Albert VALENTIN - Aurillac auch - 15 octobre 2011 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Pro D2

Aurillac enchaîne, Brive sombre

Aurillac enchaîne, Brive sombre

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 10/12/2012 à 19:29 -
Par Rugbyrama - Le 10/12/2012 à 19:29
Impressionnants, les Aurillacois continuent de surprendre et s’installent confortablement dans le wagon des qualifiés. Brive, lui, enchaîne les désillusions... Les temps forts de cette 14e journée de Pro D2.

EN HAUSSE

Aurillac

Les Aurillacois n’avaient pas connu de trou d’air récemment. Pourtant, leur victoire sur le terrain de Auch mérite bien leur statut de sensation deu week-end. Parce qu’elle est la quatrième de leur saison loin de Jean-Alric. Seul Oyonnax, avec sa cinquième victoire sur la pelouse de Béziers ce week-end, fait mieux. Les Aurillacois affichent une autre statistique qui illustre bien la qualité de leur début de saison: avec dix victoires en quatorze rencontres, ils se placent également comme la deuxième équipe la plus prolifique et se trouverait actuellement deuxième, s’il n’y avait le jeu des bonus....

EN BAISSE

Brive

Les Brivistes peinent toujours autant à trouver de la régularité. Depuis six rencontres, les Corréziens alternent les victoires à domicile et les échecs à l’extérieur. Loin du parcours de l’ogre annoncé. Ce week-end, c’est sur la pelouse de La Rochelle que le CABCL s’est lourdement incliné. Au final, un carton rouge récolté dès la neuvième minute par l’ailier Léo Griffoul pour un plaquage dangereux et une sévère défaite (36-16). Le calendrier immédiat est toutefois favorable aux Corréziens: obligation de se reprendre dès la semaine prochaine face à Aix-en-Provence avant d’enchaîner deux autres réceptions, face à Béziers et Carcassonne.

LE JOUEUR

Martin Puech (Colomiers)

Si Colomiers a brillé ce week-end, en infligeant à Tarbes sa plus sévère défaite de la saison, le troisième ligne Martin Puech n’y est pas étranger. Ce jeune joueur (23 ans), pur produit de la formation columérine, a étalé de bien beaux atouts: rapide, puissant et hyperactif, le flanker a crevé l’écran sur chaque intervention. A confirmer.

L'ESSAI

Solofuti (Pau)

Alerté sur la largeur par une passe sautée du demi de mêlée Moa, le numéro 8 palois Solofuti perçait sur une dizaine de mètres, trouvait au relais sur son extérieur son seconde ligne véloce Ramsay puis, intelligemment, ralentissait sa course pour se remettre en jeu. Il était récompensé lorsque Ramsay lui remettait intérieur pour un essai sur un mouvement de trois-quarts, réalisé par des avants. A la 29e minute, Pau prenait alors le large (13-0). Lyon ne reviendrait plus.

LA STAT

10

Après un début de saison prometteur, Massy est à la peine. Le club de la banlieue parisienne, promu en Pro D2, enchaîne une dixième défaite consécutive. Et pour la cinquième fois de la saison, celle-ci est bonifiée. Une performance correcte, donc, sur la pelouse d’un Narbonne en plein renouveau. Pas sûr pourtant que cela suffise à apaiser les Franciliens.

LA DECLA

Christophe Urios, entraîneur d’Oyonnax vainqueur à Béziers (33-28)

«C’est la première fois que l’on se fait autant bousculer... On a été sous pression, pénalisés et nous n’avons jamais réussi à poser notre jeu. Mais les mecs ne se sont jamais affolés pour rester dans le match. Et je tiens à les féliciter car cela va les aider à grandir».