jeff beltran béziers 2009 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Pro D2

Beltran : "La flamme est toujours présente"

Beltran : "La flamme est toujours présente"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 30/07/2011 à 16:43 -
Par Rugbyrama - Le 30/07/2011 à 16:43
Arrivé comme entraîneur des trois-quarts de Bourgoin à l'intersaison, Jean-François Beltran est plutôt optimiste pour l'exercice à venir. Malgré une saison dernière traumatisante et une descente en Pro D2, il se réjouit que l'engouement régnant autour du club isérois subsiste aujourd'hui...

Vous avez terminé une première phase de préparation physique intense. Vos joueurs vous paraissent-ils affûtés ?

Jean-François BELTRAN : Ils sont dans différents états de forme. Nous avons un Sud-Africain (le deuxième ligne Cecil-John Kemp, N.D.L.R.) qui n'a pas couru depuis cinq ou six mois. Thomas Vervoort n'a pas encore repris l'entraînement collectif. On s'attelle à remettre tout le monde en forme. Mais globalement, les différents niveaux se voient de moins en moins.

Les recrues ont l'air de bien s'intégrer, notamment les étrangers. Ce détail peut-il s'avérer déterminant dans l'optique de voir la "mayonnaise" prendre au plus vite ?

J.-F. B. : Actuellement, il n'y a ni matchs, ni sélections. Il n'y a donc pas de raisons qu'il y ait des conflits. Mais c'est vrai qu'on assiste à une vraie unité de groupe. Tout le monde fait profil bas. Les joueurs font preuve de beaucoup d'humilité. Personne n'arrive à Rajon en klaxonnant.

Dans 15 jours, à l'occasion de votre premier match amical, vous rencontrerez Grenoble, un prétendant affiché à la montée en Top 14. Comment préparez-vous cette rencontre ?

J.-F. B. : Nous venons de terminer une semaine complète axée sur le rugby. Nous travaillions dans le désordre au début afin que les joueurs trouvent des repères par eux-mêmes. Progressivement, nous avons ordonné les séances dans le but de donner un cadre aux mecs. On se rend compte que la liaison avants/trois-quarts se fait plutôt bien mais il sera intéressant de voir comment se comportent les joueurs en match, avec une plus grosse intensité proposée. A partir de la semaine prochaine, les renvois et les lancements de jeu seront au programme. Par contre, les joueurs doivent garder une certaine liberté dans leur façon d'évoluer. En parallèle des entraînements à Rajon, on en a délocalisé un premier chez nos voisins de Beaurepaire. On s'est réellement aperçu que la petite flamme que génère le CSBJ était toujours présente puisque 100 à 200 personnes étaient présentes. L'opération sera d'ailleurs renouvelée à Saint-Savin mardi prochain. Ces entraînements facilitent la cohésion du groupe. A côté de ça, on espère ne pas connaître trop de pépins physiques. On vient déjà de perdre Vincent Pelo alors qu'il commençait à être affûté.

Le championnat reprend dans un peu plus d'un mois. Lors du premier bloc de cinq matchs (déplacements à Carcassonne, Périgueux et Mont-de-Marsan ; réceptions de Pau et Aurillac), quels seront les objectifs du CSBJ ?

J.-F. B. : Avec plus d'une vingtaine de départs et 18 arrivées, l'équipe est à construire entre ceux qui sont restés, les nombreux jeunes du centre de formation et les recrues. Mais le groupe est cohérent et ambitieux. Le CSBJ reste le CSBJ et on ne peut pas viser le maintien. Malgré une saison dernière traumatisante, il faut retrouver le plaisir de gagner. C'est une chose qui se prépare. Si on veut finir dans les cinq premiers, il faudra gagner les matchs à la maison tout en étant capable d'aller chercher des victoires à l'extérieur. Le plus vite sera le mieux. Sur la saison, il en faudra cinq ou six. Toutefois, il serait prétentieux de dire que nous allons cibler nos matchs. Nous devons rester dans la psychologie de jouer chaque match pour le gagner.