Yohann AUTHIER - La Rochelle - Oyonnax - Demi finale de Pro D2 - Icon Sport
 
Pro D2

Oyonnax s’est emmêlé

Oyonnax s’est emmêlé

Par Rugbyrama
Dans cet article
Par Rugbyrama - Le 17/05/2010 à 14:19
Oyonnax n’a pas réussi à rééditer son exploit de la saison passé où les Haut-Bugistes avaient battu Agen à Armandie en demi-finale du Pro D2. La montagne rochelaise s’est avérée un poil trop haute pour les hommes de Christophe Urios qui ont notamment peiné dans le combat d’avants.
 

Comme quoi, le revers concédé face à La Rochelle lors de la dernière journée de la phase régulière fut lourd de conséquences. Invaincu dans son antre de Charles-Mathon depuis plus de deux ans, Oyonnax baissa pavillon au pire des moments. Surtout, l’Uso dut se résoudre à jouer sa demi-finale à l’extérieur. Dans la forteresse de Marcel-Deflandre où La Rochelle s’avère bien plus que redoutable. Pas de quoi effrayer toutefois des Haut-Bugistes qui en ont vu d’autre, à l’image de Silvère Tian qui déclarait sur notre site : "Tout ce que nous désirons, c'est aller en finale." Et certains avaient encore en mémoire l’énorme performance des gars de l’Ain qui dominèrent Agen au même stade des compétitions l’an passé. Sur la pelouse d’Armandie qui plus est.

Cette fois-ci, le scénario ne fut pas le même. Et Oyonnax ne réédita pas son exploit en réalisant la passe de deux. Dans un match cadenassé où le vent eut son mot à dire, les défenses prirent largement le dessus sur la moindre velléité offensive. Au final, les buteurs firent la différence. Et à ce petit jeu, le Rochelais Benjamin Dambielle enquilla trois points de plus que l’Oyonaxien Bertrand Guilloux. Trois unités qui se retrouvèrent au tableau d’affichage et qui scellèrent définitivement le sort de la rencontre. Les Haut-Bugistes, après une saison de haute facture, durent se résigner à l’inéluctable : il n’y aura pas de finale pour eux. L’espoir d’accéder en Top 14 s’écroula donc brutalement.

Le pack a craqué

"Nous sommes cuits mentalement," déclarait en toute lucidité l’entraîneur Christophe Urios. Celui-ci faisait référence à la fin de championnat difficile de ses joueurs, qui ont enchaîné les contre-performances et chuté ainsi du deuxième au quatrième rang sur le plan comptable. Mais aussi surprenant que cela puisse paraitre, Oyonnax a sombré sur la mêlée, secteur où d’habitude les Rouge et Noir excellent. Des signes précurseurs montrèrent déjà des failles et Urios en était conscient. "Ce secteur était le gros point noir lors des deux dernières rencontres, sans doute à cause d’un manque de fraîcheur."

Face à La Rochelle, le pack s’est totalement effondré. Ridiculisé même en deuxième période. Dès l’entame, la mêlée explosa avant de récidiver quelques minutes plus tard. A la 66e, elle fut encore retournée et le pauvre troisième ligne Naufahu fut extrait des gravats sérieusement blessé, victime d’entorses à une cheville et à un genou. "Ils ont été plus compacts que nous. Sur quelques mêlées importantes, nous n’avons pas su gérer la pression," constatait le talonneur Salim Tebani dans Midi Olympique.

Bref, Oyonnax perdit bon nombre de munitions. Ce qui réduisit considérablement ces chances de victoire. Et l’adage anglais "no scrum, no win" se vérifia encore une fois. Pour autant, l’Uso n’échoua qu’à trois points, ce qui donne des regrets à Christophe Urios: "Les Rochelais ne nous ont quasiment jamais mis en danger. C’est terrible ce sentiment de perdre face à une équipe qui n’est pas meilleure que la nôtre, ou du moins, qui ne l’a pas montré." Avant de conclure: "Il faut construire sur cette saison pour nous repositionner en candidat sérieux la saison prochaine." Nul doute qu’Oyonnax en fera trembler plus d’un.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×