Premiership (Angleterre)

Première historique pour les Saracens


Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 28/05/2011 à 18:46 -
Par Rugbyrama - Le 28/05/2011 à 18:46
Première historique pour les SaracensIncroyable exploit des Saracens qui décrochent leur premier titre de champion d’Angleterre en battant ce samedi en finale Leicester (22-18). Les coéquipiers d’Owen Farrell ont profité de l’indiscipline des Tigers pour défendre ensuite bec et ongles leur en-but dans les ultimes secondes du match.
 

Un final hallucinant ! Les Tigers, doubles tenants du championnat d’Angleterre, ont pilonné de longues minutes l’en-but des Saracens, alors en tête au tableau d’affichage. Les partenaires de Toby Flood tentaient par n’importe quel moyen de marquer l’essai du bonheur pour décrocher un dixième titre. Il n’en fut rien. Après une action interminable et trente et une phases de jeu, Leicester se faisait pénaliser par l’arbitre Wayne Barnes pour une faute au sol. Fin des espoirs des Tigers et explosion de joie du côté des Saracens qui empochent le premier titre de champion d’Angleterre de leur histoire. Une performance exceptionnelle.

L’éclair de Short

Dans l’antre de Twickenham, les Saracens, deuxièmes de la phase régulière, ont évolué sans complexe dès l’entame de la rencontre. Ils ont surtout profité de l’indiscipline des Londoniens symbolisée par le carton jaune précoce pour le demi de mêlée international Ben Youngs (5e). Les jeunes pépites Farrell (Saracens) et Flood (Leicester) se livraient un gros duel de buteurs et passaient chacune deux pénalités. Avant l’un des rares éclairs du match signé de l’ailier des Saracens James Short qui aplatissait en coin après une belle action (29e).

La machine de Leicester s’enrayait alors et Flood ratait trois tirs au but. Les protégés de Mark McCall s’engouffraient dans la brèche et prenaient le large dans le sillage de leur ouvreur Owen Farrell, qui n’a cessé de montré un incroyable talent tout au long de la saison. Les Tigers, forts de leur expérience, revenaient tout de même sur les talons de leur adversaire du jour, avec notamment une supériorité en mêlée fermée. Au point d’offrir à cette finale un suspense incroyable. Mais le sort avait choisi le camp des Sarries qui ont déjoué tous les pronostics pour rentrer dans l’histoire. Pour l’éternité.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×