Mondial -20 ans

Bleuets : la course contre la montre

Victorieux de l'Australie samedi, les Bleuets sont déjà à 48 heures de leur demi-finale de Coupe du monde face à l'Angleterre. Ce lundi, ils ont donc repris le chemin de l'entraînement avec une seule séance sur le terrain de Mirano pour ménager les organismes et privilégier la récupération.

 
La course contre la montre - Rugby - Mondial -20 ansMidi Olympique
 

Après une journée de détente, les Bleuets ont repris l'entraînement ce lundi. Enfin seulement les valides. La débauche d'énergie et le niveau d'engagement proposés par les Français pour arracher leur qualification laissent forcément des traces. Alors si les esprits sont déjà tournés vers l'Angleterre, les corps se souviennent encore de l'Australie. Jean-Bernard Pujol, touché au genou gauche, a quitté le groupe dimanche. Pierre Gayraud, en attente de son retour en France, suit maintenant le reste de l'équipe avec une épaule gauche bandée. Et lors de l'arrivée de l'équipe au terrain d'entraînement de Mirano, il était facile de constater les dégats. Yann Lesgourgues, Christophe David, William Demotte ont dû se contenter d'un footing, accompagnés du revenant Alexandre Mourot. Pour l'arrière Jean-Marcellin Buttin, il n'était même question de mettre un pied sur le terrain, obligé de rester sur le côté avec des électrodes sur la cuisse gauche. Et la tournée de glace était offerte pour soulager une épaule (Clément Bourgeois), une cuisse (Yann Lesgourgues), un bras (William Demotte), etc. Tous espèrent pouvoir tenir leur place et livrent une véritable course contre la montre.

Un calendrier interdit en France

Pour les valides, une séance de travail intensif car celles-ci sont rares. Entre la rencontre face à l'Australie et la demi-finale, les Bleuets n'auront pu s'entraîner qu'à deux reprises en comptant l'entraînement du capitaine prévu ce mardi à Trévise. C'est peu, mais le staff technique tricolore a préféré privilégier la récupération. Une décision logique pour tenter de garder de l'énergie dans une compétition dont le format actuel laisse perplexe. Avec cinq rencontres internationales en dix-sept jours, l'IRB joue certainement avec la santé des jeunes joueurs. Depuis la deuxième journée de la compétition, les sorties sur civière se multiplient. Les Français paient notamment un lourd tribut à cet enchaînement effréné des rencontres qui serait d'ailleurs interdit en France pour tous les joueurs évoluant en Top 14 ou en Pro D2 puisque la LNR précise qu'un délais de cinq jours est obligatoire.

Pour les Bleuets, les coups durs s'enchaînent. Après avoir perdu le talonneur Romain Colliat (K.O.) et le demi de mêlée Sébastien Bézy (genou) après le match contre le Tonga, ils doivent maintenant composer avec les forfaits de Jean-Bernard Pujol (genou) et Pierre Gayraud (épaule). "Heureusement, les joueurs qui arrivent à leur place ont déjà travaillé avec nous", veut positiver l'entraîneur Philippe Boher, "leur intégration est plus rapide car nous avons très peu de temps pour préparer notre demi-finale. Face à ces coups durs, nous comptons sur la solidarité du groupe". Un groupe qui va surtout se concentrer lors des séances vidéos pour arriver avec un brin de fraîcheur ce mercredi à Trévise.

LES DEMI-FINALES SONT A SUIVRE EN DIRECT SUR LES ANTENNES D'EUROSPORT ET EUROSPORT PLAYER

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |