Yvan Patet - Lyon conference presse - avril 2012 - Icon Sport
 
Pro D2

Patet: "Nous partons à la pêche au gros"

Patet: "Nous partons à la pêche au gros"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 14/07/2012 à 14:43 -
Par Rugbyrama - Le 14/07/2012 à 14:43
Le président lyonnais, Yvan Patet, revient pour notre site sur le dénouement du transfert du prometteur pilier droit Antoine Guillamon. Satisfait de la dernière offre financière du Stade toulousain, l’homme fort du Lou dispose désormais de fonds supplémentaires pour trouver la perle rare.
 

Comment "l’affaire Guillamon" s’est dénouée entre le Lyon Olympique Universitaire et le Stade toulousain ?

Yvan PATET: Elle s’est conclue tardivement, jeudi soir en fin de journée, quelques heures avant la fermeture du recrutement. Guillamon est un joueur important pour nous, formé au club, avec un fort potentiel. Nos velléités étaient de le garder, ou d’avoir une réalité économique qui soit en adéquation avec le potentiel du joueur. Jusqu’à présent, nous n’étions pas sur un terrain d’entente avec le Stade toulousain. Nous l’avons finalement trouvé jeudi soir.

Le Stade toulousain a donc revu son offre à la hausse...

Y.P.: (rires) On peut l’interpréter comme cela! Disons que c’est un terrain d’entente qui va nous permettre de trouver un joueur plus expérimenté, avec peut-être un niveau de jeu supérieur à Antoine Guillamon dans l’immédiat, mais plus âgé et avec moins de perspective de progression. Le Stade toulousain voulait un joueur à fort potentiel. De notre côté, nous avons un objectif à plus court terme: accéder au Top 14. Ce transfert nous permet d’avoir une carte à jouer sur un beau pilier droit, spécialiste de son poste et bénéficiant d’une forte expérience.

Quel est le montant de l’indemnité de transfert d’Antoine Guillamon?

Y.P.: Il est convenu, dans le protocole qui nous lie au Stade toulousain, de ne pas dévoiler ce montant. Je ne ferai donc aucun commentaire le concernant.

A titre de comparaison, s’agit-il d’un montant avoisinant celui qu’avait déboursé le Racing-Métro pour s’attacher les services de Benjamin Fall, et qui s’élevait à 500 000 euros ?

Y.P.: Non. Nous ne sommes pas dans ces sommes là.

Vers où mènent vos recherches d’un pilier droit? L’hémisphère Sud? L’Europe?

Y.P.: Nous avons lancé plusieurs pistes. Vous savez qu’un pilier droit de qualité est une denrée rare. Cela ne court pas les rues. Nous y travaillons, de façon intelligente, et avons reçu plusieurs propositions. On regarde. Nous partons à la pêche au gros poisson...

Votre canne à pêche s’est sensiblement allongée cette semaine...

Y.P.: Oui, et notre fil est encore plus solide !

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×