Thierry PEUCHLESTRADE - 15.10.2011 - Auch Aurillac - Icon Sport
 
Pro D2

Demi-finales Pro D2 2013 - Thierry Peuchlestrade (Aurillac): "C'était dans nos rêves les plus fous"

Peuchlestrade: "C'était dans nos rêves les plus fous"

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 10/05/2013 à 12:04 -
Par Midi Olympique - Le 10/05/2013 à 12:04
Aurillac, troisième plus petit budget de Pro D2, disputera une demi-finale d'accession dimanche à Brive. Et pour l'entraîneur et enfant du club, Thierry Peuchlestrade, ce derby est un événement fabuleux pour son équipe. 
 

Cette demi-finale est-elle une récompense de votre saison ou l'opportunité d'aller encore plus loin ?

Thierry PEUCHLESTRADE: Un peu les deux. C'est une récompense de notre saison et du travail de ce groupe depuis deux ans. On a pris le temps d'intégrer les nouveaux et c'est notre très belle fin de saison dernière qui nous a permis d'enchaîner sur une dynamique positive. Grâce à cela, nous avons été réguliers tout au long de l'exercice, dans lequel nous sommes entrés de plein pied de suite. Mais c'est aussi un événement que nous abordons avec ambition.

Et dans le costume d'outsider...

T.P: C'est toujours le plus facile à porter. La pression sera tout de même énorme sur nous mais Aurillac est la surprise de ce dernier carré. D'autres clubs avaient affiché l'objectif de se qualifier et de monter. Nous, on avait juste dit: 'On va essayer de finir dans les cinq premiers'. Terminer dans la première moitié du classement, on savait faire mais là, accrocher une demi-finale en étant l'outsider, c'est une très bonne chose. Surtout quand c'est un derby.

Cela ajoute-t-il une saveur particulière ?

T.P: Bien sûr. Le derby face à Brive ne représentait plus grand chose ces dernières années car nous n'étions plus dans la même catégorie. Mais quand on a su que Brive descendait, on s'est dit que retrouver cette rivalité, cela allait être fabuleux. Alors affronter Brive en demie, cela faisait partie de nos rêves les plus fous.

Au match retour, vous vous étiez inclinés à Brive (9-13), à cause notamment d'un essai contesté du CABCL, et cela avait correspondu avec votre baisse de régime. Comment l'expliquez-vous ?

T.P: Pour nous, les explications sont rationnelles. Pour une fois, nous avions très bien passé la période de Noël et attaqué janvier en pleine forme. On va à Brive où l'on réalise un bon match. On a été dominé, notamment à l'impact en première mi-temps, mais on fait un bon match. On aurait pu revenir avec autre chose qu'un bonus défensif car Brive se cherchait encore et les choses auraient pu tourner en notre faveur. Mais surtout, on perd Gerber, Fogarty et Boisset sur blessure. La semaine suivante, sous le coup de la déception, c'était dur et on concède un nul à domicile contre Albi. Surtout, on perd aussi Yobo et Valentin. Cinq joueurs sur le carreau en deux semaines, cela fait beaucoup. Et pour un effectif comme le nôtre, c'est délicat à combler. Et on a enchaîné avec des défaites à Narbonne et La Rochelle. Ce fut un passage difficile mais on a su faire le dos rond. On ne pouvait pas faire face. Et heureusement, il y a eu cette victoire contre Oyonnax (le 16 mars NDLR) dans cette période. Puis il y a eu les succès contre Pau et Carcassonne, et à Massy. Les joueurs ont largement rempli leur contrat. Certains sont sortis de l'infirmerie et la dynamique est revenue. Durant ces passades, il faut aller chercher des valeurs pour redresser la barre. Les joueurs l'ont fait.

Ce revers à Brive a donc été digéré ?

T.P: Oui, nous avons été déçus car on avait beaucoup donné ce jour-là. Mais on avait gagné au match aller et là, on est prêt pour la belle.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×