Damien Chouly - Clermont Ospreys - 10 août 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Matches Amicaux

Chouly: "Monter l’intensité d’un cran"

Chouly: "Monter l’intensité d’un cran"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 11/08/2012 à 18:29 -
Par Rugbyrama - Le 11/08/2012 à 18:29
Titulaire pour la première fois sous les couleurs clermontoises, le troisième ligne centre international Damien Chouly (26 ans, 4 sélections) est à créditer d’une très bonne performance.

Première titularisation et premier essai avec Clermont. Vous ne perdez pas de temps...

Damien CHOULY: On ne va pas en rajouter: c’est avant-tout le cinq de devant qui fait un gros boulot sur la mêlée à cinq mètres et qui me permet de marquer sur mon départ. Mais je ne fais pas la fine bouche. C’est toujours bien de marquer assez vite quand on arrive dans un nouveau club. Cela met en confiance. Même si, franchement, mon objectif cette saison n’est pas de marquer le plus d’essais possible...

Comment jugez-vous la performance de votre équipe face aux Ospreys (victoire 49-25 des Clermontois)?

D.C.: Déjà, on a fait un meilleur match que la semaine dernière (face au Lou, N.D.L.R.). Il reste encore deux ou trois choses à régler, sur nos réactions en défense. Il s’agit de détails mais défensivement, en fin de match, on s’était donné comme consigne de tenir jusqu’au bout sans encaisser d’essai. Malheureusement, deux petites erreurs ont permis aux Ospreys de marquer. C’est dommage mais cela nous montre qu’il reste du travail.

L’équipe sera-t-elle fin prête pour aller défier Bayonne?

D.C.: En tout cas, il le faudra. Je pense qu’on n’en est pas loin. Tout sera réglé d’ici la semaine prochaine. Mais il faudra encore monter l’intensité d’un cran, parce que c’est un sacré combat qui nous attend. Les Bayonnais sont revanchards, ont des choses à se faire pardonner après leur saison dernière. Chaque erreur se paiera cash.

Vous qui avez changé de club, comment avez-vous trouvé la préparation physique à la sauce clermontoise?

D.C.: C’est en fait assez différent. A Perpignan, on séparait les journées d’entraînement en deux: une séance le matin, une le soir. Cela permettait d’éviter les fortes chaleurs. Ici, tout est regroupé sur un bloc, du matin jusqu’en début d’après-midi. Du coup, les efforts sont plus condensés, avec moins de temps de récupération entre. Et puis, on a quand même beaucoup couru. Mais cela va avec le plan de jeu que le staff veut mettre en place. Il y a du mouvement, des déplacements et cela demande de pouvoir soutenir les efforts.

Vu votre profil, c’est un projet de jeu qui doit vous plaire...

D.C.: Oui, c’est sûr. On bouge beaucoup, il y a des ballons à toucher, que ce soit dans le jeu ou derrière les mêlées. Tant mieux, j’aime ça.