Thomas Sourice - 24.07.2010 - Toulon / Lyon OU - Icon Sport
 
Article
commentaires
Matches Amicaux

Le Stade français avec cinq chômeurs à Londres

Le Stade français avec cinq chômeurs à Londres

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 22/08/2012 à 19:39 -
Par Rugbyrama - Le 22/08/2012 à 19:39
Le Stade français affronte jeudi les Saracens, à Londres en match amical, avec la particularité d'inclure dans son équipe - en association avec Provale - cinq joueurs sans club. Les chances de se faire remarquer sont cependant minces.

Que va faire le Stade français à Londres à deux jours d'un match de Top 14 à Bayonne? La programmation de ce match amical a de quoi étonner mais va permettre à des joueurs au chômage de disputer une rencontre contre une formation de standing européen, les Saracens. Le syndicat Provale les a mis en relation avec l'équipe parisienne. "Le Stade français avait organisé ce match depuis longtemps, explique Victor Paquet, ancien Toulousain. Ils ont complété leur effectif avec nous puisqu'ils jouent dans deux jours en championnat". Lui, Quentin D'Aram (ex-La Rochelle), Yannick Ngog (ex-Carcassonne), Olivier August (ex-Dax) et Thomas Sourice (ex-Toulon et Aix-en-Provence) sont heureux de pouvoir faire ce déplacement malgré les perspectives peu favorables. "Je suis super content de jouer contre une équipe de niveau-là, confie Thomas Sourice. Je le prends comme une chance pour moi, dans ma préparation. Après, j'ai des doutes que cela m'aide à trouver un club vu la faible médiatisation du match. Je ne vais sûrement jouer que quarante minutes donc pour rebondir, c'est difficile."

Un avenir en pointillés

Ces joueurs, au parcours tortueux, ne se font pas trop d'illusion mais c'est l'occasion de s'étalonner. Par exemple, Thomas Sourice, à 28 ans, est déjà satisfait de retrouver d'anciens coéquipiers tels Paul Sackey ou Felipe Contepomi qu'il a côtoyés à Toulon. Cette saison, il va s'entraîner avec Aix sous une licence amateur et jouer avec des amis à Saint-Raphaël. Pour le plaisir, avant de se lancer dans un projet personnel. "En janvier, j'ai envie de partir en Nouvelle-Zélande, en amateur. D'anciens partenaires toulonnais peuvent m'aider en ce sens." Victor Paquet s'entretient, lui, seul, dans les Ardennes où vit sa famille. Et a visiblement des fourmis dans les jambes. "Cela fait plaisir de rejouer un peu après toutes ces semaines sans club, sans match. Quelques équipes m'avaient contacté mais n'avaient pas pu me prendre, faute d'argent."
L'ancien Toulousain de 22 ans a joué en Espoirs avec Quentin D'Aram, qui vient de s'engager avec Castanet (Fédérale1). "Ce n'est pas très marrant d'être dans cette situation mais ça fait du bien de revoir Quentin et de rencontrer Yannick, Olivier et Thomas", livre-t-il. Ils seront les coéquipiers d'un soir de Nicolas Bézy et Hugo Bonneval, également convoqués pour cette rencontre. En attendant mieux: "On patiente pour trouver un club. Il faut se tenir prêt au cas où des clubs ont des blessés. On ne sait jamais..."