Paul Dabrin - Lyon Tarbes Pro D2 2009-2010 - Icon Sport
 
Pro D2

Bilan : Tarbes

Bilan : Tarbes

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 06/06/2010 à 14:49 -
Par Rugbyrama - Le 06/06/2010 à 14:49
Nouveau volet de nos bilans des clubs de Pro D2 avec Tarbes. Les Bigourdans, interdits de recrutement à l’intersaison, ont fait avec les moyens du bord en incorporant de nombreux joueurs issus du centre de formations. Avec plus ou moins de réussite mais en réalisant de beaux coups d’éclat.
 

TOUR D’HORIZON

Tarbes n’a pas démarré la saison de la meilleure des manières. En effet, les finances du club n’étaient pas au mieux et la DNACG a interdit le club de recrutement. Seul l’Ecossais Colin Stewart intégra l’effectif, son transfert étant réalisé juste avant la sanction. De ce fait, l’encadrement tarbais du s’appuyer sur un groupé limité quantitativement. Mais a incorporé de nombreux jeunes issus du centre de formation, ce qui donna une certaine fraîcheur et une nouvelle envie. Sur le terrain, les Bigourdans firent belle impression durant deux mois pour pointer au cinquième rang. Mais tout s’est effondré avec le temps et les Tarbais ont bien eu du mal à enchaîner les résultats positifs. Le manque d’expérience pénalisa l’équipe qui perdit bon nombre de matchs dans les derniers moments (Pau, Grenoble…). Séduisants dans le jeu, ils montrèrent aussi régulièrement des failles dans le domaine physique, le banc de touche n’étant pas de qualité à compenser les sorties de certains joueurs. Au final, Tarbes termine au dixième rang mais aurait pu finir plus haut avec un brin ce chance…

MOMENT FORT

On pourrait parler des prestations à domicile où la jeunesse tarbaise s’est fait un malin plaisir d’pingler plusieurs têtes de série et non des moindres. En effet, Grenoble (28-18), Oyonnax (13-9), Lyon (22-16) ou Agen (29-27) ont battu pavillon dans l’antre de Maurice-Trélut. Mais cela serait éluder les quatre échecs enregistrés à domicile comme face à Pau, Aurillac, La Rochelle et celui bien surprenant contre Lannemezan (12-13). Au plus mal début février, le TPR s’est fait violence pour assurer son maintien et ne pas tomber dans la sinistrose en arrachant une victoire précieuse à Aix-en-Provence (19-21) malgré un final haletant. Un succès qui a donné de l’air aux Bigourdans et qui ont pu voir plus sereinement leur fin de saison.

LE JOUEUR : Christophe André

Incontestablement, la révélation de la saison. Infatigable combattant, le troisième tarbais a impressionné sur toutes les pelouses du Pro D2. Incroyable sécateur où ses tampons en ont fait reculer plus d’un, précieux au soutien, bon dans les airs, il fut l’un des éléments de base du système de base du duo Bérot-Mavrodin qui l’a titularisé à vingt-quatre reprises en 25 rencontres. Elément d’avenir (23 ans), il a alterné entre le flanc de la mêlée et le poste de numéro 8 où sa puissance et sa technique balle en main s’avèrent intéressantes. Courtisé par de nombreux clubs dont Agen, il restera à Tarbes l’an prochain.

L’AVENIR

Son budget enfin fixé (4 millions), Tarbes ne va pas faire des folies pour se renforcer. Si le club s’est résolu à voir partir le canonnier et ancienne coqueluche Richard Apanui à Dax, le TPR a réalisé une bonne pioche en faisant venir le troisième ligne centre de Auch, Alexandre Ricaud. Une nouvelle fois les jeunes auront la confiance des entraîneurs et auront un temps de jeu conséquent au sein d’une équipe qui ne pourra pas lutter avec les meilleurs mais qui vise à être dans la première partie de tableau.

LES CHIFFRES CLES

Classement : 10e
Classement attaque : 6e (576 pts)
Classement défense : 12e (574 pts)
Meilleur marqueur : Martin Worthington (6 essais)
Meilleur réalisateur : Richard Apanui (174 pts)

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×