Pomarel : "Allumer des petits feux pour implanter le rugby à VII" - Media365
 
Article
commentaires
Rugby à 7

Frédéric Pomarel (France VII): "Flirter avec les quatre premiers mondiaux"

Pomarel: "Flirter avec les quatre premiers mondiaux sur la saison"

Par Clément Mazella via Midi Olympique
Dernière mise à jour Le 22/11/2013 à 11:26 -
Par Clément Mazella via Midi Olympique - Le 22/11/2013 à 11:26
A la veille de partir pour Dubaï, deuxième étape des World Series qui rythment la saison mondiale du rugby à VII, l'entraîneur de l'équipe de France, Frédéric Pomarel, nous dévoile ses objectifs à court et moyen terme. Sans concession.
 

Vous vous envolez pour Dubaï, ce samedi. Avec quels objectifs ?

Frédéric POMAREL: Dubaï nous réussit bien depuis deux ans et nous souhaitons au minimum renouer avec la Cup (le premier tableau après les phases de poules, NDLR), ce que nous ne sommes pas parvenus à faire lors du premier Tournoi à Gold Coast. Atteindre une demi-finale et rentrer dans les quatre premiers du Tournoi serait formidable, mais voilà: l'objectif, c'est la Cup.

Vous n'y étiez pas parvenu à Gold Coast, dites-vous. Était-ce une déception ?

F.P: Oui et non, dans la mesure où nous avions tout de même remporté la Bowl (second tableau NDLR). Ce sera le strict minimum à chaque fois que nous serons reversés dans ce tableau: le remporter. En Australie, nous étions en poule avec l'Afrique du Sud qui a atteint la finale et l'Angleterre qui aurait très bien pu en faire autant. Ce sont actuellement, derrière la Nouvelle-Zélande, deux des meilleures nations à VII. Mais ne nous le cachons pas: Gold Coast était une petite déception. Il faut que cette année nous atteignons le plus régulièrement possible la Cup.

Pourquoi ?

F.P: Parce que sur la saison, notre objectif est de flirter avec les quatre premiers mondiaux des World Series. Afin que l'an prochain, saison où les quatre premiers au ranking IRB seront qualifiés pour les Jeux Olympiques, nous puissions nous mêlée à la bagarre.

Une qualification pour les Jeux Olympiques de Rio en 2016 est dans le viseur. Où en êtes-vous de votre tableau de marche ?

F.P: On est dedans, ni en avance, ni en retard. Toutes les marches de progression que nous nous sommes fixés ces dernières saisons, ont été atteintes. Il nous reste deux saisons avant les Jeux et quelques marches à franchir, mais ce sont les plus grandes et les plus difficiles aussi. Aujourd'hui, il nous faut des forces supplémentaires pour pouvoir les franchir.

Les forces dont vous parlez, ce sont des moyens humains ou financiers ?

F.P: Les deux. Parce qu'ils sont liés. Je les couplerais même avec nos résultats. C'est un cercle: les résultats amènent des moyens qui amènent des joueurs et inversement. Je dispose aujourd'hui d'un groupe de 14 joueurs qui me convient. Ce sont des joueurs courageux et travailleurs, qui continuent de progresser, mais qui progressent moins vite que par le passé, simplement parce que leur marge de progression s'amenuise. J'ai besoin de deux joueurs supplémentaires pour compléter mon effectif. Deux joueurs de très haut niveau qu'il m'est difficile d'attirer. D'autant que le temps ne joue pas en ma faveur. Un joueur a besoin de 6 ou 7 tournois pour se faire complètement à la discipline. Il faudrait qu'il nous rejoigne maintenant ou alors qu'il soit très au-dessus du lot, physiquement et techniquement. Mais ce genre de joueur coûte très cher. Bien plus que je ne peux lui offrir pour l'heure.

Vous emmenez le Toulonnais Vincent Martin à Dubaï. Est-ce le type de joueur que vous recherchez ?

F.P: J'ai constitué une liste d'une vingtaine de noms ciblés et hiérarchisés, pour nous rejoindre. Vincent Martin en fait partie. L'avoir avec nous est un plus. Pour nous bien sûr, mais pour lui qui est en manque de temps de jeu à Toulon, et pour son club, parce qu'on espère avec cette expérience, lui redonner un allant rugbystique. Mais sa venue ne peut être que ponctuelle : il est sous contrat et salarié de Toulon qui a bien compris l'intérêt de nous le prêter pour cette étape du circuit. Ce n'est pas simple, mais je suis à l'affût pour compléter mon groupe quand j'en trouverai l'opportunité.

 
 

commentaires


  • NantaisASM22/11/2013 11:50

    Luc Besson, entraineur de l'équipe de France de rugby à VII