Pro D2

Bilan Pro D2: Brive, aller-retour express

Malgré un départ poussif, le CABCL a réussi une deuxième partie de saison époustouflante jusqu'à une finale d'accession remportée largement face à Pau. Et voilà le club corrézien de retour dans l'élite.

 
Bilan: Brive, aller-retour express - Rugby - Pro D2Icon Sport
 

TOUR D'HORIZON

C'est presque historique ce qu'ont réalisé les Corréziens. Relégués en Pro D2 à l'intersaison dernière, ils sont parvenus à effectuer l'aller-retour au terme d'un exercice riche en émotions. En conservant une grande partie de l'effectif présent dans l'élite, le club a réussi son pari. Pourtant, les premiers mois ont été douloureux. Le temps d'apprendre les contraintes de ce nouveau championnat. "L'école de l'humilité", répète Nicolas Godignon, l'entraîneur en chef. Mais à partir de février, ses hommes n'ont cessé de monter en puissance. Cela correspond à l'arrivée dans le staff de Philippe Carbonneau, auprès des trois-quarts, venu épauler le duo d'anciens adjoints d'Ugo Mola : Nicolas Godignon et Didier Casadéi. Stratégie payante et grâce à un roulement important durant toute la saison, l'équipe briviste a fait preuve d'une fraîcheur salvatrice dans le sprint final. Et dans le même temps, Julien Caminati, déjà leader de jeu avec huit essais inscrits et un apport physique détonant, a été fixé buteur numéro un, avec une réussite insolente comme en témoignent ses 37 points en deux matchs de phases finales. Finalement, la relégation, qui a permis aussi d'assainir les finances, a presque eu du bon du côté de la Corrèze...

LE TOP : La dernière ligne droite

Douze victoires lors de ses treize derniers matchs. Une seule défaite entre le 27 janvier et le 19 mai. Et encore, celle-ci fut concédée sur le terrain de Pau, futur finaliste d'accession, de trois petits points (9-12). Le déclic est intervenu le 10 février à l'occasion du succès à domicile contre le voisin aurillacois (13-9) au terme d'un match accroché. A partir de là, le CABCL a entamé une remontée fantastique, enchaînant les victoires convaincantes et de "prestige" (face à Tarbes, Oyonnax ou La Rochelle), sortant vainqueurs de cinq rencontres âpres à l'extérieur pour s'offrir la deuxième place du classement et donc une demie sur ses terres. En phases finales, l'équipe briviste a dompté sereinement Aurillac (30-14) avant de surclasser Pau (30-10) en finale devant plus de 33 000 personnes à Bordeaux. Une dernière ligne droite abordée avec une maîtrise et une impression de puissance révélatrices des forces corréziennes.

LE FLOP : Les deux matchs contre Carcassonne

L'USC est en quelque sorte la bête noire du CABCL. La seule formation à avoir battu Brive à deux reprises. "Merci Carcassonne", soufflait pourtant Godignon après la finale d'accession remportée. Lors du match aller, le club audois a infligé une correction à ses troupes : 34-14 après avoir mené 34-0. C'était seulement la deuxième journée de championnat et cela a permis aux Corréziens de revenir sur terre après leur relégation et de comprendre que ce championnat serait un long parcours du combattant. La défaite au retour (16-22 le 13 janvier), après une rencontre pourtant dominée par Brive, a, elle, permis de mettre en lumière les lacunes et limites de cette formation. Notamment dans la finition et l'efficacité. Ce revers a précipité l'arrivée de Carbonneau et a donné un second souffle à la saison corrézienne. On connaît la suite...

LE JOUEUR : Poutasi Luafutu

Bilan Pro D2: Brive, aller-retour express - Rugby - Pro D2 Il est le joueur le plus utilisé de l'effectif briviste, avec 2293 minutes passées sur le terrain sur les 2560 possibles. Surtout, son nom a été couché sur les 32 feuilles de match de la saison corrézienne. 28 titularisations au total pour une régularité impressionnante. Presque autant que son impact physique. Pour sa deuxième année en Corrèze, il s'est avéré être le fer de lance du CABCL. Le flanker, capable aussi de jouer au centre de la troisième ligne, a toujours mis son équipe dans le sens de la marche. Un gabarit hors normes et une capacité de déplacement formidable qui lui ont permis de transpercer quasiment toutes les défenses de Pro D2. Sur cet exercice 2012-2013, il peut être considéré comme le meilleur joueur du championnat dans son secteur de jeu. Une présence dans le jeu et dans le groupe qui l'ont amené à prendre plus de responsabilités puisqu'il a été nommé vice-capitaine d'Arnaud Mela. Et ses performances ont forcément attisé les convoitises pour celui qui évoluera à l'Union Bordeaux-Bègles la saison prochaine. En guise de cadeau d'adieu, il a offert au public corrézien l'essai qui a scellé le succès des siens à la 77e minute de la finale d'accession face à Pau.

LA REVELATION : François Da Ros

Pour une bonne pioche, c'est une très bonne pioche. Certes, il a 29 ans mais cette saison, il a clairement franchi un cap. Après la blessure aux cervicales du talonneur Guillaume Ribes en novembre dernier, le CABCL a d'abord cherché à faire revenir Virgile Lacombe comme joker médical. Puis s'est rabattue sur la solution menant à François Da Ros, très peu (voire pas du tout) utilisé à Bayonne. Attendu plutôt dans un rôle de doublure du Géorgien Iuri Natriashvili, l'intéressé s'est rapidement imposé comme le choix numéro un à son poste. Il a ainsi cumulé quinze titularisations en dix-sept apparitions. Très actif dans le jeu, efficace sur ses lancers en touche et précieux en mêlée fermée, ce joueur complet est surtout à créditer d'une fin de saison remarquable. Et le club corrézien s'est empressé de prolonger son contrat pour compter sur lui lors du prochain exercice.

L'AVENIR

Le club va chercher à profiter de sa dynamique de fin de saison pour entamer la prochaine. Tout en étant conscient de la difficulté de la tâche qui l'attend. Brive devra batailler pour conserver sa place dans l'élite. Dans cette optique, le CABCL s'est renforcé avec notamment les arrivées de l'arrière Gaëtan Germain, qui sera le buteur, du troisième ligne Sisa Koyamaibole, du pilier Kevin Buys ou du centre Andrew Ma'ilei. Mais il a perdu ses deux meilleurs joueurs du dernier exercice : Julien Caminati, qui s'est engagé à Grenoble, et Poutasi Luafutu. La puissance de ce duo manquera à l'équipe corrézienne. Le staff, de son côté, a été maintenu dans sa mission, avec Carbonneau toujours consultant auprès des trois-quarts. Sur le plan économique, le budget devrait se situer au-dessus de la barre des dix millions d'euros. Certes, Brive redeviendra un petit poucet de l'élite mais le club entend s'installer de nouveau en Top 14.

LES CHIFFRES CLES

Classement final : 2e, 94 points

Classement attaque : 8e, 658 points

Classement défense : 2e, 532 points

Meilleur réalisateur : Julien Caminati (255 points)

Meilleur marqueur : Julien Caminati et Guillaume Namy (8 essais)

 - Midi Olympique
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |