Bru - Eurosport
 

Bru: "L'impact fait partie de l'affrontement"

Bru: "L'impact fait partie de l'affrontement"

Par Rugbyrama
Dernière mise à jour Le 04/10/2012 à 11:50 -
Par Rugbyrama - Le 04/10/2012 à 11:50
Lors des Etats Généraux de la mêlée organisés par Midi Olympique, les spécialistes se sont demandés s'il fallait enlever l'impact.
 

Jeudi dernier, Midi Olympique a organisé les Etats Généraux de la mêlée. Une occasion de réunir de nombreux spécialistes de cette phase de jeu pour débattre pendant trois heures sur le sujet et trouver des solutions concrètes lors de deux débats. Serge Simon, Jean-Pierre Garuet, Yannick Bru, Vincent Moscato, Didier Retière, Didier Sanchez, Raoul Barrière et Pierre Conquet étaient donc présents.

Durant les débats, les spécialistes se sont demandés s'il fallait enlever l'impact lors des entrées en mêlée. Pour commencer, Didier Sanchez, ancien talonneur, est revenu sur la notion d'affrontement, symbole du rugby: "Regardez lors du match, lorsque tout le monde s'endort. Vous avez une mêlée à cinq mètres et les spectateurs communient avec elle. Je côtoie des personnes qui ne connaissent aucune règle mais ils adorent le combat et l'impact dans ce secteur. Je défendrai cette phase contre vents et marées car c'est l'essence même du rugby".

Didier Retière, ancien pilier et désormais consultant au Racing Metro constate: "Dans les règles, la mêlée ne commence que lorsque le ballon est introduit mais malheureusement, à cause des règlementations mis en place et des commandemments, on est passé d'une phase de lutte collective à une guerre d'impact pour essayer de gagner le ballon quand il est introduit. Aujourd'hui, on ne travaille plus la mêlée lors des entrainements mais seulement l'impact". Yannick Bru, ancien international et entraineur des avants du XV de France, confirme: "Je pense qu'il faut passer d'une épreuve de vitesse à une épreuve de pousée. L'impact fait partie de l'affrontement. Faire placer les joueurs comme à l'école de rugby et introduire dans un deuxième temps, c'est revenir à dire dans 99,9 % des cas que l'on donne le ballon à l'équipe qui introduit. Donc c'est du rugby à XIII".

Retrouvez également les différents spécialistes qui sont revenus sur la place de la mêlée dans le rugby ou encore leur avis sur le dialogue nécessaire avec les arbitres.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×