Fabien Pelous, le manager de l'équipe de France -20 ans - Icon Sport
 
Mondial -20 ans

Fabien Pelous: "Le physique doit être notre critère n°1 sous peine de ne plus exister"

Pelous: "Le physique doit être notre critère n°1 sous peine de ne plus exister"

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 22/06/2014 à 11:00 -
Par Rugbyrama - Le 22/06/2014 à 11:00
Fabien Pelous, le manager de l’équipe de France -20 ans qui a terminé son Mondial sur une défaite face à l’Australie et une 6e place, estime que dans la hiérarchie mondiale les Bleuets se situent derrière les Anglais, les Sud-Africains et les Néo-Zélandais. Selon lui, l'accent doit être mis sur le physique, sinon la France ne pourra plus espérer rivaliser à moyen terme.
 

Que retenez-vous de ce dernier match perdu (34-27) contre l’Australie ?

Fabien PELOUS : Je retiens l'état d'esprit de l'équipe de France qui n 'a craqué que quatre minutes avant la fin du match contre une équipe supérieure dans la vitesse de jeu et qui malgré la fatigue de la compétition s'est accrochée jusqu'au bout.

L’équipe menait 24-14 à la pause mais a encaissé trois essais en deuxième période. Est-ce que vous pensez que c’est physiquement qu’elle a craqué ?

F.P: En effet, la compétition a certainement été moins difficile pour l'Australie qui s'est facilement débarrassée des Samoa en demi-finale (53-16) et a donc pu faire tourner son effectif en fin de match.

Vous terminez sixième de cette Coupe du monde. Est-ce que vous considérez ce résultat comme un échec ou la France est-elle tout simplement à sa place ?

F.P: Je pense que la France est à sa place. Nous aurions pu nous qualifier pour le premier tableau mais je pense que nous n'avons pas le niveau de l'Angleterre, de l'Afrique du Sud ou même des Néo-Zélandais. Ces trois équipes sont devant, je pense que nous pouvons légitimement prétendre à être entre la quatrième et la septième nation dans cette catégorie d'âge.

Dans votre groupe, certains joueurs ont-ils le potentiel selon vous pour intégrer à court ou moyen terme les Bleus de Philippe Saint-André ?

F.P: Oui, nous reverrons certains joueurs en équipe de France à court ou moyen terme, cela dépendra de leur capacité à intégrer une équipe de Top 14 rapidement.

" Je pense que Dusautoir restera dans l'histoire des capitaines de l'équipe de France"

Qu’est-ce qu’il faut améliorer pour que les Bleuets puissent rivaliser avec les grandes nations du rugby mondial ?

F.P: Le rugby devient de plus en plus physique, et nous devons changer de raisonnement dans notre recrutement de filière haut niveau. Le physique doit être notre critère n°1 sous peine de ne plus exister à moyen terme.

La France ne devrait-elle pas s’inspirer du modèle de formation anglais qui porte ses fruits avec deux titres mondiaux consécutifs ?

F.P: Je crois que les résultats parlent d'eux-mêmes.

Parlons un peu du XV de France. Qu’avez-vous pensé de ses performances lors des tests en Australie ?

F.P. : Le premier test fait figure de test d'adaptation au rythme de jeu de l’hémisphère sud, le deuxième reflète la valeur des deux équipes et aurait pu basculer sur la fin au profit des Bleus. (L'interview a eu lieu avant le dernier match des Français, NDRL).

Thierry Dusautoir vous dépasse au nombre de capitanats chez les Bleus, 43 contre 42. Cela vous fait-il plaisir que ce soit lui, un joueur que vous connaissez bien, qui vous "succède" ?

F.P: Je suis ravi que ce soit Thierry qui passe devant moi dans la mesure où je le connais et j'apprécie l'homme. Je pense qu'il restera dans l'histoire des capitaines de l'équipe de France, l'égal des Rives, Fouroux ou Lucien Mias, un capitaine légendaire.

Propos recueillis par Laurent GENIN

Fabien PELOUS - france argentine U20 - 23 juin 2013
Fabien PELOUS - france argentine U20 - 23 juin 2013 - Icon Sport

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×