Midi Olympique
 
Article
commentaires
Pro D2

Le dur apprentissage des promus

Le dur apprentissage des promus

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 17/09/2009 à 13:56
Comme prévu, le début de saison est difficile pour Aix-en-Provence (15e) et Lannemezan (16e). Les deux promus ne comptent aucun victoire à l'aube de la quatrième journée. Et ce sont Mont-de-Marsan et Dax qui se profilent... Les deux entraineurs, Gilbert Doucet et Marc Dantin, font le point.

Que retenez-vous de votre début de saison ?

Gilbert DOUCET : Je retiens surtout que, si on compare avec la Fédérale 1, tout va beaucoup plus vite, le temps de réaction et d'exécution est beaucoup plus rapide. C'est ce qui nous pose problème pour l'instant. Il y a beaucoup plus d'engagement également. Concernant nos résultats, ils ne sont pas étonnants. Nous avons eu deux déplacements en trois matchs et au final, nous avons pris le point de bonus défensif à Tarbes alors que nous aurions pu le prendre à Lyon. Nous sommes encore en phase d'apprentissage et avons du mal à tout assimiler. Quant aux Rochelais, ils sont venus gagner chez nous mais iront gagner ailleurs, ce n'est pas trop grave. Il nous faut encore un peu de temps pour être compétitifs. En ce début de saison, nous essayons de grappiller des points de bonus pour ne pas être trop distancés au classement et avoir du mal à récupérer les points plus tard.

Marc DANTIN : Je retiens que nous avons trois défaites en trois matchs. J'ai vu une équipe de Lannemezan à deux facettes, différente selon qu'elle joue à l'extérieur ou à domicile. La rencontre face à Narbonne est positive puisque nous aurions pu accrocher un match nul (la pénalité du match nul a été manquée dans les dernières minutes de la rencontre, NDLR). Mais loin de nos terres, nous nous montrons beaucoup trop indisciplinés. A Grenoble, nous avons commis beaucoup de fautes mais nous avons montré une grosse volonté. Par contre, je suis fortement déçu du match à Auch. Nous n'avons rien montré collectivement, tout juste quelques individualités. Et le rugby, c'est le collectif avant tout.

Ce Pro D2 correspond-il à vos attentes ?

G.D. : Je ne suis surpris en rien. La presse affirme que nous sommes, en cette période de chasse, des petits lapins blancs avec Lannemezan et que les autres équipes ne feront qu'une bouchée de nous. A nous de nous transformer et de montrer que nous sommes autre chose. Mais pour cela, je le répète, il faut un temps d'adaptation.

M.D. : Oui, c'est aussi dur que ce que nous attendions. Nous savions où nous y allons et maintenant nous y sommes ! Il ne sera pas facile de bien figurer et nous travaillons beaucoup.

Que manque-t-il à votre équipe pour remporter une première victoire ?

G.D. : La plupart des clubs n'ont pas connu un grand changement dans leur effectif à l'intersaison. Nous, nous avons changé 12 ou 13 joueurs. Nous avons joué la finale de Fédérale 1 le 15 juin, avons repris l'entraînement le 15 juillet et commencé le championnat le 29 août. Nous n'avons pas joué beaucoup de matchs amicaux à l'intersaison car j'avais peur de blesser les joueurs. Du coup, nous manquons de vécu commun et c'est ce que nous recherchons.

M.D. : Pour le moment, nous manquons de concentration, de solidité en conquête, de créativité et d'intentions dans le jeu. Il y a beaucoup de travail à fournir à ce niveau. Il faut aussi que nous gommions absolument nos problèmes de discipline. Nous commettons des fautes stupides et indignes de joueurs professionnels (Lannemezan a reçu cinq cartons jaunes à Auch le week-end dernier, NDLR). Par ailleurs, nous n'avons pas été épargnés par les blessures jusqu'alors. C'est le lot de toutes les équipes mais c'est difficile à gérer.

Dans quel état d'esprit abordez-vous votre prochain match ?

G.D. : Nous abordons tous nos matchs de la même façon et le déplacement à Mont-de-Marsan n'échappera pas à la règle. Nous espérons une première victoire pour nous lancer enfin mais nous y allons « tranquilles », sans stress aucun. C'est un championnat difficile et Mont-de-Marsan est une très grosse équipe. Nous avons vu que nous pouvions faire des choses, à nous de persévérer dans cette voie.

M.D. : Nous savons que Dax sera au-dessus de toutes les autres équipes que nous avons rencontrées jusqu'à présent. Nous serons chez nous alors il va falloir prendre les choses en main, imposer notre jeu et s'appuyer sur nos forces, nous en avons. Après, nous avons déjà enregistré trois défaites et je n'aurai pas la prétention de dire que nous battrons les Dacquois. Mais nous avons de l'espoir car nous avons vu précédemment, lors de la deuxième mi-temps contre Narbonne notamment, que nous étions capable de produire du jeu et d'être dangereux quand nous prenons les choses en main.