Midi Olympique
 
Article
commentaires
Pro D2

Les tops et les flops

Les tops et les flops

Par Rugbyrama
Par Rugbyrama - Le 27/06/2008 à 10:45
Quels sont les clubs qui ont répondu aux attentes de début de saison? Lesquels ont déçu ou atteint leurs objectifs? Bilan du Pro D2 2007-2008.

LES TOPS: Mont-de-Marsan, Lyon, Grenoble

Plus petit budget de Pro D2, Mont-de-Marsan a réussi l'exploit de monter en Top 14 grâce à son collectif et à son buteur Benat Arrayet, meilleur réalisateur du championnat (326 points). Les Landais ont réalisé une saison exemplaire de régularité (jamais en dessous de la 5e place, 2e ou 3e à partir de décembre) et pleine de courage. C'est mérité. De son côté, Lyon a confirmé sa position de place forte du rugby de Pro D2. Sixième l'an dernier, le LOU a franchi un palier en ralliant le dernier carré avec une fin de saison en boulet de canon (9 succès en 11 matchs). Il faudra compter avec les Rhodaniens l'an prochain comme avec les Grenoblois. Relégué sportivement et financièrement il y a deux ans, maintenu de justesse l'an dernier, le FCG s'est longtemps mêlé à la lutte pour les demi-finales. Un passage à vide en février-mars (1 victoire) lui a toutefois coûté les play-offs.

AU RENDEZ-VOUS: Toulon, La Rochelle, Oyonnax

Battu l'an dernier en demi-finale, Toulon voulait cette fois le titre et la montée directe. Il les a eus. Le recrutement opéré en début de saison ne permettait pas un autre objectif à vrai dire. Numéro un de bout en bout, meilleure attaque (1/5e des essais marqués !), le RCT a plané lors de la phase aller (1 défaite) avant de connaître un parcours plus hésitant au début du printemps. Sa position de leader n'a malgré tout été inquiétée que l'espace d'une semaine par le Racing. Le Stade Rochelais, tombé en finale la saison précédente face à Dax, visait à nouveau les phases finales. Mission accomplie malgré une fin de parcours chaotique et une qualification miraculeuse peu aidée, il faut le dire, par un calendrier démentiel dès janvier (24 matchs joués en 23 semaines). Septième l'an dernier, Oyonnax a terminé à une honorable 9e place. Comme prévu. L'invincible stade Charles-Mathon est tombé mais le club de l'Ain a franchi un cap avec deux victoires à l'extérieur, une première. Il pourrait jouer les trublions l'an prochain.

LES FLOPS: Racing-Métro, Agen, Béziers, Narbonne

A l'image de Toulon, le Racing et ses stars ambitionnaient la montée. Mais l'argent ne fait pas tout, surtout en Pro D2 et les Parisiens ont échoué sur la dernière marche devant l'envie montoise. Arriveront-ils à rebondir comme le RCT? Rien n'est moins sûr vu l'exode annoncé. Agen et Narbonne, les deux relégués, n'ont pas réussi à s'adapter au championnat. Les hommes d'Henry Broncan, qui avaient leur destin en main, ont manqué la qualification lors de la dernière journée. Ils ont été trop irréguliers tout au long de la saison. Les Audois, eux, sont passés complètement à côté. Au final, une 13e place, une défense passoire et peu d'envie, sans oublier des luttes intestines. Béziers était candidat aux play-offs. Jusqu'à mi-avril, aucun problème. Cinq défaites de rang - et un essai rochelais - ont écarté les Héraultais de la course malgré une dernière victoire bonifiée. Sans doute l'un des favoris de l'an prochain. Mais il faudra pour cela avoir digéré...