Icon Sport

Match amical, Top 14 - Deux mois après son titre, Clermont retrouve les terrains... et Toulon

2 mois après son titre, Clermont retrouve les terrains... et Toulon

Le 11/08/2017 à 11:59Mis à jour Le 11/08/2017 à 17:58

MATCH AMICAL - Un mois après leur retour à l’entraînement, les Clermontois affrontent Toulon à Mayol pour un premier match amical de gala. Les champions de France en titre seront attendus toute la saison, mais ils entendent bien assumer leur statut. Avec un effectif légèrement retouché, et ambitieux.

  • Un statut à assumer

Cinq semaines après la fête, les champions de France en titre ont repris le boulot le 10 juillet dernier. L’ASM Clermont a débuté par quelques jours de cohésion de groupe à Ibiza, puis un stage plus sportif dans les gorges du Tarn. Près de Millau, les Jaune et bleu ont sué à VTT, en randonnée et en canyoning pour redescendre de leur nuage et se relancer pour une saison au cours de laquelle il faudra assumer le titre, et si possible, le confirmer.

"Jamais évident... On a envie de faire une bonne saison, mais on a vu que le Racing avait eu du mal à digérer la saison dernière. On sait qu’on sera attendus, que chaque match sera très dur", prévient Morgan Parra. "On va entendre 26 fois dans l’année "on joue le champion", mais on ne va pas pleurer, on nous attend et c’est normal", poursuit le coach Franck Azéma.

Parra, Penaud et Cancoriet (Clermont) avec le Brennus - 4 juin 2017

Parra, Penaud et Cancoriet (Clermont) avec le Brennus - 4 juin 2017Icon Sport

Avec le Bouclier de Brennus dans la vitrine, le retour à l’entrainement a été plus léger. "C’est plus facile de redémarrer la saison avec un titre", confie le demi de mêlée. "Il y a de la bonne humeur et du plaisir à se côtoyer et à s’entrainer". Derniers du Top 14 à reprendre, les Auvergnats ont mis les bouchées doubles, et Azéma a apprécié l’envie de ses hommes. "On en chie sur le terrain mais les mecs ne lâchent pas. Je sens un groupe qui a du répondant, qui n’est pas usé, c’est bien pour le moment".

  • Toulon pour faire le point

Après quatre semaines de préparation axées principalement sur le physique et le retour aux basiques, les Clermontois vont pouvoir enfin juger leur niveau de préparation ce vendredi. Pas face à n’importe qui, puisque Clermont se déplace chez son dauphin Toulon pour ce premier match amical. Face à des varois a priori en avance après une reprise plus précoce, et qui ont déjà disputé deux matches amicaux en Argentine, Clermont pourrait accuser un peu de retard.

"Ils doivent commencer à avoir des repères et du rythme, et c’est ce qui va peut-être nous manquer", anticipe Azéma. "Mais c’est bon d’avoir une bonne confrontation contre une équipe qui sera prête. Ça servira à nous situer". Les deux équipes se retrouveront dès la deuxième journée de Top 14 le 3 septembre, et on sera loin ce vendredi de l’intensité de la dernière finale du championnat. "Il y aura de l’intox, les deux équipes ne feront pas jouer tout le monde en même temps, ce sera une revue d’effectif", analyse Morgan Parra, qui sera du voyage à Mayol.

Franck Azéma (Clermont) après la victoire face à Toulon en finale du Top 14 (22-16) - 4 juin 2017

Franck Azéma (Clermont) après la victoire face à Toulon en finale du Top 14 (22-16) - 4 juin 2017Icon Sport

L’objectif n’est pas le score final pour Franck Azéma, qui veut voir à l’œuvre un groupe de 30 joueurs composé en partie de jeunes. "Ce qui m’intéresse c’est le tempérament de l’équipe, notre caractère, ce qu’on est capables de livrer offensivement et défensivement", explique le coach. "Ça permettra d’avoir une première évaluation, savoir ce qu’il faudra améliorer sur les semaines à venir".

  • Un effectif peu retouché

Encore une fois, à contre-courant de nombre de ses concurrents, Clermont a procédé à un recrutement limité. En plus de l’ailier Rémy Grosso arrivé en cours de saison dernière, le staff clermontois a l’avantage de n’avoir que quatre nouveaux à intégrer. Pour combler les départs de Domingo, Debaty, Ric, Bardy, Radosavljevic, Stanley et Planté, l’ASM n’a engagé que les piliers Rabah Slimani (ex-Stade français) et Loni Uhila (Tonga, ex-Hurricanes), le demi de mêlée Greig Laidlaw (Ecosse, ex-Gloucester) et le trois-quarts Peter Betham (Australie, ex-Leicester). Dans le staff, Bernard Goutta a quitté Colomiers pour rejoindre Azéma en Auvergne.

Peter Betham (Clermont)

Peter Betham (Clermont)Getty Images

Cette année encore, ce sont les jeunes de l’académie qui sont appelés à se faire une place parmi les pros, à l’image d’Iturria ou Penaud la saison dernière. Les observateurs connaissent déjà le pilier Simutoga, le talonneur Beheregaray ou le troisième ligne Giorgadze, qui font partie de ces talents apparus la saison dernière. Ces derniers devraient monter en puissance, et être rejoints par Astier, Barjaud ou Nicoué qui viennent de participer à l’ensemble de la préparation avec les pros.

  • Un groupe qui a soif de titres

L’ASM a trop connu la disette pour être rassasiée après le deuxième titre de champion de France de son histoire. La défaite en finale de Champions Cup a laissé un goût d’inachevé, et les Auvergnats feront partie des favoris sur les deux tableaux cette saison encore. "Les objectifs sont toujours les mêmes", rappelle Franck Azéma. "On démarre la saison pour aller chercher des titres. Il y a des passages obligés : les quarts de finale de Coupe d’Europe, et faire partie des six en Top14. Ce sont des objectifs a minima, mais se concentrer là-dessus c’est déjà assez difficile".

Nick Abendanon et David Strettle (Clermont) posent lors de la reprise de Clermont

Nick Abendanon et David Strettle (Clermont) posent lors de la reprise de ClermontGetty Images

Ambitieux, revanchards pour certains. Le troisième ligne Alexandre Lapandry ne cache pas son envie de retrouver le terrain, après une fin de saison dernière où il a rongé son frein, sorti du groupe avant les phases finales. "Je ne vais pas le cacher, le dernier mois de la saison dernière a été compliqué pour moi", confie le vice-capitaine clermontois. "Mais je pense avoir réussi à digérer cette déception. Les vacances m’ont fait du bien, et j’ai envie d’aller de l’avant vers cette nouvelle saison".

Avec son très important contingent d’internationaux, Clermont devra composer et puiser dans un groupe d’une cinquantaine d’éléments. Et Lapandry, qui fait désormais partie des plus anciens au club, sait que le staff comptera sur lui. Comme sur Fofana, Nakaitaci, Toeava ou Vahaamahina, dont on oublierait presque qu’ils ont manqué les dernières joutes de la saison dernière.

0
0