Chisholm - Bayonne Stade français - Juillet 2012 - Midi Olympique
 
Article
commentaires
Matches Amicaux

Chisholm: "Tout le monde avait les crocs"

Chisholm: "Tout le monde avait les crocs"

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 21/07/2012 à 20:21 -
Par Rugbyrama - Le 21/07/2012 à 20:21
Acteur essentiel de la victoire remportée vendedi soir contre le Stade français (38-18), le deuxième ligne bayonnais Mark Chisholm reste néanmoins humble, et relativise l'écart au score. En revanche, il assure que la greffe entre l'effectif bayonnais et ses nouveaux entraîneurs est un succès.

Les joueurs bayonnais ont fait montre d'une grosse envie pour un premier match amical. Était-ce là un signe qui montrait leur détermination à ne plus revivre une saison galère ?

Mark CHISHOLM: Un premier match reste un premier match. Tout le monde avait les crocs après l'intersaison. Mais le score m'importe peu. L'essentiel était d'appliquer les consignes de jeu, de respecter les principes mis en place par les entraîneurs, de défendre correctement, etc... Marquer des essais est toujours flatteur, mais je suis aussi conscient de tout le travail qui nous reste à accomplir.

De quels secteurs voulez-vous parler ?

M.C.: De tout un tas de détails: des positionnements, des courses, en touche, en mêlée... bref, tout est à améliorer si nous voulons arriver là où nous voulons aller. La semaine prochaine, nous affronterons Montpellier qui, comme nous, s'entraîne depuis plusieurs semaines. Je ne miserais pas sur un score aussi large. Cela risque d'être un match très difficile.

Des tribunes, l'Aviron bayonnais a semblé avoir de bons repères collectifs, surtout en attaque...

M.C.: Nous avons beaucoup travaillé là-dessus, pour intégrer les nouveaux systèmes de jeu. Cela dit, nous ne les possédons pas encore tout à fait. Le porteur de balle avait quelques options autour de lui, mais il peut en avoir davantage. Nous devons avoir la volonté de faire plus.

Avez-vous le sentiment que l'équipe est plus forte cette année ?

M.C.: J'ai le sentiment qu'elle est plus soudée. Quand je suis arrivé, en cours de saison dernière, l'équipe était morcellée. Quand on perd, les gens se tournent le dos, ce n'est pas un secret. La pression était forte, et des petits groupes se forment. C'est ce qui arrive avec les défaites. Nous avons pris un nouveau départ. L'équipe a rempli son objectif, et nous nous sommes finalement reserrés.

La greffe avec les nouveaux entraîneurs est-elle un succès ?

M.C.: Oui, cela fonctionne bien ! Et cela va fonctionner mieux encore ! Ils sont très exigeants, et c'est une excellente chose. A la fin du match, ils nous ont simplement dit d'apprécier ce sentiment de victoire, mais surtout de garder la tête froide. Le plus dur n'a pas encore commencé.