Sebastien PAGES - octobre 2010 - Albi - Icon Sport
 
Pro D2

Albi ne peut pas s’en contenter

Albi ne peut pas s’en contenter

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 12/11/2010 à 14:29 -
Par Rugbyrama - Le 12/11/2010 à 14:29
Leader du Pro D2 après sa victoire heureuse à Colomiers dimanche (20-19), Albi n’est pas rassuré pour autant. Inconsistants en conquête, les Tarnais s’appuient essentiellement sur une grande force de caractère. Cela ne suffira peut-être pas lors de la réception de Lyon dans un peu plus d'une semaine
 

On dit qu’il est souvent des défaites qui ont un parfum de succès… Et bien, apparemment, l’inverse est également vrai : à Albi, certaines victoires ont un arrière-goût amer de revers. Ou du moins de déception. Ce fut le cas ce dimanche à Colomiers alors que le SCA s’est miraculeusement imposé à l’ultime seconde de jeu grâce à un essai sur le gong de Geoffrey Palis. "On n’aurait jamais dû gagner, reconnaissait Henry Broncan, le manager albigeois. Colomiers a laissé échapper un match qui lui tendait les bras. Être mauvais et gagner est la plus belle des victoires mais je suis déçu de la qualité de notre prestation. Nous avons été largement dominés en mêlée et il y a beaucoup de travail à effectuer dans ce domaine. Dans l’ensemble, mes joueurs ont réalisé un tout petit match". "Si nous avions perdu, il n’y aurait rien eu à dire…", confirmait le manager général Daniel Blach.

Une mêlée trop fragile

Effectivement, si les Tarnais ont repris la tête du Pro D2 à l’issue de cette rencontre, ils n’ont pas vraiment affiché le visage digne d’un leader. Tous les acteurs du club en sont conscients. "La copie est loin d’être parfaite mais on retiendra notre envie de l’emporter", avance le capitaine du jour, Laurent Baluc-Rittener, auteur d’une excellente performance. "Sans son public venu en nombre, Albi ne l’aurait jamais emporté, a même répété Henry Broncan. Il a maintenu à flot sa formation et les joueurs peuvent le remercier". Le secteur dans lequel les Albigeois semblent être le plus perfectibles est la conquête. Largement dominés en touche, ils ont surtout sombré en mêlée fermée avec sept pénalités concédées sur cette phase de jeu sur l’ensemble du match. Certes, le SCA était particulièrement handicapé en première ligne avec les blessures conjuguées de Correia, Gady et Lafoy mais cela ne peut pas tout expliquer.

Pas encore d’ambitions

"Nous avons des gros soucis en conquête, note Daniel Blach. Mais nous avons les joueurs pour améliorer ce secteur. Ce n’est que du travail. En attendant, nous ne pouvons pas avoir de grosses ambitions. Quand nous aurons une bonne conquête, nous aurons des ambitions". Cela a le mérite d’être clair. Malgré sa bonne entame sur le plan comptable, Albi, qui s’est offert un nouveau départ cette année avec notamment un changement de staff, reste prudent. Et l’objectif de remontée un an seulement après avoir quitté l’élite paraît aujourd’hui prématuré. Pourtant, certains signes ne trompent pas. Dimanche, les Tarnais se sont imposés pour la quatrième fois à l’extérieur… La troisième après avoir été dominés, la deuxième en marquant dans les toutes dernières secondes. "Mon équipe a du caractère, avoue Broncan. Mais si elle réitère la même performance contre Lyon, elle va prendre cher. Je suis inquiet avant cette réception". Ses joueurs ont jusqu’au 21 novembre pour le rassurer…

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×