Julien Fumat - 19.05.2012 - Pau / La Rochelle - Icon Sport
 
Article
commentaires
Pro D2

Fumat: "Les Montois m’ont impressionné"

Fumat: "Les Montois m’ont impressionné"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 23/05/2012 à 17:17 -
Par Rugbyrama - Le 23/05/2012 à 17:17
A seulement 25 ans, Julien Fumat, le deuxième centre de la Section Paloise vit déjà sa sixième saison professionnelle avec le club béarnais qui n’est plus qu’à une victoire d’une remontée en Top 14. Pour Rugbyrama, il évoque le formidable défi qui attend son équipe à Bordeaux.

Qu’est-ce qui a fait la différence dans votre courte victoire contre La Rochelle (16-14) ?

Julien FUMAT : Le fait de jouer à domicile nous a aidés. Le soutien du public palois a été incroyable, et les supporters nous ont donné assez de jus en fin de match pour contenir le retour des Rochelais. Sur l’ensemble du match, nous avons peut-être essayé de mettre un peu plus de mouvement que nos adversaires, mais ce ne fut pas facile, car les conditions de jeu ne s’y prêtaient guère.

A l’issue du match , vous racontiez que vous n’aviez jamais connu une telle descente de bus à votre arrivée au Hameau..

J.F. : Non, c’est vrai. C’était impressionnant. C’était la première fois que je voyais cela au Hameau. Cette ferveur nous a vraiment galvanisé, comme tout au long du match.

Dimanche, vous ne pourrez pas compter sur un tel soutien à Bordeaux...

J.F. : Il y a une énorme mobilisation du côté de nos supporters. Ici, tout le monde s’organise pour que le maximum de supporters palois fassent le voyage à Bordeaux. Je suis confiant sur ce plan : ils seront bien présents dimanche.

On imagine que vous regardez attentivement l’autre demi-finale.. qu’est ce qui vous a marqué chez les Montois ?

J.F. : Leur capacité à produire constamment du jeu. Leur performance est d’autant plus remarquable que cette demi-finale était le quatorzième match qu’ils disputaient d’affilée. Malgré la fatigue et l’usure, il conservent l’ambition de produire beaucoup de jeu. Personnellement j’ai surtout regardé le jeu des trois-quarts, et ils m’ont impressionné par leur vitesse et leur technique. Mais c’est aussi une équipe complète, avec une bonne conquête et des avants qui cherchent toujours à faire jouer autour d’eux.

Y aurait-il un joueur que vous redoutez particulièrement dans les lignes arrières ?

J.F. : Oui... Jean-Marc Mazzonetto est en grande forme en ce moment !

Avez-vous déjà joué dans un stade aussi grand que Chaban-Delmas ?

J.F. : (Il réfléchit) Non, jamais. Mais cela ne me fait pas peur. Au contraire, c’est une source de motivation supplémentaire, ça va me "booster" !

Voilà six saisons que vous évoluez en pro au club, qu’est-ce qui a changé ?

J.F. : Le club s’est complètement restructuré. De l’administratif au sportif, tout a été reconstruit. Depuis deux ou trois saisons, malgré les allers et venues de joueurs, nous sentons la volonté des dirigeants palois de travailler sur la continuité. Nous travaillons dans la sérénité. Et c’est tant mieux, car il faut des bases solides pour survivre en Pro D2.

A titre personnel, vous enchaînez les saisons à plus de vingt titularisations, ne seriez-vous pas, à seulement 25 ans, le papa des lignes arrières de la Section ?

J.F. : (Rires) Non non, du tout...j’ai eu la chance de commencer tôt, mais je joue à côté de mecs comme Fred Manca ou Bruno Hiriart, qui ont beaucoup plus d’expérience que moi. J’ai rarement été blessé... je touche du bois !