont pas des joueurs faciles à remplacer. Nous avons besoin d'un peu de temps. Quand nous avions changé de staff technique il y a deux ans, nous avions eu besoin de deux blocs de matchs pour nous caler. J'espère que ce sera encore le cas cette saison.

Retrouvez l'intégralité de l'entretien ce vendredi dans Midi Olympique...