Midi Olympique
 
Article
commentaires
Nos Experts

La chronique de H. Broncan

La chronique de H. Broncan

Par Rugbyrama
Par Rugbyrama - Le 27/04/2007 à 15:55
Exceptionnellement un vendredi, retrouvez "Les pas perdus d'un coach", la chronique d'Henry Broncan, l'entraîneur du FC Auch-Gers.

«23 sur la feuille de match... 23 étrangers, nos frères cependant ! »

Jeudi 19 avril 07

Rendez-vous avec GL Directeur du Centre de Formation du SUA et GM responsable sportif du secteur associatif ; les nouvelles dispositions prévues par la FFR en ce qui concerne la future compétition Espoirs les inquiète : une super élite de 10 clubs sélectionnés à partir des résultats actuels des équipes Espoirs, Reichel et Crabos et du classement des Centres de Formation ; un quota très limité d'étrangers. De mon côté, je pense que les règles auraient dues être fixées, il y a un an : chaque club aurait eu un délai indispensable pour préparer la nouvelle épreuve ; en ce qui concerne l'immigration, je ne crois pas à ces règles de quotas qui rappellent trop les Etats-Unis des années 20 : pour moi, l'étranger est une richesse ; il apporte une culture dont on peut s'inspirer ; à Auch, mes deux secondes lignes viennent de Nouvelle Zélande et de Géorgie. Ils sont, tous les deux, formidables et pas seulement, bien sûr, sur le terrain. Et pourtant, le FCAG a la réputation d'être un club à forte identité régionale mais je n'oublie pas que plusieurs de mes joueurs sont de souche italienne ou espagnole, deux maghrébine, un congolais et... mon secrétaire administratif « pied noir » et... adorable. Une cousine qui se targue de généalogie ferait descendre ma famille paternelle de... Scandinavie ! Ce dont je suis certain c'est que ce melting - pot à la Gersoise est profondément enraciné dans ce département, aime ce pays, ses coutumes, son art de vivre... et prend du plaisir à défendre le maillot du club !

A 11h30, avec une demi-heure de retard - le secteur jeunes et les centres de formation me seront toujours chers - je rencontre FG le demi d'ouverture « charismatique » du SUA ; depuis 4 mois, il traîne une blessure au quadriceps gauche, le muscle essentiel du buteur ; c'est une forte personnalité : et çà il y a longtemps que je le sais : en Coupe de France, en 1997, avec le LSC, nous l'avions rencontré à Tyrosse - et battu - à moins de 20 ans, il était déjà capitaine d'une équipe d'Elite 2 ! De toute façon, quand on est de Tyrosse, on est obligé d'avoir du caractère ! On a beaucoup parlé de Rugby, d'entraînement : FG porte une admiration sans borne à son ancien coach Ch D. tout comme un fils qui doit « tuer son père » pour devenir un homme, un vrai joueur doit être capable de couper le cordon ombilical qui le lie à son entraîneur.

Vendredi 20 avril 07

A 13 heures, le groupe FCAG - 23 joueurs - part sur Béziers ; le seconde ligne NL a passé, le matin, un IRM pour son genou douloureux ; le diagnostic le condamne à ne plus jouer de la saison : je remercie une nouvelle fois JE, docteur du FCAG pour le dévouement qu'il porte au club ; BR radiologue, à Paris en milieu de semaine, le lundi et le vendredi à Auch, le kiné, PL frère du Président, le soigneur JPO, directement rattachés à l'Equipe Première , Rosa pour les Espoirs, JMC et E L complètent un staff remarquable ; les blessés - peu nombreux, cette saison - merci Gérard, Cyrille et Sophie - sont pris en main avec dévouement et compétence. Essentiel dans le monde « pro ». Hommage à NL, bel athlète, caractère difficile, sensible, joueur, futur agenais.

A 16h, entraînement à Vendres, le pays de Pesteil et de Richard Castel, futur coach de l'ASBH, présent d'ailleurs sur le bord de la touche. Mon ami Néné C. très longtemps responsable de la section sportive du Collège de Sérignan et toujours fidèle de l'Entente Vendres - Lespignan, nous a préparé le meilleur accueil. Mise en place d'une heure, sous le soleil, beaucoup de sérieux ; les errements du début de semaine sont oubliés : le capitaine RB insiste auprès de ses équipiers pour qu'ils soient dignes du titre, de la montée, de l'ASBH et du... Stade de la Méditerranée ; du monde le long des grillages pour assister au training : nous sommes dans un pays où le Rugby est Prince ! Mes dirigeants sont conviés à une dégustation d'huîtres arrosée de vin blanc ; à la montée dans le car, règne une certaine euphorie ! Un seul joueur est triste, FC, déclaré 23ème ! Il aura sa revanche. FC sera sans doute le centre le plus léger du TOP 14 mais il court vite et surtout il comprend encore plus vite.

Samedi 21 avril 07

Stade de la Méditerranée bien garni ; les supporters auscitains sont là, armés de leurs drapeaux, trompettes, tambours et même d'une clarinette ; la centaine de gosses que comprend l'Ecole de Rugby, après avoir visité le zoo de Sigean, se déchaîne dans les hautes tribunes. Le président héraultais a bien fait les choses : coffrets de vin à chaque joueur et j'ai l'honneur de recevoir un maillot de l'ASBH ; dans ma petite galerie, il rejoindra celui de l'US Tyrosse. Accolade d'OS le célèbre coach biterrois : un seigneur du Rugby, formidable joueur, formidable entraîneur ; j'ai beaucoup appris, à son contact, dans les stages de Super Besse : simplicité, rigueur et pragmatisme : le FCAG confirme l'implication de la veille : NB intercepte le 15 et contre le 10... j'ai recruté ce joueur, par hasard, aux championnats de France Scolaires, dans le Jura, à Dôle : sur les bords des terrains, j'ai croisé son père, venu supporter le petit frère, et nous avons entamé une relation qui a conduit Nicolas dans le Sud Ouest. Arrivée tonitruante de celui-ci dans le Gers vers le 14 Juillet : première jour, pas d'eau ni d'électricité à l'appartement trop neuf et donc doléance à l'entraîneur depuis la voiture ; pas de ceinture et portable au volant ; bienvenue à l'Isle Jourdain ! B. est un poison pour les ouvreurs et les arrières !

A trois minutes de la fin, je demande le drop à RB et AL, réussite au grand dam des supporters locaux privés du bonus : la nécessité de faire le break car, même à 14, le Biterrois nous dominaient et je craignais qu'ils nous rejoignent au score.

Dimanche 22 Avril 07

Nos Reichel et Espoirs se déplacent à Perpignan, en fait à Villelongue de la Salanque ; partout, ici aussi, du Rugby : à XIII à St Laurent, à XV à Torreilles... Les Reichel, malheureux dans la finition et dans les tirs au but, perdent trop largement 30 à 08 ; ils sont pourtant qualifiés pour les phases finales ; leur effectif est limité en quantité et en qualité : les meilleurs d'entre eux opèrent en I ou en Espoirs ; malgré ces difficultés, leur entraîneur, JR, les conduit, chaque printemps, au moins en 8ème de finale ; bien aidé par LC et EA, bien accompagné par le soigneur AM et par l'intendant HC - deux fidèles - JR ancien pilier de l'Equipe I, amoureux de la mêlée, est, pour beaucoup, dans l'éclosion des piliers auscitains ! Côté Espoirs, l'euphorie est de mise ; supérieurs dans les phases de combat, les camarades de CJ - un amateur promu capitaine, futur ingénieur - s'imposent 18 à 11 et assurent la deuxième place de la poule derrière le Stade Toulousain. Victoire à Béziers hier, victoire à Perpignan aujourd'hui, le printemps chante !

Retour en voiture sur Gruissan et les résultats des élections tombent : taux de participation record ! Félicitations unanimes au civisme des Français ! Côté Marie George on est loin du « grand soir » et la défaite est lourde ; s'abriter derrière le vote « utile », c'est se servir de l'arbitrage après un échec en Rugby : dans ce pays où l'individualisme s'étale, c'est de plus en plus difficile de défendre certains idéaux ; pourtant, en Rugby, encore ! Pour combien de temps ?

Lundi 23 Avril 07

ML l'avant le plus performant du SUA rejoint ses frères Marc et Thomas à l'US Dax ; il a choisi de retrouver les siens : qui peut lui en vouloir ? C'est conforme à l'image que donne cette famille exceptionnelle. Tant pis pour le SUA !

Dans sa chronique Midol, VM m'adresse un magnifique hommage ; j'y suis sensible. Un grand ami me dit : « Ce c.., il m'a fait pleurer ! ». Longtemps j'ai eu de Vincent l'image des Rapetout et du catcheur - boxeur. Et un lundi, il nous a lâché ces lignes magnifiques sur l' « Affiche Rouge » et le groupe « Manouchian » : « Ils étaient 23 quand les fusils fleurirent... » J'ai toujours regretté, à cause d'Aragon et de Léo Ferré, qu'il n'y ait que 22 joueurs sur les feuilles de match ! Depuis cet article, j'ai placé Vincent sur un piédestal ; comme beaucoup de gros durs c'est un coeur d'or ; de plus, sous sa gouaille de l'oral ne se cache plus le talent de l'écrit !

Samedi prochain, le plus grand centre du rugby français ? Mondial ? AB viendra dédicacer son livre à la Maison de la Presse d'Auch. Ma génération garde en mémoire les passes croisées avec son frère Guy ; de mon côté, je garde la formidable image d'une interception au milieu du terrain, à Jules Soulé ; devant lui, l'arrière du Stado, international et très bon joueur, AB, ballon sous un bras, tête haute, va le téléguider jusqu'à son propre en-but... souvenir merveilleux !

Ce soir, coup de fil de FL, le Bayonnais passé par l'entraînement de Bourgoin et de Tarbes : lui aussi se bat... Il se bat bien !

Mardi 24 Avril 2007

Toujours en vacances et en goguette entre Valras et Gruissan. Auprès de moi, GL, un ami, un inconditionnel depuis 1972 et le Lombez Samatan Club ; c'était mon opérateur à l'époque où la vidéo restait confidentielle. Sur une radio régionale, interview du Président du SUA : mauvais temps pour FL. L'ami se retourne et lâche : « A quoi tu sers ? »...

REAGISSEZ A CETTE CHRONIQUE SUR NOTRE FORUM

Cliquez ici !