Pro D2

Lecouls : "Une nouvelle aventure"

Le pilier international Benoît Lecouls (32 ans, 6 sélections) a quitté Toulouse sur un titre de champion de France. Actuellement en rééducation après une opération des cervicales, il se prépare pour son prochain défi, en Pro D2, avec La Rochelle où il a signé un an plus un an.

 
"Une nouvelle aventure" - Rugby - Pro D2Icon Sport
 

Quelques jours après le Brennus et à un mois de la reprise avec votre nouveau club, dans quel état d'esprit êtes-vous ?

Benoît LECOULS : Pour l'instant, je me prépare physiquement. Je rééduque mon cou à la suite de mon opération des cervicales en mars dernier. Ça suit son cours. Je fais beaucoup de musculation. Je serai là pour la reprise, le 4 juillet, et je pense pouvoir reprendre le rugby à la mi-juillet.

Pourquoi avoir choisi La Rochelle ?

B.L. : Le club m'a contacté il y a un moment déjà, par l'intermédiaire de Patrice Collazo. J'étais en contacts avec Lyon et avec La Rochelle. Finalement, je vais rejoindre le Stade et ça me va très bien. Il possède un projet ambitieux en Pro D2 et le discours des dirigeants m'a beaucoup plu. Le courant est très bien passé quand je suis allé là-bas, c'est important.

Vous étiez annoncé en contacts avancés avec Lyon également, ou avec Bayonne un peu plus tôt dans la saison. Que s'est-il passé ?

B.L. : C'est vous qui le dites, moi je n'ai jamais parlé de contacts avancés avec Lyon. C'est vrai que j'ai passé une visite médicale là-bas, mais ça n'engage pas une signature. Quant à Bayonne, les contacts ont été stoppés après mon opération.

Regrettez-vous de ne plus jouer en Top 14 ?

B.L. : Pas spécialement. Le Top 14, je le connais, j'y évolue depuis des années. Et peut-être y jouerais-je de nouveau un jour, on ne sait jamais... Mais descendre en Pro D2 ne me pose aucun problème. Au contraire même, je vais découvrir un nouveau championnat. C'est une nouvelle aventure, un nouveau défi.

A titre personnel, quel est votre objectif la saison prochaine ?

B.L. : Je souhaite avant tout retrouver un bon niveau et m'intégrer dans ce club. Le groupe a l'air très intéressant et je veux m'y faire une place le plus vite possible.

On dit qu'il est très dur de quitter le Stade toulousain. C'est vrai ?

B.L. : Oui, mais je m'y suis préparé depuis un moment... Toulouse, c'est un super club et nous formions un groupe très soudé. J'étais vraiment heureux de retrouver les autres tous les matins à l'entraînement et j'y ai passé des moments mémorables. Je sais que tout ça va me manquer. Mais ce n'est pas la première fois que je le quitte, je l'avais déjà fait en 2004 quand j'ai signé au BO. Et tout s'était très bien passé là-bas aussi. J'ai gardé de très bons contacts avec certains Biarrots alors j'en garderai de très bons avec les Toulousains également. C'est la vie tout ça. Quand on est bien quelque part, il est toujours difficile de s'en aller mais l'avenir me réserve peut-être de belles surprises...

Partir sur un titre laisse peut-être moins de regrets...

B.L. : C'est ça. Cela aurait été le scénario idéal si j'avais pu jouer cette finale...

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |