Pottas - Aurillac - Octobre 2011 - Icon Sport
 
Pro D2

Bilan: Aurillac, presqu’un sans-faute à domicile

Bilan: Aurillac, presqu’un sans-faute à domicile

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 21/06/2012 à 18:12 -
Par Rugbyrama - Le 21/06/2012 à 18:12
Suite de notre bilan des clubs de Pro D2 avec le Stade Aurillac qui achève la saison à la 13ème place. Le club champion de France de Fédérale 1 en 2007 a décroché son maintien dans la douleur, ses brillantes performances à domicile se trouvant ruinées par un bilan catastrophique à l’extérieur.
 

TOUR D’HORIZON

Un début hésitant, une fin dans la joie et beaucoup de doute entre les deux. On pourrait résumer la saison d’Aurillac par ces termes. Après un match nul à domicile face à Grenoble (6-6), commence alors un cycle infernal pour l’équipe cantalienne, qui alterne entre brillantes victoires à domicile et cruelles défaites à l’extérieur. Cependant, les Cantalous ont su trouver les ressources nécessaires pour accomplir leur mission. Pour la dernière journée, et leur dernier match à Jean Alric, il se sont même offerts le scalp d'un cador du championnat: La Rochelle, sur le score de 35-14. Une bien belle façon de terminer une saison qui fut, cette année encore, longue et éprouvante.

LE FLOP: Le match à l’extérieur, la véritable bête noire

A croire que la pelouse cantalienne n’est franchement pas accueillante. A l'exception de trois équipes, toutes les formations de Pro D2 s'y sont cassés les dents. Seuls Pau, Auch et Aix-en-Provence se sont imposés dans la douleur (respectivement 18-19, 20-21 et 19-28). Il est donc regrettable de constater ce fort contraste entre une exceptionnelle résistance à domicile et l’apparente faiblesse à l’extérieur, symbolisée par 16 défaites.

Icon Sport

LE TOP: Un recrutement jeune et surtout français

La vague de départs qui a frappé Aurillac la saison passée (15 départs contre 10 arrivées) n’aura pas eu raison des ambitions du club. Oubliée la filière sud-africaine, l'encadrement cantalou s'est appuyé sur des joueurs français pour conserver sa place dans le monde professionnel. Résultat, de nombreux joueurs comme le troisième ligne Mathieu Lescure et le demi de mêlée Paul Boisset ont littéralement explosé cette saison, s'affirmant comme des titulaires indiscutables.

LE JOUEUR: Maxime Petitjean, un buteur exceptionnel

En inscrivant pas moins de 406 points, le demi d’ouverture d’Aurillac pulvérise le record et devient le meilleur réalisateur du championnat de France de Pro D2. Figurant déjà parmi les meilleurs marqueurs de points du championnat lors des précédentes saisons, Petitjean continue à sévir avec son club de coeur, qu'il a retrouvé il y a deux saisons.

LA REVELATION: Le poussin Yobo a bien grandi

Du haut de ses 20 ans et de son mètre quatre-vingt, le jeune centre formé au Stade aurillacois, Jimmy Yobo, a de quoi regarder avec fierté vers le passé. Le jeune rugbyman a fait du chemin depuis ses premiers plaquages sur la pelouse cantalienne à l'école de rugby, quand il n'avait que 4 ans. Membre de l’équipe de France des moins de 20 ans, il est désormais devenu un élément essentiel de l'effectif aurillacois. En quelques 20 rencontres cette saison, il a été titularisé à 14 reprises, et a marqué trois essais.

L'AVENIR

En finissant la course 13ème sur 16 au classement général, les hommes de Jérémy Davidson et de Thierry Peuchlestrade auront à coeur de faire mieux la saison prochaine. Pour ce faire, le Stade aurillacois devra se montrer plus régulier et plus performant à l’extérieur.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×