Pro D2

Béziers à réaction

Béziers, lanterne rouge du Pro D2, accueille ce week-end La Rochelle. Une réception compliquée pour le nouveau staff technique et son homme fort Diego Minarro.

 
Béziers à réaction - Rugby - Pro D2Midi Olympique
 

Avant-derniers depuis la deuxième journée du championnat, les Biterrois ont franchi une nouvelle étape dans leur vertigineuse chute en s'inclinant à domicile face à Bourg-en-Bresse samedi. Nouvelle lanterne rouge, l'ASBH voit l'horizon s'assombrir considérablement alors que la fin de la saison approche. En effet, il ne reste plus que cinq rencontres à jouer et le président Joseph Francis a donc décidé de tenter un nouveau mais aussi un ultime coup de poker.

Une opération maintien qui va s'articuler autour de Diego Minarro, le nouvel homme fort du secteur sportif, nommé lundi en lieu et place de Jean-François Gourragne. L'ancien talonneur biterrois, qui était jusque-là en charge du centre de formation, doit créer le déclic pour tenter de reprendre la quinzième place qui pourrait être synonyme de maintien en raison des problèmes financiers qui poursuivent Auch. "Mon souhait est de créer le déclic qui permettra au groupe de couper la spirale de défaites dans laquelle il s'est plongé. Je n'ai pas de plan de carrière, j'ai simplement jusqu'au 17 mai (NDLR : date de la dernière journée de championnat ) pour sortir l'équipe de cette situation. J'espère que le discours proposé sera un discours de rupture." Il sera épaulé par le troisième Olivier Sverzut, prié par Joseph Francis de rejoindre le staff technique afin de mettre les joueurs devant leurs responsabilités. Un président qui reste persuadé que le problème de l'ASBH est avant tout mental et non pas technique. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il a maintenu son entraîneur, Jeff Beltran, dans ses fonctions.

C'est le troisième staff technique mis en place par Joseph Francis depuis le début de la saison après l'arrivée de Gourragne au mois d'octobre, puis celle de Jean-François Beltran début janvier, entraînant le départ de Richard Castel et Philippe Escalle. Un nouveau changement que le président a jugé nécessaire avant la réception de La Rochelle car il veut croire à un exploit face à cette grosse écurie du championnat : "Une équipe capable de battre Agen ou Aurillac peut encore gagner des matches. A chaque électrochoc, ce groupe a joué à 120-130 % de ses capacités. " Ce sera le minimum syndical pour espérer venir à bout de Rochelais revanchards après leur défaite face à Agen.

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |