Pro D2

La 24e journée en bref

A six journées de la fin du championnat, la lutte pour le maintien, la première place et les demi-finales est toujours aussi intense. Le 24e acte de ce Pro D2 2009-2010 n'a pas manqué de surprises et de rebondissements. Retour sur les bons et les mauvais coups du week-end.

 
La 24e journée en bref - Rugby - Pro D2  Icon Sport
 

EN HAUSSE  : 

Narbonne

Avant cette 24e journée, les Narbonnais ne faisaient plus partie des qualifiés potentiels. Alors, avant de recevoir Dax, une lourde pression pesait sur leurs épaules. "Nous n'avons plus le droit à l'erreur à domicile. Il faut tout gagner à la maison et faire un exploit à l'extérieur en attendant un faux pas de nos concurrents", prévenait l'entraîneur Patrick Arlettaz avant la rencontre. Ses joueurs se sont fait peur mais ils l'ont entendu semble-t-il (24-18). Bien qu'ils aient laissé les Landais prendre l'avantage 11-8 durant la première période et qu'ils aient globalement rendu une copie moyenne, ils ont assuré l'essentiel, à savoir la victoire. Du coup, ils retrouvent une place parmi les cinq premiers. Ils savent toutefois qu'ils devront se montrer beaucoup plus performants pour espérer faire quelque chose à Tarbes. "Si nous ne corrigeons pas nos erreurs, nous allons droit dans le mur. Je ne vous cache pas que je suis inquiet", concédait Arlettaz après le match.

EN BAISSE  : 

Colomiers

"Nous sommes à la place que nous méritons, juste au-dessus des derniers." Le président columérin Alain Carré livrait un bilan sans concession après la défaite de ses joueurs à Lannemezan, où seul Aix était tombé auparavant. S'ils ont rapidement mené 10-0 dans la rencontre, les Haut-Garonnais ont laissé les locaux revenir dans le match. La faute, en grande partie, à une baisse de régime d'un quart d'heure qui a vu les Haut-Pyrénéens inscrire trois essais (13e, 17e, 25e). L'USC a alors couru après le score, pour finalement venir mourir à deux points (22-24). Heureusement pour eux, Aix a perdu à Oyonnax. Quatorzièmes, ils comptent huit points d'avance sur les Provençaux à six journées de la fin du championnat. Pas vraiment à l'abri donc…

LE JOUEUR  : 

Julian Fiorini (Mont-de- Marsan )

Vendredi, Midi Olympique mettait en exergue la superbe saison de Julian Fiorini, sûrement un des meilleurs piliers du Pro D2 actuellement. Cela s'est confirmé face au leader agenais dimanche (18-12). Le Montois a sorti un match de très haut niveau, tant en mêlée où il a consommé trois piliers, que par sa présence dans le jeu et dans les phases de combat. Le garçon ne finit plus d'étonner par ses performances. Jamais blessé, il est un élément indispensable de l'équipe landaise.

L'ESSAI  : 

Fabien Gengenbacher (Grenoble)

72e minute de jeu à La Rochelle. Les Maritimes mènent 22-14 et se dirigent vers un succès honnête contre Grenoble. Mais c'est sans compter la ténacité des Isérois. Après une bonne séquence offensive, l'arrière Fabien Gengenbacher profite d'un plaquage manqué pour filer entre les poteaux inscrire l'essai de l'espoir. De Beer transforme et le FCG revient à 21-22. Marcel-Deflandre retient alors son souffle… Finalement, Dambielle rajoute trois points sur pénalité et le Stade rochelais s'impose 25-22, confortant sa troisième place. Mauvaise opération en revanche pour Grenoble, qui descend à la sixième place et n'est plus demi-finaliste potentiel.

LA STAT  : 

34

34 essais ont été inscrits durant cette 24e journée du Pro D2, soit un peu plus de quatre par rencontre. Les équipes les plus prolifiques ont été l'Union Bordeaux-Bègles (3 essais) et Oyonnax (3 essais). Seul l'USO toutefois a empoché un point de bonus offensif ce week-end. A noter les doublés du demi d'ouverture Mathieu Lopez à Bordeaux (qui jouait son premier match de Pro D2 !) et de l'ailier Jean-Maurice Oulouma à l'USO. Toutes les équipes ont marqué sauf Auch et, paradoxalement, la meilleure attaque du championnat, Agen.

LA DECLA  : 

Adam Jaulhac (Union Bordeaux- Bègles )

En attendant mardi une réunion capitale qui déterminera la décision de Laurent Marti concernant son engagement avec l'UBB, les joueurs voulaient lui envoyer un message. Ils l'ont fait en s'imposant nettement contre Pau (31-13). Le deuxième ligne Adam Jaulhac s'explique dans Midi Olympique : "Nous nous étions juré de gagner pour aider le président dans son combat et pour démontrer que s'il y a des problèmes administratifs, sportivement, nous sommes bien. Le président nous a beaucoup donné, c'est à nous de rendre, il s'agit d'une question d'honneur."

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |