Matches Amicaux

Julien Tomas: "La concurrence va me tirer vers le haut"

Parti de Montpellier en direction de Castres, Julien Tomas ne s’attendait pas à ce que Rory Kockott reste dans l’effectif au moment de sa décision. Il doit maintenant affronter cette concurrence mais reste optimiste.

 
Tomas: "La concurrence va me tirer vers le haut" - Rugby - Matches AmicauxIcon Sport
 

Quelles sont vos premières impressions sous le maillot du CO, après cette victoire 14-12 face à l’Usap ?

Julien TOMAS: C’est un match de reprise ! Nous avons fait un stage d’une semaine qui nous a permis de recommencer petit à petit le rugby après trois semaines de physique intense. Il faut trouver des automatismes au sein de cette équipe, qui a déjà un projet de jeu bien ancré. Nous essayons de mettre rapidement en place ce que le staff nous demande. Ce match nous a fait du bien car nous avons pu voir, avec une vraie opposition, où nous en sommes. Il y a eu beaucoup de fautes de mains mais j’espère que cela va vite disparaître.

Comment vivez-vous l’intégration dans votre nouveau club?

J.T.: J’essaye de m’intégrer le mieux possible. Tout est nouveau: le club, l’environnement et l’équipe. Mais je pense qu’il est relativement facile de s’intégrer à Castres car c’est une formation avec un état d’esprit remarquable. C’est d’ailleurs ce qui a fait leur force l’an dernier. Puis le projet des nouveaux coachs est très intéressant et me correspond bien, avec la volonté de mettre du volume de jeu et de conserver au maximum la balle.

Est-ce compliqué de changer de club quand on est demi de mêlée?

J.T.: Oui et non. Il faut apprendre à connaître les joueurs, leurs habitudes, leur fonctionnement mais ça fait partie de la vie du groupe. Même si nous conservons certaines choses qui ont bien marché au CO, tout le monde repart un peu de zéro finalement. Chacun doit apprendre le projet de jeu et les 9 et 10 doivent être plus en avance, en tant que plaque tournante du jeu.

Champion de France il y a quelques semaines, victorieux de son premier match amical, le Castres olympique dégage une force d’état d’esprit remarquable…

J.T.: C’est déjà une façon de travailler exceptionnelle. Les mecs savent parfaitement faire la part des choses entre l’amusement hors-terrain et, quand l’heure de l’entraînement a sonné, tout le monde se retrousse les manches, travaille sérieusement, avec beaucoup d’envie mais dans une bonne ambiance. Vous arrivez à l’entraînement avec le sourire grâce à des conditions de travail plutôt sympathiques, cela joue beaucoup sur le mental du groupe et cela se ressent sur le terrain.

Comment appréhendez-vous la concurrence?

J.T.: Je pense que la concurrence va tirer tout le monde vers le haut, même si elle n’était pas prévue comme cela à la base. Après, tout le monde aura sa chance, il y aura des hauts et des bas pendant la saison. Sur un plan individuel, j’ai envie de jouer donc je vais bosser pour mais il faut avant tout penser à l’équipe.

Cela rehausse-t-il votre niveau d’exigence?

J.T.: Bien sûr, ça rehausse tout. Après, je pense que c’est une concurrence qui fera du bien aussi. L’exigence je l’avais, mais il va falloir en avoir plus maintenant, c’est sûr. Je vais devoir saisir ma chance lorsque l’on me la donnera. En parallèle je bosserai davantage et on verra comment les choses évoluent.

Julien Tomas: \"La concurrence va me tirer vers le haut\" - Rugby - Matches Amicaux

 

 - Midi Olympique@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |