Virimi VAKATAWA - toulon racing metro - 2 aout 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Matches Amicaux

Match amical, Toulon-Racing, des retrouvailles musclées !

Toulon-Racing, retrouvailles musclées!

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 06/08/2013 à 14:32 -
Par Midi Olympique - Le 06/08/2013 à 14:32
A l'issue de la défaite contre Toulon, Laurent Labit, entraîneur des arrières du Racing et vainqueur du Brennus au dépens du RCT l’année dernière, et Benjamin Lapeyre, joueur du RCT de 2010 à 2013 aujourd'hui Racingman, sont revenus sur ce match "amical" à Mayol.

L’arrière Benjamin Lapeyre, transfuge toulonnais de l’intersaison du Racing s’est dit "très content" d'avoir recroisé ses anciens coéquipiers et l’ambiance bouillonnante de Mayol où il a passé trois saisons. Titulaire pour le début de match, Lapeyre a eu plaisir à retrouver le terrain, ayant quitté Toulon frustré par son manque de temps de jeu: "Je suis content de retrouver les terrains, cela faisait longtemps que je n’avais pas touché le ballon", déclarait-il sur le site du Racing.

Mais loin de se montrer rancunier, le nouvel arrière des Ciel et Blanc a mis l’accent sur l’envie et l’entraide qu’a manifesté une équipe du Racing, pourtant fortement remaniée à l'intersaison, avec beaucoup de nouveaux joueurs et un nouveau staff. "C’était notre premier match, l’essentiel était de montrer que nous n’avons pas lâché le morceau, je pense que les petites erreurs qu’on a pu faire vont se régler très vite", positivait-il.

Labit: " Satisfait du comportement et de l’état d’esprit des joueurs"

Laurent Labit, sacré champion de France avec le Castres olympique, il y a un peu plus d'un mois, s’est dit très excité de retrouver Mayol vendredi dernier dans un match où les contacts furent dignes d’un match de championnat. "Les deux équipes ont prouvé leur engagement et leur détermination à deux semaines du coup d’envoi de la saison": ce qui indiquerait que ce duel de titans n'était qu'un simple avant-goût…

Conscient des lacunes de son équipe vendredi, notamment au niveau de la discipline et de la mêlée, le volume déployé par son équipe reste cependant une source de satisfaction : "Après seulement trois jours et demi de rugby, on se doutait bien qu’on aurait des imperfections, surtout dans les secteurs de jeu où on a moins travaillés". Le Racing ayant volontairement choisi de ne faire que deux matchs de préparation, le match contre les Harlequins utilisera "un groupe plus resserré et le travail sera en configuration de début de championnat", a annoncé Laurent Labit.