Reuters
 
Article
commentaires
Lions 2009

Williams, un appétit de Lion

Williams, un appétit de Lion

Par Rugbyrama
Par Rugbyrama - Le 05/07/2009 à 12:45
Pour sa première titularisation depuis le début de la tournée, l'ailier gallois Shane Williams a été l'un des grands artisans de la victoire des Lions britanniques contre les Springboks (28-9). Il a inscrit deux des trois essais britanniques et ainsi signé son grand retour.

Le meilleur joueur du monde 2008 a été élu meilleur joueur du match samedi à l'Ellis Park. Logique ? Pas tant que ça. Shane Williams n'était pas au mieux de sa forme depuis quelques semaines et ne faisait plus l'unanimité. Ian McGeechan et son coach avec le Pays de Galles, Warren Gatland, ne l'avaient jamais titularisé avant le dernier match de cette tournée. Tommy Bowe, Ugo Monye et Luke Fitzgerald lui avaient été, assez justement, préférés. Le troisième test était donc son ultime chance, à 32 ans, de briller sous le maillot des Lions. Il ne 'a pas manquée.

L'ailier gallois a marqué les deux premiers essais britanniques à Johannesbourg. Deux essais en sept minutes (25e et 32e), pour prouver qu'il était revenu au meilleur de sa forme. Le travail de ses coéquipiers Jamie Heaslip et Ricky Flutey a beaucoup contribué à ces réalisations mais ses jambes de feu ont encore fait la différence. "Je voulais terminer sur une bonne note avec les Lions, explique-t-il. Finalement, j'ai très bien joué et réalisé l'un de mes meilleurs matchs. Il ne s'agit pas seulement de mes essais, je suis content de la partie toute entière. Je me suis impliqué autant que possible, jouant premier soutien, deuxième soutien et même neuf quand il a fallu le faire."

Retour en grâce

Une autosatisfaction légitime. Shane Williams, après avoir beaucoup douté, sait qu'il a été au rendez-vous quand il le fallait. "Je sais que je n'ai pas joué à mon niveau ces derniers temps. C'était très frustrant et je n'en veux pas à ceux qui doutaient de moi parce que je ne jouais pas aussi bien que ce dont j'étais capable. Mais je savais aussi que j'étais assez bon pour démarrer la partie, il fallait juste répondre présent. C'était un gros match pour moi, j'étais conscient que tous les yeux seraient braqués sur moi."

Etre capable de revenir ainsi au meilleur niveau malgré la pression est, à n'en pas douter, la marque d'un grand champion. A Johannesbourg samedi, le farfadet supersonique a fait parler sa magie de nouveau. Il faut dire que, pour sa dernière sortie sous le maillot de la sélection britannique, il était mû par un appétit de Lion...