Galan - Toulouse Perpignan - 27 juillet 2012 - Midi Olympique
 
Matches Amicaux

Galan: "La sensation de ne plus savoir jouer"

Galan: "La sensation de ne plus savoir jouer"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 28/07/2012 à 18:12 -
Par Rugbyrama - Le 28/07/2012 à 18:12
Le troisième ligne de Toulouse, Gillian Galan, explique qu'il a eu de drôles de sensations lors de la victoire à Perpignan vendredi (25-24).
 

Ce succès face à Perpignan (25-24) est-il de bon augure ?

Gillian GALAN: Oui, parce que même si nous avons commis beaucoup de fautes, nous n'avons jamais lâché. Ce qui nous a permis de l'emporter in extremis. Ce fut une fin de match étonnante et les Perpignanais méritaient de l'emporter. Nous voulions surtout nous rassurer par rapport à l'engagement physique, nous le sommes. Ce qui fait qu'on n'a guère utilisé qu'une ou deux nouvelles combinaisons derrière.

Vous encaissez deux essais identiques sur deux ballons portés. Est-ce inquiétant ?

G.G: C'est quelque chose qu'on n'a pas travaillé. Et comme c'est très dur à contrer, ceci explique cela. Et comme c'est un secteur où l'Usap est très performante... Nous avons également un peu modifié notre système défensif et il faut un temps d'adaptation.

Vous avez l'air très affûté. Où en êtes-vous de vos derniers soucis physiques ?

G.G: Je suis surtout très motivé après deux mois sans jouer. J'avais été vingt-quatrième homme pour la finale... A cause d'une luxation du coude gauche lors de l'avant-dernière journée de poule, à Toulon. Et, au début de la semaine qui a précédé notre match à Perpignan, j'avais souffert, légèrement, d'une périostite sur le devant du tibia gauche. Mais aujourd'hui tout va très bien.

Et quelles sont vos premières impressions ?

G.G: Bizarrement, sur ce match, c'est comme si j'avais eu la sensation de ne plus savoir jouer. Parfois, je me demandais ce que j'allais faire avec le ballon...

La préparation de cette prochaine saison diffère-t-elle de celle que vous avez connue l'an passé ?

G.G: En tout cas, elle est très, très éprouvante. Elle se rapproche davantage de celle qu'on peut connaître avant les grands matchs. Comme nous avons eu peu de temps, les séances étaient très ryhtmées, matin et après-midi, pour compenser le retard.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×