DPPI
 
Article
commentaires
Nos Experts

Les quarts vus par Lomu

Les quarts vus par Lomu

Par Rugbyrama
Par Rugbyrama - Le 05/10/2007 à 18:00
Après France-Nouvelle-Zélande, notre expert Jonah Lomu nous livre ses sentiments sur les trois autres quarts de finale de la Coupe du monde. Sans surprise, avantage pour lui à l'Australie, l'Argentine et l'Afrique du Sud contre l'Angleterre, l'Ecosse et l

AUSTRALIE-ANGLETERRE

"Dans les circonstances actuelles, je dois parier sur l'Australie, l'équipe discrète du tournoi. Tout le monde parle de la Nouvelle-Zélande, de l'Afrique du Sud ou de la France, et oublie l'Australie. Les Wallabies font ça tous les ans quand ils jouent dans l'hémisphère Nord. Ce que tout le monde oublie, c'est qu'ils ont gagné les deux Coupes du Monde jouées ici. C'est une équipe qui sait comment gagner dans l'hémisphère Nord, et qui s'en sort en jouant son jeu, sans se soucier d'autre chose. Pour moi, c'est la plus grosse menace. Les Australiens n'ont aucune pression, du fait que personne ne parle d'eux.

Les hommes de John Connolly ont un super jeu basé sur le mouvement. Ils ont des joueurs rapides comme Matt Giteau ou Drew Mitchell et Chris Latham à l'arrière. Et même s'il n'y a pas Stephen Larkham, il y a Berrick Barnes. On dirait Stephen Larkham en jeune, notamment dans sa façon de courir, sa façon de donner la balle, sa façon d'attaquer la ligne adverse. Il crée des espaces pour les autres.

Côté anglais, s'il y a, ne serait-ce qu'un espoir, cela passera par leurs avants. Ils doivent être capables de poser le jeu pour leurs arrières. Notamment pour Jonny Wilkinson. Il est en forme en ce moment, il construit bien le jeu. A chaque fois qu'ils seront dans les 22 Australiens, les Anglais devront engranger des points, concrétiser leur conquête territoriale. Contre des équipes comme l'Australie, on ne peut pas se permettre de manquer des opportunités de marquer les points quand ils s'offrent à toi. Cela dit, les Australiens ne vont rien lâcher non plus. Ils gardent la cicatrice de la finale 2003, perdue devant leur public."

AFRIQUE DU SUD - FIDJI

"Ce sera un match physique mais l'Afrique du Sud est favorite. Je ne vois pas vraiment de faiblesse dans cette équipe, à moins de la mettre sous pression et de la pousser à la faute. Il y a un climat de confiance au sein de cette équipe sud-africaine. Les Boks ont été tranquilles pendant la phase de poules. Ce qui rend les Sud-Africains si dangereux, c'est leur façon minutieuse de jouer. Même quand ils jouent mal, ou qu'ils ne jouent pas aussi bien qu'ils le souhaitent, ils trouvent le moyen de gagner quand même.

Dès qu'ils ont l'opportunité de faire le trou face à une équipe, ils n'hésitent pas une seconde. Ils sont vraiment très impressionnants et ils ne perdent pas beaucoup de duels. Une fois qu'ils ont la balle, ils font des choses incroyables. On peut voir un peu de l'influence d'Eddie Jones sur cette équipe, dans la façon dont elle ouvre le jeu, dont elle manie la balle. C'est typique de la façon de jouer des Brumbies, et des Australiens, avec une touche sud-africaine par-dessus, et je pense qu'ils ont trouvé un équilibre parfait entre les avants et les arrières.

Les Fidjiens produisent un rugby total. C'est là qu'ils sont les plus dangereux. Face à des joueurs comme Delasau, Rabeni ou Sireili Bobo, on ne peut pas laisser de l'espace. Le gros point négatif est qu'ils ont perdu un de leurs leaders, leur ouvreur Nicky Little. Il apportait un gros plus à l'équipe, surtout au niveau de la ligne arrière. Cela sera difficile pour les Fidji de déjouer l'Afrique du Sud, mais on a vu des surprises dans ce tournoi."

ARGENTINE - ECOSSE

"Je suis obligé de parier sur l'Argentine. Les Pumas sont trop en forme actuellement. Ils sont très performants et construisent très bien leur jeu. Je pense que cette année, l'Argentine peut atteindre les demi-finales. Elle a un pack d'avants très compétitif et d'incroyables trois-quarts comme Hernandez et Contepomi. Depuis qu'ils ont gagné leur premier match, les Pumas sont de plus en plus forts. L'équipe commence à croire en elle, et en ce qu'elle peut réaliser, et ce qui est incroyable, c'est qu'elle le fait lors de la plus grande compétition.

L'Ecosse ne se laissera pas faire. Les Ecossais n'abandonneront pas avant le coup de sifflet final, c'est typique chez eux. C'est une chose que j'ai toujours admirée chez les Ecossais. Ils se livrent corps et âme sur le terrain. Par contre, ils devront sortir le grand jeu car ils n'auront pas de seconde chance. L'Ecosse devra jouer son meilleur jeu et avoir le contrôle du match pour se qualifier. Tout peut arriver dans cette Coupe du Monde."